DROIT DE RÉPONSE

Paris, le 24 janvier 1991

En pages 211 et 212 de son numéro 3, la Revue d'Histoire Révisionniste s'appuie sur un article de Georges Charbonneau, paru dans le bulletin de liaison des membres du GRECE, pour affirmer que «la Nouvelle Droite se déclare contre le révisionnisme». N'étant plus membre du GRECE, j'ignore si M. Charbonneau est habilité à parler au nom de cette association, mais celle-ci ne saurait avoir la prétention de parler au nom de tous ceux qui se reconnaissent dans ce qu'il est convenu d'appeler la «Nouvelle Droite» et dont les frontières dépassent, fort heureusement, celles du GRECE.
Ayant été secrétaire général du GRECE, rédacteur en chef d'Éléments et directeur des Éditions Copernic, je dénie à quiconque le droit de s'ériger en porte-parole de la Nouvelle Droite. Personnellement — mais cette opinion n'engage que moi — j'ai acquis depuis longtemps la certitude que les révisionnistes avaient raison. Et, si vous le jugez utile, je vous autorise à le faire savoir.

JEAN-CLAUDE VALLA


Revue d'Histoire Révisionniste, n° 4, février-avril 1991, p. 12


Retournez à la table de matières de RHR n° 4