AAARGH

 

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

*************

Forfaiture du Comité des droits de l'homme

de l'Office des Nations Unies à Genève


par Robert Faurisson

*****

 

 

Le Comité des droits de l'homme de l'Office des Nations Unies à Genève estime que la France n'a pas violé mes droits en me condamnant, sur le fondement de la loi Gayssot, le 9 décembre 1992 (arrêt Françoise Simon) pour mon interview du Choc du mois (de septembre 1990). Il cautionne la thèse --aujourd'hui devenue insoutenable-- de l'existence des prétendues chambres à gaz nazies.

J'avais déposé ma plainte le 2 janvier 1993. C'est le 8 novembre 1996 que ce comité a fait cette "constatation". On trouvera ci-joints le texte français (25 pages), le texte anglais (24 pages) ainsi qu'une page 127 intitulée "Annexe II : Membres et Bureau du Comité des droits de l'homme, 1995-1996".

A première lecture, le nombre des sottises et des malhonnêtetés que j'ai relevées dans la version française (je n'ai pas lu la version anglaise) est tel qu'il décourage toute recension, toute rectification. Certaines fantaisies sont étonnantes : par exemple, on me fait parler du cas du révisionniste Philippe Costa. Or, ne n'ai jamais mentionné ni ce cas, ni ce nom.

Je ne trouve quasiment rien de mon argument central : l'impossibilité physico-chimique des prétendues chambres à gaz nazies. C'est en raison de cette impossibilité que je qualifiais ces chambres à gaz de "magiques". On s'est contenté de relever cet adjectif et de m'en faire grief comme d'une preuve d'antisémitisme.

Mais je tiens, par dessus tout, à souligner un fait particulièrement intéressant du simple point de vue de l'histoire. C'est, je le répète, le 8 novembre 1996 que ce jugement a été rendu à Genève. Or, plus de deux mois auparavant, le journal suisse Le Nouveau Quotidien venait de publier, dans ses livraisons du 2 et du 3 septembre 1996, une longue étude de l'historien, franchement antirévisionniste, Jacques Baynac qui concluait à l'absence de preuve de l'existence de ces chambres à gaz nazies !

Le 19 novembre 1996, j'avais pris le soin d'envoyer à ce Comité des droits de l'homme non seulement une copie de la longue étude de J.Baynac mais un commentaire en français et en anglais.de J.

Mon commentaire en français était intitulé : "Selon un historien orthodoxe, on n'a pas encore prouvé l'existence des chambres à gaz nazies" tandis que mon commentaire en anglais portait pour titre : "No Evidence of the Nazi Gas Chambers".

Et à propos de ces trois pièces (l'étude de Jacques Baynac et mes deux commentaires) j'écrivais :

"[Ces] pièces montrent que le Gouvernement français m'a bel et bien condamné -- lourdement condamné -- en particulier parce que je conteste l'existence d'une arme criminelle dont il faut bien reconnaître aujourd'hui que son existence n'est nullement prouvée. C'EST GRAVE !" Ces derniers mots étaient en majuscule.

La faute du gouvernement français était, en effet, "GRAVE". La faute du Comité des droits de l'homme de l'Office des Nations Unies à Genève est GRAVISSIME. Il s'agit d'une forfaiture commise en pleine connaissance de cause.

R. Faurisson


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational@hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


aaarghinternational@hotmail.com

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/archFaur/1995-2000/RF970506.html