AAARGH

 

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

*****

15 janvier 1999


Communiqué de presse


"Couillon", "Taré", "Truffe", "Connard"
Un éditeur et directeur de publication, soupçonné de révisionnisme, vient de subir, dans des conditions révoltantes, une garde à vue de 27 heures. Cela s'est passé à Lyon les 13 et 14 janvier. La victime s'appelle Jean Plantin. Responsable de la revue Akribeia sous-titrée Histoire, rumeurs, légendes, J. Plantin est connu pour son exceptionnelle érudition et le sérieux de ses travaux.

Les justiciers auxquels il a eu affaire appartiennent au service de la police judiciaire de Lyon: il s'agit de policiers parmi lesquels se sont distingués les inspecteurs Jean-Pierre Ducros et Damien Bacconnier. J. Plantin a été interpellé à son domicile de St-Genis-Laval et emmené à l'Hôtel de police. Il a subi une fouille à corps et une mise à nu. Certains policiers, saisis d'une sorte de frénésie mentale et verbale, ont multiplié les manifestations d'arrogance, de mépris, d'ironie ainsi que les insultes, le traitant tour à tour de "couillon", de "taré", de "truffe" et de "connard" (la liste des insultes n'est pas exhaustive).

Au bout de 24 heures, J. Plantin a été reconduit à son domicile. Une perquisition y a commencé, où l'inspecteur D. Baconnier a pris soin de semer le plus complet désordre dans la bibliothèque et les documents personnels de l'éditeur. Participaient aussi à la perquisition une jeune femme ainsi qu'un homme venu spécialement de Paris le jour même et semblant appartenir à l'officine de censure du ministère de l'Intérieur, officine qui se pare du nom de "Direction des libertés publiques" (sic). Les deux ordinateurs de J. Plantin ainsi qu'une dizaine de disquettes informatiques ont été saisis, ce qui réduit à néant plusieurs années de travail, de recherche, de traduction et d'édition.

Le 14 janvier, la mère de l'éditeur, âgée de 75 ans et gérante de la société éditrice d'Akribeia, a été également interrogée à l'Hôtel de police. Même traitement pour le responsable de la société immobilière où se trouve domiciliée la boîte postale.

Les Amis de Jean Plantin, et ses admirateurs, n'ont pas l'intention de laisser l'affaire en l'état. Policiers et magistrats qui, de près ou de loin, participeraient à cette dégradante chasse aux sorcières et qui, notamment, refuseraient, sous quelque prétexte que ce soit, la restitution immédiate de ses biens et de ses instruments de travail à ce remarquable chercheur, doivent savoir que nous rendrons compte de leurs faits et gestes, nommément, précisément et comme la loi et le bon droit nous autorisent à le faire.


Les Amis de Jean Plantin

Sans tarder, adressez vos protestations à:

Monsieur le directeur départemental de la Sécurité publique
Hôtel de police
40, rue Marius Berliet
69008 LYON (France)
Tél.: 0478784040
Fax: 0478784473.




Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational - at - hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


aaarghinternational - at - hotmail.com

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

L'adresse électronique de ce document est: <http://aaargh-international.org/fran/archFaur/RF990115.html>