AAARGH

| Accueil général | Accueil français | L'Holocauste en question


L'ouvrage de pointe de la recherche révisionniste

 

L'Holocauste en question

Chapitre 15


 

Les fours crématoires d'Auschwitz et Birkenau

Carlo Mattogno et Franco Deana

(édition abrégée)


Introduction

S'il s'est commis au camp d'Auschwitz-Birkenau, pendant la seconde guerre mondiale, un horrible massacre de plusieurs centaines de milliers d'êtres humains dans des chambres à gaz et si les corps des victimes ont été incinérés dans les installations de crémation de ce camp, les armes du crime furent non seulement les chambres à gaz, mais aussi les fours crématoires.

Les "témoins oculaires" ont présenté les fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau comme des engins diaboliques et non comme des installations normales, soumises, de même que toutes les autres, aux lois physico-chimiques qui régissent les techniques de la chaleur. Les historiens ont fait une confiance aveugle aux témoins, ce qui les a conduits à des conclusions totalement erronées.

Parmi les auteurs d'études historiques sur la crémation à Auschwitz-Birkenau, Jean-Claude Pressac est le seul, à part les révisionnistes, qui n'ait pas négligé le point de vue technique. Dans son ouvrage Auschwitz: technique and operation of the gaz chambers, il arrive aux conclusions suivantes:

- les trois fours bimoufles (= à deux moufles) du crématoire I, dans le camp central (Stammlager) d'Auschwitz, avaient une capacité de trois cent quarante incinérations en vingt-quatre heures;

- les cinq fours trimoufles des crématoires II et III (situés à Birkenau) avaient chacun une capacité maximale de mille à mille cinq cents incinérations en vingt-quatre heures, mais leur capacité normale variait entre mille et mille cent corps en vingt-quatre heures.

- les deux fours à huit moufles des crématoires IV et V (Birkenau) avaient chacun une capacité de crémation de cinq cents corps en vingt-quatre heures.

Pour Pressac, la capacité totale des crématoires d'Auschwitz I et d'Auschwitz-Birkenau était donc de trois mille cinq cent quarante incinérations par jour. Mais ce chiffre n'a aucune base technique.

Parmi les révisionnistes, c'est surtout Fred A. Leuchter qui, dans son célèbre rapport, s'est occupé de ce problème. En se fondant principalement sur les déclarations d'Ivan Lagacé, directeur du crématorium de Bow Valley à Calgary (Canada), Leuchter a évalué la capacité effective de crémation à cent cinquante six corps par jour au total. Ce chiffre est toutefois fort inférieur aux possibilités réelles.

Pressac et Leuchter aboutissent à des conclusions diamétralement opposées et aussi peu prouvées les unes que les autres, parce que le problème fondamental des fours crématoires d'Auschwitz et de Birkenau n'a pas encore été étudié de façon sérieuse et scientifique, ni par les historiens orthodoxes ni par les révisionnistes. Notre but est de combler cette importante lacune.

Le texte qui suit est le résumé d'un travail beaucoup plus vaste, résultat d'années de recherche intensive. L'ingénieur civil H.O.N., de Dantzig, disparu tragiquement en 1991, nous a fourni, dans cette recherche, une aide inestimable.

 

1. La crémation aujourd'hui

[1.1. La technologie des fours crématoires jusqu'à la première guerre mondiale]

[1.2. Progrès et développements techniques entre les deux guerres]

[1.3. La firme J.A. Topf & Fils, Erfurt]

1.4. La consommation de coke d'un four à foyer au coke.

La consommation de combustible d'un four crématoire dépend essentiellement du mode de construction, du procédé et de la fréquence d'incinération, de l'état des corps et de la façon dont on utilise le four. C'est pourquoi il est absurde de parler de la consommation d'un four crématoire sans tenir au moins compte des trois facteurs suivants: le mode de construction du four, le procédé (direct ou indirect) de crémation et la fréquence des incinérations. Le procédé indirect de combustion est beaucoup plus coûteux que le direct, car il exige que toute la masse réfractaire du récupérateur soit chauffée à 1000 degrés centigrades.

La fréquence des incinérations influe fortement sur la consommation parce que, pendant les premières crémations, la maçonnerie réfractaire du four absorbe la plus grande partie de la chaleur mise en oeuvre. C'est pourquoi la consommation est minimale quand le four est en équilibre thermique à la température de fonctionnement.

Le bilan thermique d'un four crématoire à foyer au coke est un problème très difficile à résoudre théoriquement, car, dans la pratique, un rôle important est joué par des facteurs qu'on ne peut prévoir dans le cadre théorique et auxquels il faut adapter l'usage du four cas par cas.

Dans les années vingt, des chercheurs comme Fichtl et Tilly ont étudié ce problème, mais la principale contribution à sa solution est l'article de Wilhelm Heepke "Le four moderne à coke pour l'incinération des corps, son bilan thermique et sa consommation de combustible". Les calculs de Heepke montrent qu'un four de moyenne grandeur en équilibre thermique consomme 30 kg de coke par corps (plus un cercueil de bois de 40 kg). Toutefois, l'évaluation de ce bilan thermique est entachée d'erreurs, aussi bien au point de départ que dans les calculs, de sorte que les conclusions en sont douteuses.

En corrigeant ces erreurs, on arrive à une consommation de 205 kg de coke. Ce chiffre concorde bien avec les résultats expérimentaux. Lors d'une expérience avec chauffage par coke faite par R. Kessler le 5 janvier 1927, la consommation de combustible fut la suivante:

Consommation totale 436 kg de coke
Préchauffage du four 200 kg de coke
8 incinérations successives 236 kg de coke
Consommation pour une incinération, préchauffage compris 54,5 kg de coke
Consommation pour une incinération sans préchauffage du four 29,5 kg

La quantité de coke consommée par les huit incinérations successives sans préchauffage du four comprend encore la chaleur absorbée par la maçonnerie réfractaire du four jusqu'à l'équilibre thermique. Un calcul basé sur la perte de chaleur causée par le rayonnement et la conduction montre que, dans un four en équilibre thermique, chaque crémation demande environ 20 kg de coke.

Cela confirme la valeur de notre méthode de calcul, qu'on peut donc utiliser aussi pour évaluer le bilan thermique des fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau.


1.5. La durée du processus d'incinération avec un foyer au coke

L'incinération est un processus physico-chimique qui ne peut s'accomplir en moins d'une certaine durée. Cette durée minimum dépend essentiellement de la composition chimique du corps. La structure des protéines joue un rôle important, comme l'ont confirmé des expériences faites en Angleterre dans les années soixante-dix.

Les protéines présentent une grande résistance à la combustion, à cause de leur teneur relativement forte en azote, de leur haute température d'inflammation et des transformations chimiques qu'elles subissent aux températures élevées. Cette résistance est encore augmentée par le fait que la substance protéinique est pour ainsi dire plongée dans le liquide du corps et ne peut être brûlée avant que ce liquide ne soit évaporé. Une incinération pratiquée dans les meilleures conditions ne peut donc se faire en moins de temps que n'en exigent les processus physiques. Et, naturellement, la durée de l'incinération augmente dans la mesure où l'on s'éloigne des conditions idéales, soit qu'on utilise le four avec négligence, soit que son système de construction soit mal conçu.

Avant de chercher à résoudre le problème de la durée du processus d'incinération, nous devons définir ce que nous entendons exactement par là. De façon générale, on peut dire qu'une incinération est complètement achevée lorsque les cendres du corps ont été retirées du four. Pour un four qui n'est pas équipé d'une grille de postcombustion, on peut définir la durée de l'incinération comme le temps qui s'écoule entre le moment où le cercueil est introduit dans le moufle et celui où les cendres incandescentes tombent dans le collecteur de cendres. Dans le cas d'un four équipé d'une grille de postcombustion, comme les fours à foyer de Beck et Topf et les fours à gaz de Volckamnn-Ludwig dans les années 30, on considère comme moment final de l'incinération le moment où les cendres incandescentes sont retirées de leur réceptacle ou transférées de la sole du moufle sur la grille de postcombustion.

Bien que ce fût contraire aux normes éthiques formulées en 1932 par R. Kessler, on avait coutume, dans certains crématoriums, de ne pas attendre que les restes d'un corps aient fini de brûler avant d'introduire le corps suivant dans le moufle, de sorte que deux corps se trouvaient simultanément dans le même four (mais à des stades différents d'incinération). Cette méthode était courante avec les fours de type Volckmann-Ludwig, de Stuttgart, dont la chambre à cendres était munie d'un panneau de séparation.

Comme cela a déjà été dit, on a fait en Angleterre, dans les années 1970, des expériences scientifiques pour déterminer quels facteurs influent sur le processus d'incinération. Les résultats furent rendus publics en juillet 1975, à la réunion annuelle de la Cremation Society of Great Britain. Les expériences furent réparties en deux séries: une série préliminaire au crématorium Breakspear, à Ruislip, et la série principale au crématorium Chanterlands, à Hull. Les chercheurs du premier groupe sélectionnèrent les facteurs qui leur semblaient influer sur la durée du processus de crémation. L'influence des facteurs techniques fut neutralisée, car on employa pour toutes les expériences le même four à gaz (Dowson&Mason Twin Reflux Cremator) et le même agent de combustion.

Ces recherches montrèrent que les facteurs décisifs pour la durée de la crémation étaient la température maximum du four et le sexe du défunt. Les résultats des expériences furent mis en graphiques par des statisticiens. Un des chercheurs, le Dr E.W.Jones, a commenté ces résultats comme suit:

Ce graphique a permis au statisticien de nous dire --et cela nous a semblé très intéressant-- qu'il existe un temps de combustion maximal, ou, pour mieux dire, minimal, en dessous duquel il est impossible de descendre. Cette durée minimale, que notre statisticien a définie comme une barrière thermique, ne peut, en raison de la composition des tissus humains, être inférieure à soixante-trois minutes. Il est vrai que certaines personnes indiquent comme durée minimum soixante, cinquante-neuf ou cinquante-huit minutes: c'est vraiment l'échelon le plus bas, et la température optimale de cette barrière thermique est de 800 à 900 degrés C.

Le graphique montre que, pour une température de 800 degrés C, la durée la plus proche de la "barrière thermique" est de soixante minutes. Si on élève la température jusqu'à mille degrés C, la durée d'incinération s'allonge jusqu'à soixante-sept minutes; à mille cent degrés C, elle redescend à soixante-cinq minutes.

Il est possible qu'à des températures plus élevées, la durée continue à se raccourcir, mais on n'a pas mis de telles températures en oeuvre. A des températures extrêmement élevées, la durée d'incinération descend vraisemblablement en dessous de la barrière thermique. Le Dr Jones déclare à ce sujet que si on voulait ramener ainsi la durée de l'incinération à vingt ou même à quinze minutes, on devrait construire un four à température de combustion de deux mille degrés C.

En réalité, le processus de crémation doit se dérouler entre des limites thermiques très précises. A des températures supérieures à mille cent ou mille deux cents degrés C, on constate le phénomène de frittage, c'est-à-dire que les os du cadavre et la maçonnerie réfractaire du four commencent à se ramollir et à se mélanger; à des températures plus basses que sept cents ou six cents degrés C, le corps est seulement carbonisé. Le Dr Jones fait alors une constatation particulièrement intéressante pour nous:

Notre collègue statisticien a fourni un travail important. Il a étudié les statistiques se rapportant aux crématoires allemands de la dernière guerre et il est apparu que les autorités furent alors aux prises avec un problème analogue: ils se heurtèrent à une barrière thermique. Ils ne réussirent pas à inventer un four ramenant la durée stricte d'incinération à la limite souhaitée. Nous avons alors commencé à rechercher la cause de cette barrière thermique.

Comme nous l'avons écrit, cela tient aux protéines du corps humain, qui subissent une transformation chimique quand on les chauffe à huit cents ou neuf cents degrés C. Elles sont soumises à des dissociations et à des combinaisons "qu'on ne peut décrire que comme la formation d'une croûte dure".

Dans les fours crématoires à foyer au coke, le processus de combustion prenait évidemment plus de temps. Les renseignements qu'on trouve sur cette durée dans la littérature de l'époque sont loin d'être sûrs, tout d'abord parce qu'on n'y définit presque jamais explicitement ce qu'on entend par durée de la crémation, et ensuite parce qu'il faut tenir compte des déformations que les données subissaient pour motifs de concurrence et de réclame.

C'est pourquoi nous prenons comme point de départ objectif et indubitable les données fournies par les appareils de mesure placés dans les fours. Très important est à ce point de vue le diagramme concernant les incinérations au coke faites par R. Kessler le 5 janvier 1927. On peut affirmer que ces incinérations furent exécutées dans des conditions optimales pour un four muni d'un foyer à gaz; en effet:

- le système de construction du four était excellent;

- Kessler avait pris toutes les précautions pour préparer le four de façon idéale au point de vue de la technique thermique;

- les instruments nécessaires furent utilisés pour suivre le processus de crémation dans toutes ses phases;`

- sous la surveillance d'un ingénieur spécialiste, le four fut employé de façon irréprochable.

Lors de ces expériences, le temps moyen d'incinération fut d'une heure et onze minutes, l'incinération la plus brève prit une heure. La température de combustion moyenne dans le moufle était environ de 870 degrés C. Nous y reviendrons plus loin. Il est important de noter à ce sujet que l'ingénieur Kessler employait le système direct d'incinération. A titre de comparaison, signalons une autre série de huit crémations que Kessler effectua dans le même four, mais cette fois avec des briquettes. Pour cette série, la durée moyenne de combustion fut d'une heure et vingt-six minutes. Deux semaines plus tard, la même expérience avec chauffage du four au gaz avait donné une moyenne d'une heure et douze minutes pour chacune des huit crémations.

 

2. Les installations d'incinération TOPF d'Auschwitz-Birkenau

Vers la fin des années trente, la firme Topf et d'autres entreprises, surtout la firme H. Kori, de Berlin, et les Didier-Werke, également de Berlin, commencèrent à concevoir, pour les camps de concentration, des fours crématoires plus simples à fabriquer que les fours à usage civil. La firme Topf présenta six projets pour des fours de ce type, mais seuls nous intéressent les modèles qui furent installés dans les crématoires d'Auschwitz et de Birkenau.

2.1. Le four crématoire Topf à chauffage au coke et double moufle

A notre connaissance, la firme Topf a construit quatre fours de ce type, dont trois furent installés dans le crématoire I (l'ancien crématoire du camp central d'Auschwitz) et un à Mauthausen.

L'installation du premier four d'Auschwitz commença au début de 1940. D'une lettre de la direction du camp d'Auschwitz, en date du 16 septembre 1940, il ressort que ce four "fonctionnait déjà depuis quelques semaines". On peut donc admettre que le four fut mis en usage vers la fin de juillet 1940. Selon J.C.Pressac, il fut monté entre le 28 juin et le 5 juillet 1940 et la première crémation eut lieu le 15 août.

Le devis relatif au second four porte la date du 13 novembre 1940. La firme Topf livra les pièces séparées à Auschwitz le 20 et le 21 décembre 1940 et le 17 et le 21 janvier 1941, de sorte que ce second four fut probablement monté en février 1941. Selon J.C.Pressac, il le fut entre le 20 janvier et le 22 février 1942.

La pose des fondations du troisième four débuta le 19 novembre 1941 et fut terminée le 3 décembre. Ensuite, les opérations furent interrompues par le manque de matériaux réfractaires. Le devis de la firme Topf porte la date du 16 décembre 1941 mais ne fut envoyé que le 22 mai 1942, comme cela ressort d'un cachet apposé sur le document. Il est donc certain que ce four fut monté en juin 1942.

Le four de Mauthausen fut commandé à la firme Topf le 16 octobre 1941, mais la direction SS des constructions (SS.Neubauleitung) en différa longtemps le montage. Les éléments du four furent envoyés à Mauthausen entre le 6 février 1942 et le 12 janvier 1943, mais le montage fut décidé fin 1944 et exécuté en janvier-février 1945, ce qui explique que ce four soit conservé en état relativement bon.

Les deux fours crématoires bimoufles qui se trouvent maintenant au crématoire d'Auschwitz sont des reconstitutions assez maladroites d'après-guerre, pour lesquelles on a réutilisé les parties originelles qui avaient été démontées par les SS. Il est donc tout à fait inutile d'examiner ces reconstitutions si l'on veut comprendre la structure et le fonctionnement de ce type de fours. C'est pourquoi notre description est entièrement fondée sur l'examen du four de Mauthausen et sur les documents auxquels nous avons eu accès concernant les fours d'Auschwitz et de Mauthausen (qui, comme on l'a vu, était du même modèle).

Les éléments du four de Mauthausen sont également énumérés sur la liste de livraison dressée par la firme Topf le 12 janvier 1943. Le mode de construction du four crématoire bimoufle est représenté sur le plan Topf D 57 253 du 10 juin 1940, qui se rapporte au premier four monté à Auschwitz. Le four est solidement maçonné et clos par une série de fers d'ancrage. Les dimensions du four de Mauthausen sont pratiquement celles qu'indique le plan D 57 253, lesquelles correspondent aux dimensions des fers d'ancrage figurant sur la liste de livraison dressée par la firme Topf le 17 janvier 1941 pour le second four d'Auschwitz. Le four est équipé de deux moufles. Son fonctionnement est expliqué dans les Instructions pour l'utilisation du four crématoire Topf à chauffage au coke et double moufle.

A l'origine, le crématoire d'Auschwitz fut construit conformément au plan Topf D 50 042 du 25 septembre 1941, qui fut établi pour la construction du troisième four. Chaque four était muni de son propre dispositif d'air pulsé. Ce dispositif était une soufflerie actionnée par un moteur à courant triphasé de 1,5 CV à embrayage direct et par une tuyauterie. A l'origine, la cheminée était carrée (500x500mm). Le système d'aspiration, qui avait une puissance d'extraction d'environ 4000m3 de fumée par heure, consistait en un tirage forcé actionné par un moteur à courant triphasé de trois chevaux vapeur à embrayage direct et muni d'un clapet séparant la zone d'aspiration et la zone sous pression. Le fonctionnement de cette installation était décrit dans un manuel édité par la firme Topf.

Le système d'introduction du corps comprend un chariot sur rails, le cercueil étant posé sur une glissière.

Le 19 juillet 1943, on mit le crématoire hors d'usage et les fours furent démolis. Après la fin de la seconde guerre mondiale, les Polonais ont reconstruit les fours 1 et 2 à l'aide des éléments d'origine que les SS avaient démontés et dont beaucoup se trouvaient encore dans l'ancienne réserve de coke. Cette reconstruction fut assez approximative, de sorte que les fours, dans leur état actuel, ne pourraient pas fonctionner.

2.2. Le four crématoire Topf à chauffage au coke et à trois moufles.

Ce four, comme celui à huit moufles, fut conçu dans les derniers mois de 1941 par l'ingénieur Pruefer. Le 22 octobre 1941, la direction centrale des constructions d'Auschwitz commanda à la firme Topf les éléments de cinq fours Topf à trois moufles et à dispositif d'air pulsé pour le nouveau crématoire qu'elle voulait construire dans le camp central. Ces fours furent installés l'un après l'autre dans le crématoire II de Birkenau. La facture relative à ce travail porte la date du 27 janvier 1943. Le prix d'un four était de six mille trois cent soixante-dix-huit marks. La Bauleitung commanda les cinq fours trimoufles destinés au crématoire III une première fois par téléphone le 25 septembre 1942, puis le 30 septembre par lettre recommandée. Le 28 octobre, la firme Topf envoya à la Bauleitung le plan D 59 934 pour le montage des fours des crématoires II et III. Ce plan est perdu. La facture relative aux cinq fours trimoufles du crématoire II de Birkenau porte la date du 27 mai 1943. Le prix d'un four était de 7.830 marks. Les deux premiers fours trimoufles fournis par la firme Topf furent mis en service dans le camp de Buchenwald, le 23 août et le 3 octobre 1942.

La description du four trimoufle Topf que nous allons donner dans ce qui suit est fondée sur un examen direct des fours de Buchenwald et sur les documents disponibles. Trois photos de source SS confirment que les fours installés dans les crématoires II et III de Birkenau étaient du même modèle que ceux de Buchenwald. L'un d'eux, toutefois, pouvait aussi être chauffé au mazout.

Pour ce qui est du mode de construction, le four trimoufle est constitué d'un four à deux moufles munis chacun d'un foyer à coke, auquel on ajoute en position centrale un troisième moufle; on apporte également certaines modifications techniques, que nous avons exposées ailleurs.

Le four est enfermé dans une solide structure maçonnée, armée de fer forgé et de fonte. Le poids de la maçonnerie réfractaire de chaque four était environ de 10.400 kg. Si l'on songe que la maçonnerie réfractaire du modèle de four bimoufle d'Auschwitz pesait environ 10.000 kg, il est clair que le four trimoufle était économique, ce que montre aussi son prix considérablement moins élevé. Le troisième four bimoufle d'Auschwitz coûta 7.332 marks, y compris un dispositif d'air pulsé et une installation pour l'introduction des corps avec rails. Les fours du crématoire II de Birkenau coûtèrent chacun 6.378 marks, y compris un dispositif d'air pulsé. Compte tenu du fait que les deux systèmes d'introduction des corps et les rails accompagnant les cinq fours trimoufles coûtèrent 1.780 marks, un four trimoufle, muni des mêmes accessoires qu'un four bimoufle, était en fait moins cher. Le prix unitaire des fours du crématoire III, à savoir 7.380 marks sans le chariot d'introduction, était plus élevé que celui des fours du crématoire II, mais encore bien plus intéressant que celui des fours bimoufles d'Auschwitz.

Les crématoires II et III de Birkenau comprenaient une grande salle des fours de 30x11,24m. Les cinq fours trimoufles étaient alignés dans la longueur. Cette pièce avait une aile attenante de dix mètres sur douze, divisée en deux parties par un mur. La plus petite partie, à laquelle on accédait par la salle des fours, était à son tour divisée en trois locaux: deux salles des moteurs et une pièce abritant un des trois systèmes d'aspiration dont le crématoire était pourvu. L'autre partie comprenait la cheminée, les deux autres systèmes d'aspiration et un four pour l'incinération des ordures, raison pour laquelle ce local était appelé "four aux ordures".

Les fumées des fours étaient aspirées à l'aide d'un appareil logé dans une pièce voisine et étaient soufflées à grande vitesse dans la cheminée. En mars 1943, les trois tirages forcés furent gravement endommagés et démontés. Pour ce motif, on n'installa pas les systèmes d'aspiration qui avaient été prévus pour le crématoire III. Alors que, dans le crématoire II, on avait installé des rails pour l'introduction des corps, on n'en installa pas dans le crématoire III, où on les remplaça par des brancards. Le modèle de brancard utilisé --qui l'était aussi pour le four Topf bimoufle de Mauthausen et pour les fours Kori d'autres camps de concentration-- consistait en deux tubes de métal parallèles d'une longueur de 350 cm et d'une section de 3 cm de diamètre. A la partie avant, qu'on introduisait dans le moufle, était soudée une plaque de métal légèrement courbée de 190 cm de long et 38 cm de large. Les deux bras du brancard avaient le même écartement que deux roulettes de guidage fixées aux montants du four, de sorte qu'ils pouvaient facilement glisser dessus. En mars 1943, ce système fut étendu au crématoire II. L'usage du four trimoufle chauffé au coke est expliqué dans les Instructions pour l'utilisation du four crématoire trimoufle chauffé au coke, éditées par la firme Topf et fondées sur la notice relative au four bimoufle. La seule différence notable est que la température maximale permise dans les moufles était de 1.000 degrés centigrades pour le four trimoufle, contre 1.100 pour le four bimoufle. Ce désavantage tient au fait que la masse de la maçonnerie réfractaire était moindre dans un four trimoufle (environ 2.1000kg)) que dans un four bimoufle (environ 3.000kg) et aussi, sans doute, à l'usage d'un moins bon matériau.

En Allemagne, au début de la seconde guerre mondiale, la crémation dans les camps de concentration était réglée par le "Décret sur l'exécution des incinérations dans le crématoire du camp de concentration de Sachshausen", promulgué par Himmler le 28 février 1940. Les dispositions de ce décret étaient identiques à celles qui concernaient les crématoires civils. On ignore si ces prescriptions légales furent modifiées ou abrogées par la suite ou si les camps de concentration des territoires occupés de l'Est étaient soumis à d'autres règles que ceux de l'ancien Reich.

En tout cas, il est certain que les fours crématoires Topf bimoufles et trimoufles étaient installés selon les mêmes normes que les fours civils. Dans les devis de la firme Topf relatifs à ces fours figurent des chariots ou d'autres systèmes d'introduction pour cercueils, ce qui montre que cette firme prévoyait des incinérations avec cercueil. Cela est confirmé par les instructions d'utilisation, qui conseillent de mettre les souffleries d'air pulsé en marche immédiatement après l'introduction du corps dans le moufle et de les laisser fonctionner environ vingt minutes. Cette recommandation convient parfaitement si les corps sont introduits dans le four avec les cercueils, car la combustion rapide et intense du cercueil nécessite une grande quantité d'air. En revanche, cela n'a aucun sens dans le cas d'une incinération sans cercueil, car l'apport d'une grande quantité d'air froid durant la phase d'évaporation de l'eau du corps (phase qui absorbe une grande quantité de la chaleur du four) n'aurait que contrarié le processus d'incinération. Il ressort également des manuels d'utilisation que les fours étaient conçus pour des incinérations où il ne se trouvait jamais plus d'un corps à la fois dans un même moufle, car, selon ces manuels, les corps devaient être introduits l'un après l'autre.

2.3. Le four Topf à huit moufles et à chauffage au coke

Ce four, dont le mode de construction était sans doute expliqué sur le plan D 59 478 (aujourd'hui perdu) de la firme Topf, avait été conçu par l'ingénieur Pruefer, probablement fin 1941. En tout cas, il l'a été après le four trimoufle, car le plan de celui-ci porte un numéro inférieur, D 59 394.

Le 4 décembre 1941, le SS-Hauptamt Haushalt und Bauten, office central SS du budget et des constructions), de Berlin, commanda à la firme Topf "les éléments de quatre doubles fours crématoires Topf à quatre moufles" pour Moghilev, en Biélorussie, où se trouvait le camp de transit de prisonniers de guerre 185. La commande fut confirmée le 9 décembre, mais on n'envoya à Moghilev --le 30 décembre-- que la moitié d'un four (quatre moufles). Les autres éléments restèrent provisoirement dans l'entrepôt de la firme Topf.

Conformément à une proposition faite par l'ingénieur Pruefer à l'occasion de sa visite à Auschwitz du 19 août 1942, le WVHA (Wirtschafts-und Verwaltungshauptamt, bureau central économique et administratif) ordonna le 26 août que deux des fours commandés pour Moghilev fussent envoyés à Auschwitz. Toutefois, la Direction centrale des constructions attendit deux mois et demi avant de demander un devis pour ce modèle de four à la firme Topf. Celle-ci envoya ce devis le 16 novembre. Le prix total, qui était de 55.200 RM (13.800 pour chaque four), comprenait un supplément de 6%, parce que la firme devait souvent changer les plans et concevoir de nouveaux modèles pour les armatures.

Les plans du crématoire IV de Birkenau (image réfléchie du crématoire V), qui montrent les fondations et la coupe verticale du "four crématoire à huit moufles", les photos des ruines du crématoire V prises par les Polonais en 1945 et l'examen direct de ces ruines nous permettent de reconstituer la structure de ce type de four avec une précision suffisante. Le four Topf à huit moufles et chauffage par coke est constitué de huit fours à un moufle chacun, tels que sur le plan 58173 de la firme Topf. Ces huit moufles se partagent en deux groupes de quatre, chaque groupe consistant en deux paires de moufles; ces paires sont disposées comme images réfléchies l'une de l'autre, de sorte que chaque four a en commun les deux parois arrière et les deux parois centrales du moufle.

Les deux groupes sont reliés l'un à l'autre par quatre foyers et, dans chaque groupe, les moufles sont couplés deux par deux selon le même système; le tout forme ainsi un seul four à huit moufles qui, en raison de sa grandeur (la surface de base est d'environ 32 m2) est appelé "four crématoire de grandes dimensions" sur la facture. Le four est encadré par une solide structure maçonnée comportant une série de fers d'ancrage. Ces fers sont nettement visibles sur les photos polonaises de 1945 et encore présents dans les ruines de ce crématoire.

Les grilles étaient également prévues pour brûler du bois, comme on peut l'inférer d'une facture de la firme Topf datée du 5 avril 1943, où il est question de "chauffage au bois". Le système d'introduction du corps consistait en un brancard, comme dans les crématoires II et III. Pour faire passer ce brancard sous la guillotine de fermeture du moufle, on le posait sur deux roulettes d'une fabrication simplifiée, chevillées au fer d'ancrage.

Le four n'était sans doute pas pourvu de dispositifs d'air pulsé, car la facture du 5 avril 1943 n'en mentionne pas. Les cheminées n'avaient pas de système d'aspiration. L'élément de base du four crématoire Topf à huit moufles consistait en deux moufles et un foyer. Le système d'évacuation des fumées correspondait à celui du four crématoire à un moufle représenté sur le plan Topf D 58173.

2.4 Les fours crématoires de la firme H. Kori, de Berlin

3. La consommation de coke des fours crématoires Topf d'Auschwitz-Birkenau

3.1 Bilan thermique des fours crématoires Topf bimoufles d'Auschwitz-Birkenau

Pour déterminer avec une précision suffisante l'équilibre thermique des fours crématoires Topf bimoufles d'Auschwitz-Birkenau, on peut étendre la méthode de calcul de l'ingénieur W.Heepke aux fours Topf bimoufles car, en ce qui concerne la structure, ce modèle était le plus proche des fours civils. Comme cette méthode de calcul est relativement compliquée, nous ne voulons pas lasser nos lecteurs inutilement et nous préférons les renvoyer aux calculs détaillés que nous avons effectués ailleurs. Au bout de ces calculs, on arrive à la quantité de coke qui est nécessaire, dans des conditions idéales, pour maintenir soixante minutes à une température de 800 degrés centigrades un four bimoufle contenant deux corps de poids normal (70 kg). Cette quantité est de 22,7 kg par corps.

Pour deux corps maigres de 54,5 kg, ayant perdu 25% de leurs protéines et 37,5% de leur graisse, on a besoin de 25,3 kg de coke par corps. Pour deux corps complètement décharnés (dans l'argot des camps: "des musulmans") pesant 39 kg, ayant perdu 50% de leurs protéines et 75% de leur graisser, on a besoin de 27,8kg par corps.

3.2 La consommation de coke du four Topf bimoufle de Gusen

Ces chiffres sont pleinement confirmés par la pratique. Concernant le crématoire de Gusen, équipé d'un four Topf bimoufle, il existe un document qui détaille le nombre de corps incinérés et la consommation quotidienne de coke pour vingt-huit jours, dans la période du 26 septembre au 12 novembre 1941.

Dans ce qui suit, nous allons essayer de déduire la consommation moyenne de coke par corps du nombre quotidien d'incinérations. Dans la période du 26 septembre au 15 octobre 1941, une période de vingt jours donc, il y eut cent quatre-vingt-treize incinérations, pour lesquelles le four fut utilisé pendant onze jours. Au total, le four a été au repos neuf jours. Pendant cette période de repos, il se refroidissait, aussi la consommation moyenne de coke par corps est-elle extrêmement élevée: environ 47,5 kg.

Dans la période du 26 au 30 octobre, en quinze jours donc, il y eut cent vingt-neuf incinérations, soit 26 par jour en moyenne. Le four fonctionna tous les jours. Pour cette raison, la consommation moyenne de coke fut plus faible: environ 37,2 kg par corps.

Du 31 octobre au 12 novembre 1941, sur une période de treize jours, donc, il y eut six cent soixante-dix-sept incinérations, soit cinquante deux par jour en moyenne. Le four se trouva constamment en équilibre thermique, ce qui fit tomber la consommation moyenne de coke à un minimum de 30,5 kg par corps. Dans cette période, le jour où la consommation moyenne de coke fut le plus faible est le 3 novembre. Ce jour-là, quarante-deux corps furent incinérés, avec ne consommation moyenne de 27,1 kg de coke. La plus grande consommation moyenne de coke (37,5 kg par corps) fut enregistrée le 6 novembre.

Ces chiffres peuvent certainement s'appliquer au four Topf bimoufle d'Auschwitz. Si l'on admet que, contrairement à la vraisemblance, les six cent soixante-dix-sept corps dont il est question dans le document cité étaient tous décharnés ("musulmans"), la consommation moyenne de coke par corps était 22,7:27,8 x 30,5 kg @ moyennement amaigri, on obtient une consommation moyenne de coke de 25,3:27,8x30,5 kg @ 28 kg.

Les crémations par le four Topf à double moufle, modèle d'Auschwitz, nécessitaient donc, en moyenne, en cas d'alimentation continue, les quantités suivantes de coke:

- un corps normal : 25 kg de coke

- un corps moyennement amaigri: 28 kg de coke

- un corps décharné ("musulman") 30,5 kg de coke

Ces chiffres sont fondés sur la supposition que le four fonctionnait dix-neuf heures par jour (une heure pour l'allumage et le chauffage, dix-huit heures pour les incinérations). Le retour à l'équilibre thermique, c'est-à-dire la récupération d'une quantité de chaleur égale à celle qui a été perdue pendant la pause de cinq heures, augmente la consommation d'environ 3%. En d'autres termes: si le four avait fonctionné vingt-quatre heures sur vingt-quatre, la consommation de coke aurait été inférieure de 3%.

3.3 Bilan thermique pour les fours crématoires Topf à trois et à huit moufles

L'ingénieur Kurt Pruefer, dans une lettre du 15 novembre 1942 aux patrons Ludwig et Ernst-Wolfgang Topf, confirma que les fours trimoufles dont il avait fait les plans et qui l'avait montés dans le crématoire de Buchenwald avaient un rendement qui dépassait ses prévisions d'un tiers. La cause de cette erreur était sans doute que Pruefer avait fait les plans des fours à trois et à huit moufles "pendant son temps libre", comme il l'écrivit lui-même aux Topf dans une lettre du 6 décembre 1941.

Les choses s'expliquent sans doute comme suit: quand Pruefer installa trois moufles dans un four d'environ 43 m2, et qu'il calcula la chaleur qui pourrait être épargnée par moufle du fait que la perte due à la conduction et au rayonnement de la chaleur serait moins grande, il partir des valeurs correspondant au four bimoufle. Celui-ci avait une surface d'environ 32 m2 (16 m2 par moufle). Pruefer n'avait prévu qu'une faible réduction de la consommation de coke par rapport au four bimoufle, parce que l'économie des coûts était pour lui plus importante que celle du combustible.

En effet, le second four bimoufle qui fut monté à Auschwitz coûtait 7.753 RM (3.876,5 RM par moufle), alors que le prix du four trimoufle du crématoire III était de 7.830 RM (2.610 RM par moufle). Le four à huit moufles coûtait 13.800 RM, soit seulement 1.700 RM par moufle.

Il y avait encore un autre avantage économique de ce four que Pruefer n'avait pas pris en considération: la possibilité d'utiliser comme comburant l'air chaud présent dans les fumées. Dans le four trimoufle, les deux moufles situés sur le côté, qui fonctionnaient comme un four bimoufle, apportaient au moufle central des fumées à haute température, qui contenaient assez d'air pour incinérer un corps. La combustion du corps fournissait alors au moufle central une quantité de chaleur qui compensait la perte de chaleur subie par ce moufle, de sorte que la consommation de coke du four trimoufle était à peu près la même que celle du four bimoufle mais permettait l'incinération de trois corps au lieu de deux. Dès lors, le rendement du four trimoufle était en effet supérieur d'un tiers à celui du four bimoufle.

La consommation de coke du four trimoufle est donc:

- pour un corps normal: 25 kg x 2/3= 16,7 kg de coke;

- pour un corps moyennement amaigri 28 kg x 2/3 @ 18,7 kg de coke

- pour un corps décharné: 30,5 kg x 2/3 @ 20,3 kg de coke

Ces chiffres ne valent que si le four est utilisé de façon optimale.

En faisant cette réserve, nous voulons dire ce qui suit.

Le dégagement des fumée en provenance des moufles latéraux vers le moufle central avait, à côté de l'avantage déjà mentionné, l'inconvénient que le volume de fumées passant par le moufle central représentait plus du double de celui des fumées passant par un seul moufle d'un four bimoufle, de sorte que leur vitesse doublait également.

Si la vitesse moyenne d'un mélange gazeux combustible traversant une chambre de combustion est supérieure à la vitesse de propagation de la flamme, il ne prend pas feu dans la chambre de combustion. Deux cas sont envisageables: ou bien le mélange gazeux garde, en sortant de la chambre, une température au moins égale à sa température d'inflammation et il s'enflamme alors hors de la chambre; ou bien sa température descend en dessous de son point d'inflammation et, dans ce cas, il quitte l'installation sans brûler.

Pour empêcher que les gaz non brûlés n'arrivent dans l'atmosphère, les installations modernes d'incinération ont des chambres de postcombustion, où les fumées achèvent de brûler. On peut en prendre pour exemple les installations pour l'incinération des ordures ménagères. Dans ces installations, les fumées doivent rester au moins deux secondes dans la chambre de postcombustion. Pour le plus récent incinérateur électrique de la firme B.B.C. Brown Boveri, un séjour de 1,3 à 2,3 secondes dans les carneaux de postcombustion chauffés à 800 degrés centigrades est prévu. On peut donc admettre comme temps minimum de séjour des fumées dans le moufle une durée de 1,3 seconde.

Le calcul montre que, pour un cadavre normal et une crémation de 60 minutes, le temps moyen de séjour des fumées dans chaque moufle du four bimoufle était d'une seconde 32, alors que dans le moufle central du four trimoufle, il n'était que d'environ 0,68 seconde. Cela signifie que les gaz chauds formés par la décomposition du corps placé dans le moufle central du four trimoufle n'avaient pas le temps de brûler dans ce moufle et en sortaient donc non brûlés. La contrepartie de cette chaleur perdue devait être fournie par le foyer, de sorte que la consommation de coke, si on voulait exécuter la crémation en une heure, augmentait d'environ 15% pour chaque corps.

Pour assurer la combustion des gaz chauds dans le four, il aurait fallu porter le volume du moufle central de 1,5 à plus de 2,20 m3 ou la durée d'incinération de 60 à plus de 115 minutes.

Un inconvénient analogue était déjà apparu dans le fonctionnement du premier four électrique Topf, installé dans le crématorium d'Erfurt. Dans ce four,

"où la puissance d'extraction était de 12-24 mm H2O, les vitesses des fumées étaient élevées et le temps qu'elles mettaient pour parcourir leur trajet du moufle au canal d'évacuation des fumées était donc très réduit. Ce temps n'était pas suffisant pour permettre aux particules de carbone de s'enflammer."

Pour diminuer la vitesse des fumées, on élargit le volume du moufle en installant une chambre de combustion dans sa voûte. De même, quand, à la fin des années trente, on installa au cimetière de Francfort, au-dessus des installations d'incinération déjà existantes, un four destiné au nettoyage du cimetière, ce nouveau four avait, lui aussi, une chambre de combustion pour les fumées.

Le four à huit moufles était constitué de quatre paires de moufles séparées, mais où les deux moufles de chaque paire communiquaient. Les fumées qui passaient du premier moufle dans le second contenaient une certaine quantité d'air pur et chaud, qui suffisait pour incinérer le corps placé dans le second moufle.L'excédent de chaleur du premier moufle pouvait compenser la perte de chaleur du second. Dès lors, la consommation de coke d'une paire de moufles était environ la même que celle d'un moufle dans un four bimoufle, ce qui signifie qu'un moufle du four à huit moufles consommait environ moitié moins de coke qu'un moufle du four bimoufle.

La consommation de coke d'un four à huit moufles peut donc être schématisée comme suit:

- corps normaux: 25:2=12,50 kg de coke

- corps moyennement amaigris 28:2 = 14,00 kg de coke

- corps décharnés: 30,5 : 2 = 15,25 kg de coke

La comparaison avec les fours crématoires pour cadavres d'animaux montre que la consommation de coke du four à huit moufles correspond en théorie à la consommation minimale. Ces fours crématoires pour cadavres d'animaux, où on ne brûle pas les cadavres individuellement, sont soumis aux normes économiques les plus strictes. Cela en fait les installations les plus efficaces pour l'incinération de substances organiques et ils nécessitent, pour l'incinération d'une même masse, moins de coke que les crématoriums pour corps humains.

Avant la guerre, le plus important constructeur allemand de telles installations était l'ingénieur h. Kori, dont la firme avait établi fin 1892, dans l'abattoir de Nuremberg, la première installation d'incinération pour cadavres d'animaux. En 1924, la firme Kori avait déjà construit deux cent soixante fours de ce type, en améliorant constamment la technique des installations. Selon les indications du constructeur, ces fours crématoires permettaient de brûler en dix à douze heures environ cent vingt kilos de substance organique, en consommant en moyenne une masse de coke égale à 20 ou 30% de celle du cadavre. Pour un corps humain de 70 kg, ceci abaisserait la consommation à un minimum de 14 kg.


4. La durée d'une incinération dans les fours Topf d'Auschwitz-Birkenau

4.1 Les documents

Sur le problème très controversé de la capacité (nombre d'incinérations) des fours crématoires Topf, il existe trois documents qui, à vrai dire, fournissent des renseignements fort contradictoires.

4.1.1 Une lettre, adressée le 1er novembre 1940 par la firme Topf à la SS-Neubauleintung (direction des constructions) du camp de Mauthausen contenait un devis pour un "four crématoire Topf bimoufle, à chauffage par coke et à dispositif d'air pulsé" et pour un "système Topf d'intensification du passage d'air". On y lit littéralement:

"Notre ingénieur M. Pruefer a déjà signalé que le four proposé précédemment d'incinérer deux corps par heure."

Comme il s'agit du four à deux moufles, modèle Auschwitz, cette indication de Pruefer signifie qu'un corps pouvait être incinéré par moufle et par heure. La capacité théorique du four bimoufle était donc de quarante-huit corps en vingt-quatre heures.

4.2 Le 14 juillet 1941, la firme Topf répondait comme suit à une question spécifique de la SS-Neubauleintung du camp de Mauthausen:

"Dans le four crématoire Topf bimoufle chauffé au coke, on peut incinérer de trente à trente-six corps en dix heures environ."

D'après ce renseignement, une incinération durait de trente-trois à quarante minutes et la capacité théorique du four état de soixante-douze à quatre-vingt-six corps en vingt-quatre heures.

4.3 Le troisième document est une lettre, adressée le 28 juin 1943 par le chef de la direction centrale des constructions d'Auschwitz, le SS-Sturmbannfuehrer Bischoff, à l'Amsgruppenchef du WVHA, le SS-Brigadefuehrer Kammler. Cette lettre attribuait aux crématoires d'Auschwitz-Birkenau les capacités suivantes (pour vingt-quatre heures):

- ancien crématoire I 340 personnes

- crématoire II 1.440 personnes

- crématoire III 1.440 personnes

- crématoire IV 768 personnes

- crématoire V 768 personnes

- Total 4.756 personnes

Selon ce document, une incinération dans les fours à deux moufles durait environ vingt-cinq minutes et dans les fours à trois ou huit moufles quinze minutes.

Pour apprécier dans quelle mesure les données fournies par ces trois documents sont fondées techniquement et pour évaluer la durée minimum du processus d'incinération dans les fours Topf d'Auschwitz, nous allons utiliser deux critères objectifs, fondés tous deux sur les enseignements de la pratique: les résultats des expériences d'incinération au coke menées le 5 janvier 1927 par l'ingénieur R.Kessler (voir 1.4) et le registre des incinérations du crématoire de Gusen, un camp annexe de celui de Mauthausen (voir 3.2).

4.2 Les enseignements de la pratique

Comme nous l'avons expliqué au chapitre 1.5, la durée du processus d'incinération dépend essentiellement de la structure et de la composition chimique du corps humain, mais aussi, et en bonne part, du mode de construction du four crématoire et de la façon dont on s'en sert.

Puisque les fours d'Auschwitz-Birkenau étaient chauffés au coke, on peut pour se faire une idée du processus d'incinération, prendre comme point de comparaison l'expérience avec chauffage au coke faite par l'ingénieur Richard Kessler au crématoire de Dessau le 5 janvier 1927 (voir 1.4). Bien sûr, une appréciation correcte doit tenir compte non seulement des différences de structure entre le four utilisé par Kessler (système des frères Beck) et le four trimoufle Topf (modèle d'Auschwitz), mais aussi des différences d'utilisation.

Ainsi, Kessler --pour des motifs soit légaux soit déontologiques-- devait attendre que les cendres des corps eussent cessé de rougeoyer avant de pouvoir les faire passer dans le collecteur de cendres. Dans les fours crématoires Topf d'Auschwitz-Birkenau, au contraire, il résulte du manuel d'utilisation qu'on introduisait un corps dans le moufle dès que les restes du corps précédent étaient tombés à travers la grille dans le collecteur de cendres, où le processus d'incinération allait s'achever. Donc, dans les fours Topf, la partie principale de la combustion se terminait au moment où les restes du corps tombaient à travers les grilles dans la chambre de postcombustion, où ils brûlaient encore vingt minutes.

Il est important aussi que, dans les expériences de Kessler, les corps aient été incinérés dans des cercueils, alors qu'à Auschwitz, on plaçait le corps nus dans les moufles. Le cercueil, d'une part, tend à allonger la durée de l'incinération, parce que, durant quelques minutes, avant d'éclater sous l'effet de la chaleur, il forme une sorte d'écran thermique qui retarde l'évaporation de l'eau du corps. Mais d'autre part, le cercueil tend aussi à raccourcir la durée de l'incinération, parce qu'en brûlant, il élève la température dans le moufle et accélère ainsi l'évaporation de l'eau du corps. De plus, une partie de la chaleur libérée par la combustion du cercueil s'accumule dans la maçonnerie réfractaire, qui la restitue quand l'état thermique du moufle l'exige. On peut donc supposer que ces deux effets se compensent.

Deuxièmement, le système de four utilisé par Kessler, celui des frères Beck, était équipé de tous les instruments de mesure nécessaires pour suivre le processus d'incinération dans toutes ses phases, et les crémations étaient exécutées très soigneusement sous la surveillance d'un ingénieur expérimenté, de sorte qu'on peut parler ici d'un usage optimal du four, alors qu'à Auschwitz, le travail était fait par des auxiliaires, membres du Sonderkommando (commando spécial).

Chez Kessler, il s'écoulait en moyenne cinquante-cinq minutes entre l'introduction du corps et le moment où la température montait jusqu'à près de 900 degrés centigrades. Donc, la durée de l'incinération dans le moufle jusqu'au moment où les restes du corps tombaient à travers la grille dans la chambre à cendres, était nécessairement supérieure à cinquante-cinq minutes. Lors des huit crémations avec briquettes du 12 janvier 1927, la température maximum de la crémation fut atteinte en moyenne après soixante-deux minutes.

Compte tenu de ces faits, la durée du processus d'incinération dans le four bimoufle Topf correspondait vraisemblablement à celle qu'indiquait l'ingénieur Pruefer dans sa lettre du 1er novembre 1940, à savoir une heure.

Comment se fait-il, maintenant, que, dans sa lettre du 14 juillet 1941, la Topf mentionne une durée d'incinération de trente-trois à quarante minutes? Cela tient à la présence d'une installation d'aspiration. Que cette installation pût effectivement abréger la durée de l'incinération, cela ressort des expériences faites en 1939 au crématoire de Gera, avec un four Topf qui, il est vrai, était chauffé au gaz. Avec les fours à coke, ce système avait une action encore plus grande, mais la consommation de coke augmentait de 50%. C'est confirmé par les relevés faits au crématoire du camp de Gusen, qui était équipé d'un système d'aspiration et permettait d'obtenir une durée moyenne de crémation d'environ quarante minutes. Au cours des expériences d'incinération faites par l'ingénieur Kessler le 5 janvier 1927, la durée minimum de la partie principale de la combustion (quarante minutes) fut observée lors des deux dernières crémations. Dans les fours crématoires modernes, la partie principale de la combustion dure de trente à quarante minutes.

En conclusion, la durée minimum de la partie principale de la combustion d'un corps introduit nu dans le moufle est, dans les conditions optimales (ce qui signifie que le moufle est maintenu constamment à une température d'au moins 800 degrés centigrades) d'environ une demi-heure. A des températures plus basses, le processus dure plus longtemps.

Si maintenant nous examinons la lettre de la Topf en date du 14 juillet 1941, il semble défendable de soutenir que l'incinération de trente cadavres en dix heures environ (= quarante minutes par crémation) est le meilleur résultat qu'on puisse obtenir en pratique à l'aide d'une installation d'aspiration. La combustion de trente-six corps en dix heures environ (trente-trois minutes par incinération) est la plus haute capacité théorique de l'installation à deux moufles; elle ne peut être atteinte que pendant un temps bref et dans des conditions extraordinairement favorables. Selon le manuel édité par la firme Topf pour les fours à deux et à trois moufles, la combustion finale dans le collecteur de cendres durait environ vingt minutes. Si on ajoute à cette durée les quarante minutes de la combustion principale qui a lieu dans le moufle, on obtient une durée totale d'incinération de soixante minutes, ce qui correspond à la valeur limite, celle que le Dr Jones appelle la "barrière thermique" (thermal barrier), autrement dit la plus courte durée possible d'incinération. En revanche, dans les fours à trois et à huit moufles des crématoires de Birkenau, qui n'avaient pas d'installations d'aspiration, la durée moyenne de la combustion principale était de soixante minutes, plus encore vingt minutes de combustion finale dans le collecteur de cendres.

Les fours bimoufles du crématoire I d'Auschwitz étaient, à l'origine, équipés d'une installation d'aspiration d'air qui était semblable à celle de Gusen mais servait pour six moufles et non pour deux. La capacité de ces fours d'Auschwitz était nettement inférieure à celle du four de Gusen, comme cela résulte des faits suivants:

deux lettres de la SS-Neubauleintung (direction des constructions) d'Auschwitz, datées l'une du 22 novembre 1940 (à ce moment-là, il n'y avait dans le crématoire en question qu'un seul four Topf bimoufle) et l'autre du 8 janvier 1941; il résulte de ces deux lettres que le four ne pouvait pas incinérer vingt à trente corps par jour.

les inscriptions sur les couvercles de deux urnes (urnes reproduites par Pressac) dont il résulte que le corps du détenue Szczesni Wrobel, qui mourut le 19 octobre 1940, fut incinéré quatre jours plus tard et que celui de Karl Witalski, qui mourut le 28 mars 1941, ne put être brûlé que cinq jours plus tard;

les activités continuelles qui étaient nécessaires pour assurer un minimum d'efficacité.

Sur ces bases, on peut admettre que les trois fours bimoufles du crématoire I d'Auschwitz avaient besoin d'au moins soixante minutes pour incinérer un corps.

Il est flagrant que les résultats de ce chapitre ne concordent en aucune manière avec les données de la lettre du 28 juin 1943. D'après cette lettre, rappelons-le, une crémation durait vingt-cinq minutes dans le four à deux moufles et quinze minutes dans le four à trois ou à huit moufles. Au point de vue de la technique thermique, ces affirmations sont impossibles.

Examinons maintenant si, dans les fours Topf d'Auschwitz-Birkenau, il était possible de brûler plusieurs corps en même temps dans le même moufle.

4.3 L'incinération simultanée de plusieurs corps dans un même moufle

Dans une incinération effectuée à l'aide d'un four crématoire chauffé au coke, la phase critique, qui peut même compromettre les opérations, est l'évaporation de l'eau contenue dans le corps. Ce processus d'évaporation et le processus simultané de gazéification de la substance organique du corps absorbent beaucoup de chaleur et provoquent une forte baisse de la température dans le moufle, malgré la chaleur apportée par la combustion du cercueil et par les gaz chauds provenant du foyer.

La température du moufle ne peut pas descendre en dessous de 700-600 degrés centigrades, sinon les corps ne sont que carbonisés. Comme l'air est un mauvais conducteur thermique, le moindre retrait de chaleur fit très vite baisser la température dans le moufle.

Comme la plupart des corps incinérés le furent dans les crématoires II t III, c'est le modèle installé dans ces crématoires, le four Topf à trois moufles, que nous allons prendre en considération pour étudier la possibilité de l'incinération simultanée de plusieurs corps dans un même moufle.

Comme les incinérations se faisaient avec apport naturel d'air, nous allons étudier le résultat d'une incinération se déroulant dans des conditions normales, avec deux corps normaux par moufle. Nous admettrons donc que la température la plus élevée, durant la partie principale de la combustion, est atteinte après soixante minutes et que l'évaporation dure trente minutes.La plus haute capacité théorique du four et de cent quarante-quatre corps en vingt-quatre heures, celle de chacun des deux crématoires est de sept cent vingt corps.

Pour que l'incinération se déroule normalement, il est nécessaire que la température ne descende pas en dessous de 600 degrés centigrades. Sinon, comme on l'a dit, le corps est seulement carbonisé. Nous supposerons donc une température initiale de 800 degrés centigrades, qui s'abaisse rapidement pendant l'opération et se stabilise à 600 degrés centigrades.

Le calcul montre que la quantité de chaleur perdue en trente minutes à cause de l'évaporation de l'eau du corps est d'environ 237.000 kcal. Cela fait un déficit d'environ 40.700 kcal par moufle. A 600 degrés centigrades, la chaleur cédée par les murs à chaque moufle est d'environ 900 kcal par minute. Si cet afflux de chaleur restait constant, les murs de chaque moufle céderaient en trente minutes 27.600 kcal, et il resterait un déficit de 13.000 kcal. Dans la pratique, toutefois, la chaleur cédée en une minute par les murs du moufle ne serait que de 70 kcal. L'équilibre thermique s'établirait donc fort en dessous de 600 degrés centigrades.

Dès lors, il est impossible d'effectuer une crémation avec deux corps par moufle sans un gaspillage absurde de combustible et de temps. Ceci est évidemment vrai a fortiori pour la combustion simultanée de trois corps ou plus par moufle.

L'expérience pratique des incinérations du camp de Gusen confirme entièrement ces considérations. Du 31 octobre au 12 novembre 1941, le four Topf bimoufle y fonctionna intensivement et incinéra six cent soixante-dix-sept corps, avec une consommation moyenne de coke de 30,5 kg par incinération et un temps moyen de crémation d'environ quarante minutes. Ces incinérations étaient effectuées sous la surveillance de l'installateur de la firme Topf, August Willing, qui séjourna à Gusen jusqu'au 9 novembre.

A cette époque, précisément, toutes les conditions étaient remplies pour inciter à l'incinération simultanée de deux corps ou plus dans un même moufle, à savoir un grand nombre de corps et la présence d'un expert qualifié. Dans ces circonstances, on aurait certainement brûlé plusieurs corps ensemble si cela avait augmenté la capacité.

Mais la liste des incinérations et des consommations de coke montre que, même si on l'avait fait, cela n'aurait eu aucun avantage. Ainsi, par exemple, on incinéra le 8 et le 9 novembre soixante-douze corps en mille quatre cent soixante-dix minutes environ, avec une consommation totale de 2.100 kg par corps. Cela signifie que, dans chaque moufle, on introduisit (72:2)= 36 fois un seul corps, dont la combustion dura chaque fois environ quarante-et-une minutes.

Supposons maintenant que, dans chaque moufle, on ait introduit deux corps. Dans ce cas, il y eut (72:4) = 18 introductions de corps dans chaque moufle et la durée d'incinération pour chaque paire de corps était d'environ quatre-vingt-deux minutes. La consommation de coke pour quatre corps était de (2100:18) = 116,6kg, ce qui représente (116,6:4) = 29,1kg par corps. Les mêmes considérations valent pour tous les autres jours de crémation. Si donc on avait incinéré deux corps par moufle, la durée et la consommation de coke de chaque opération auraient doublé. Cela veut dire que le résultat final aurait été le même.

4.4 La capacité de crémation des fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau

Tirons maintenant les conclusions qui s'imposent quant à la capacité des fours crématoires d'Auschwitz et de Birkenau. Il faut tout d'abord tenir compte que les fours à foyer au coke ne peuvent fonctionner vingt-quatre heures sans interruption, car il se forme alors des scories de coke qui adhèrent à la grille et empêchent l'arrivée d'air. C'est pourquoi la notice de la firme Topf prescrivait (pour les fours à deux et à trois moufles):

"chaque soir, la grille du foyer doit être débarrassée des scories de coke et la cendre doit être enlevée."

On peut supposer que, pour le nettoyage des grilles, le fonctionnement des fours de Birkenau était interrompu quatre heures. Le nettoyage n'était en fait possible qu'après que le coke présent dans les foyers avaient complètement brûlé, ce qui, dans certains cas, durait très longtemps. Enfin, après le nettoyage, on devait de nouveau allumer le feu et attendre que le coke soit complètement incandescent avant de commencer un nouveau cycle d'incinérations.

En admettant donc qu'un four Topf des crématoires d'Auschwitz-Birkenau avait une capacité d'un cops par heure et par moufle et fonctionnait vingt heures par jour, nous trouvons pour ces crématoires les capacités maximales suivantes pour vingt-quatre heures:


Crématoire

Nombre de moufles

Capacité

Capacité avec corps d'enfants (voir 4.5)
Crématoire I

6

120 corps par jour

144 corps par jour
Crématoire II

15

300 corps par jour

360 corps par jour
Crématoire III

15

300 corps par jour

360 corps par jour
Crématoire IV

8

160 corps par jour

192 corps par jour
Crématoire V

8

160 corps par jour

192 corps par jour
Total

52

1040 corps par jour

1248 corps par jour

4.5 La capacité de crémation des fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau dans l'hypothèse des prétendus meurtres de masse

Dans l'hypothèse où des gazages massifs qu'on dit avoir été commis à Auschwitz-Birkenau furent une réalité, les enfants représentaient une certaine proportion des victimes.Cela aurait augmenté la capacité des fours et diminué la consommation de combustible, parce qu'on aurait pu brûler deux ou plusieurs enfants dans le même moufle. Il nous faut donc déterminer quel fut le pourcentage des enfants et adolescents, et dans quelle proportion la capacité de crémation des fours en aurait été augmentée.

Sur les 70.870 juifs de France déportés à Auschwitz, dont les âges sont connus, on dit que 42.310 furent gazés après les sélections. Sur les 70.780 déportés, 10.147 étaient des enfants et des adolescents de moins de dix-sept ans. Nous supposons dans ce qui suit que tous les enfants et adolescents de moins de dix-sept ans furent gazés. Cela correspondrait à 23,98 % des prétendus gazés. Vu la plus grande fécondité des juifs de l'Est, on peut admettre que, chez eux, la proportion des enfants et adolescents parmi les "gazés aurait été de 33%. Un tiers des gazés hypothétiques aurait donc appartenu à ce groupe d'âge. Les 10.147 enfants et adolescents en question se répartissaient dans les groupes d'âge suivants:


Age

Nombre

Poids
moins de 6 ans

1.893 = 4,47 %

13,5
de 7 à 12 ans

4.129 = 9,76%

26
de 13 à 17 ans

4.125 = 9,75%

53

Le poids moyen des enfants et des adolescents peut donc être estimé à 35 kg environ. Comme cette catégorie d'âge représentait un tiers du nombre des "gazés", le poids de six personnes (quatre adultes et deux enfants ou adolescents) correspondait à celui de cinq adultes pesant chacun soixante-dix kg. Dès lors, la capacité des fours est à multiplier par un facteur 1,2. La capacité plus grande ainsi obtenue est indiquée dans la dernière colonne du tableau précédent (4.4). Dans ce cas, la consommation de coke aurait diminué d'un sixième et serait tombée à environ 13,6kg par corps.

L'étude du bilan thermique et de la capacité des fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau nous permet de tirer une conclusion définitive sur la lettre du 28 juin 1943 (voir 4.1):

- la crémation de 4.756 corps par jour (environ 3,8 fois plus que la capacité maximale théorique) est impossible au point de vue de la technique thermique;

- une consommation moyenne de coke par crémation égale à (16.200:4.756) = 3,4 kg (environ quatre fois moins que la consommation minimale) est, au point de vue de la technique thermique, tout aussi impossible.

Dès lors, ce document est un faux.


5. Le nombre de crémations dans les fours d'Auschwitz et de Birkenau

5.1 Les registres de décès

Les registres de crémation d'Auschwitz-Birkenau ont disparu, de sorte qu'il n'est plus possible d'établir le nombre précis des incinérations et, par là, le nombre des personnes décédées dans le camp.

D'autre part, les registres de décès qui subsistent fournissent des informations insuffisantes sur le nombre des détenus immatriculés individuellement dans le camp. Ils donnent le tableau suivant:

- le Totenbuch (registre de décès) des prisonniers de guerre soviétique couvre la période du 7 octobre 1941 au 28 février 1942 et contient 8.320 inscriptions de décès;

- le Leichenhallenbuch (registre de la morgue), relatif à la morgue du bloc 28, dans le camp central, concerne la période du 7 octobre 1941 au 31 août 1943 et mentionne 22.902 décès;

- les Sterbebuecher (registres de décès) contiennent les certificats de décès des détenus enregistrés à Auschwitz-Birkenau, y compris pour les décès mentionnés dans le Leichenhallenbuch, mais non pour ceux du camp de prisonniers de guerre russes. De ces registres de décès, on a conservé quarante-six volumes, avec quelques lacunes. Les volumes conservés couvrent la période du 4 août 1941 au 31 décembre 1943. Chaque volume comporte mille cinq cents pages qui, toutefois, ne sont presque jamais utilisées complètement. Les certificats sont numérotés de façon continue, le premier certificat de chaque année portant le numéro 1. Dans les quarante-six volumes, 67.283 décès sont enregistrés (en 1941: 2.988; en 1942: 36.796; en 1943: 27.499). Il manque treize volumes de cette série: un pour 1941, six pour 1942 et six également pour 1943. Chaque volume pouvait contenir au plus mille cinq cents certificats. Les lacunes ne nous empêchent pas de connaître le nombre exact des décès enregistrés en 1942 et 1943. Le dernier certificat de 1942 porte le numéro 45.616 et le dernier de 1943 le numéro 36.991. Pour l'année 1941, le volume manquant va du 23 novembre au 31 décembre. Comme la mortalité moyenne de novembre était d'environ quarante-cinq personnes par jour et qu'en décembre, il mourut six cent soixante-treize détenus, on peut admettre avec une grande vraisemblance que ce volume manquant comprenait environ mille trente certificats. Les registres de décès fournissent donc les chiffres suivants:


1941 : 4.018 1942 : 45.616 1943 : 36.991 Total : 86.625

si nous ajoutons à ce total les mille trois cent vingt décès mentionnés dans le Totenbuch (registre des prisonniers de guerre soviétiques), nous arrivons, pour la période du 4 août 1941 au 31 décembre 1943, à un total de 94.945 décès. En 1940, il mourut sans doute environ mille neuf cents détenus et, de janvier à août 1941, environ six mille trois cents. On peut donc admettre, pour la période allant de la création du camp jusqu'au 31 décembre 1943, un total d'environ cent trois mille décès.

Dans les Sterbebuecher, les noms de femme ne constituent qu'une infime minorité. Sans doute les femmes étaient-elles inscrites dans des registres à part, où la raison de leur détention était indiquée. Il est certain que la mortalité était encore beaucoup plus élevée dans le camp des femmes que chez les hommes et il est très vraisemblable que les décès de femmes étaient inscrits dans d'autres registres. Cet enregistrement séparé peut se déduire notamment d'un document du XX-WVHA (Wirtschaftsverwaltunghauptamt, Office central d'administration économique), en date du 30 septembre 1943. En effet, d'après ce document, il mourut à Auschwitz-Birkenau, au mois d'août de cette année-là, mille quatre cent quarante-et-un détenus de sexe masculin et neuf cent trente huit de sexe féminin, soit en tout deux mille trois cent quatre-vingts personnes. Or le Sterbebuch n·18, qui couvre la période du 29 juillet au 29 août 1943, ne comprend, lui, que mille quatre cent quatre-vingt-quatorze noms, c'est-à-dire, à peu de chose près, ceux des morts du camp des hommes. Comme tous les camps étaient obligés d'enregistrer tous les décès avec précision et de communiquer les chiffre mensuels au SS-WVHA, il n'est pas douteux que les neuf cent trente huit femmes décédées ont toutes, ou presque toutes, été inscrites dans d'autres registres.

Le nombre des décès dans le camp des femmes ne peut être calculé avec une certaine précision que pour l'année 1943: il est d'environ dix-neuf mille. Pour 1942, on ne dispose pas de données sûres mais, de toute façon, la mortalité était terriblement élevée, car de toutes les femmes enregistrées entre le 26 mars et le 31 décembre 1942, il ne restait plus dans le camp, le 1er janvier 1943, que cinq mille trois cent soixante-sept. Des neuf cent trente deux juives internées pour motifs politiques durant l'année 1942,, il était mort sept cent vingt, c'est-à-dire 77%, à la fin de l'année. Dans les trois premiers mois de 1944, le chiffre total des décès dans le camp représentait à peu près 10% des effectifs moyens. Cela signifie qu'il ne peut pas être mort moins de vingt mille détenues.

De ces chiffres résulte un nombre total d'environ cent quarante deux mille décès. Pour la période qui suivit, jusqu'à la libération du camp en janvier 1945, on ne dispose pas de documents sûrs.

Une estimation prudente donne un total d'environ cent soixante à cent soixante-dix mille morts parmi les détenus immatriculés.

Comme les documents dont nous disposons ne concernent que les décès survenus parmi les détenus immatriculés, ils ne nous permettant pas encore d'évaluer correctement le nombre total des morts, car, selon la théorie de l'extermination, les gazés n'auraient jamais été immatriculés.

D'après la thèse de l'extermination, les corps des gazés étaient eux aussi brûlés. Nous devons donc maintenant examiner si les installations crématoires d'Auschwitz-Birkenau pouvaient incinérer les corps de toutes les victimes (détenus immatriculés morts de mort naturelle et déportés hypothétiquement tués dans les chambres à gaz).

Il faut tout d'abord déterminer le nombre des êtres humains qui, selon l'hypothèse de l'extermination, furent brûlés à Auschwitz-Birkenau.

5.2 Le nombre d'incinérations selon Jean-Claude Pressac

Dans son ouvrage Auschwitz. Technique and Operation of the Gas Chambers. (ATO), Jean-Claude Pressac donne les chiffres suivants pour les corps incinérés à Auschwitz et Birkenau:

Lieu de crémation

Nombre

Référence
Crématoire I

10.000 incinérés

125
Crématoire II

400.000 incinérés

126
Crématoire III

350,000 incinérés

126
Crématoire IV

6.000 incinérés

127
Crématoire IV

15.000 incinérés

127
Crématoire V

157.000 incinérés

127,128
Total

938.000 incinérés

Ces chiffres concernent exclusivement les supposés gazés et ne comprennent pas les détenus morts de mort naturelle, dont Pressac ne tient pas compte ici.

Dans son livre Les Crématoires d'Auschwitz. La Machinerie du meurtre de masse, Pressac abaisse le nombre des supposés gazés à six cent trente mille, faisant disparaître comme par enchantement non moins de trois cent huit mille gazés. Dans la traduction allemande parue chez Piper en avril 1994 sous le titre Die Krematorien von Auschwitz, le nombre des "gazés" est de nouveau énergiquement abaissé, à savoir entre quatre cent soixante-dix et cinq cent cinquante mille (p.202) Par rapport au premier livre, environ quatre cent mille gazés ont donc disparu sans laisser de traces.

Dans la version originale (française) du second ouvrage, le nombre total des victimes (juifs gazés non inscrits, détenus inscrits morts et prisonniers de guerre soviétiques) descend à sept cent soixante-quinze mille ou, arrondi, à huit cent mille; dans la version allemande, il tombe entre six cent trente-et-un et sept cent onze mille (p. 202). Dans son second ouvrage, Pressac diminue aussi le nombre des corps incinérés en plein air en 1942: il l'abaisse de cent sept à cinquante mille. Pour 1944, il ne donne cette fois aucun chiffre, de sorte que nous nous en tiendrons au nombre antérieur: cinquante mille. Il résulte donc des chiffres donnés par Pressac que, sur les six cent trente mille victimes des chambres à gaz, on en brûla environ cent mille en plein air et cinq cent trente mille dans les crématoires. Ces victimes auraient été à peu près toutes tuées et brûlées à Birkenau, car, si nous en croyons Pressac, il n'y eut dans le camp central que "très peu" de gazages.

Avant de contrôler la vraisemblance de ces affirmations, nous devons faire une remarque préalable. Pour arriver au nombre de six cent trente mille gazés, J.C. Pressac se fonde sur les conclusions de F. Piper, le directeur du musée d'Auschwitz, mais en leur apportant quelques changements importants. Nous pouvons démontrer que ces changements reposent en partie sur des fautes de calcul et en partie sur des suppositions erronées de Pressac. La cause de celles-ci est sans doute que Pressac a constamment le souci d'adapter le nombre des victimes d'Auschwitz aux capacités des crématoires telles qu'il les tire de son imagination. Par manque de place, nous renonçons à prouver notre affirmation ici et, dans la suite, nous adopterons les chiffres de Pressac.

5.3 Le fonctionnement des crématoires de Birkenau

Le tableau que voici indique les périodes d'existence des crématoires de Birkenau:


Période d'existence

Jours
Crématoire II du 15 mars 43 au 27 novembre 44

624
Crématoire III du 25 juin 43 au 27 novembre 44

522
Crématoire IV du 22 mars 43 au 7 octobre 44

566
Crématoire V

du 4 avril 43 au 18 janvier 45

656
crématoires II et III à eux deux: 1145 jours; crématoires IV et V à eux deux: 1.222 jours.

Toutefois, les fours crématoires Topf de Birkenau furent constamment sujets à des pannes, qui causaient des interruptions d'activité fréquentes et parfois longues.

En 1943, le crématoire II fonctionna du 15 au 24 mars et du 18 juillet au 31 décembre, le crématoire III du 25 juin au 31 décembre et le crématoire IV du 22 mars au 10 mai. Quant au crématoire V, il est très vraisemblable qu'il fonctionna tout au plus jusqu'à l'entrée en activité du crématoire III. Cela signifie moins de trois mois, du 4 avril au 24 juin.

On obtient ainsi le tableau suivant pour les temps d'activité et d'arrêt des quatre crématoires de Birkenau en 1943:

Période

Existence

Activité

Arrêt
Crématoire II 15.3 - 31.12

292

177

115
Crématoire III 25.6 - 31.12

190

190

--
Crématoire IV 22.3 - 31.12

285

50

235
Crématoire V 4.4 - 31.12

272

82

190
Total

1.039

499

540

En outre, il est vraisemblable que du 21 octobre au 27 janvier 44, donc pendant une période 98 jours, certains fours des crématoires II et III aient été en arrêt à cause des réparations à vingt portes de four.

Pour 1944, les données dont nous disposons sont moins complètes. Le 3 avril, des ordres furent donnés pour la "réparation de vingt portes" aux fours des crématoires II et III. La réparation fut terminée le 17 octobre, soit cent quatre-vingt-seize jours plus tard. Entre le 20 juin et le 20 juillet, on répara en outre "deux grandes portes de four et cinq petites". En 11943, le crématoire III avait subi des dégâts irréparables et le crématoire V avait été lui aussi gravement endommagé.

Début juin 1944, on tenta de les remettre en état, comme cela ressort d'un ordre, daté du 1er juin, pour la "réparation de trente portes de four" dans ces deux crématoires. Le 6 juin, les réparations étaient terminées, mais le même jour, de nouveaux ordres étaient donnés pou des "réparations nécessaires" dans les crématoires II à V. Les travaux cessèrent le 6 septembre. Toutefois, s'il faut en croire Pressac, le crématoire IV fut utilisé à partir de fin mai 1944 comme dortoir pour les détenus du Sonderkommando (commando spécial). On peut donc admettre que le crématoire IV ne fonctionna pas du tout en 1944 et que le crématoire V fonctionna du début du mois de juin au 18 janvier 1945, soit pendant deux cent trente jours.

Les durées de fonctionnement des crématoires de Birkenau pour 1944 et janvier 1945 peuvent donc être récapitulées dans le tableau suivant. On notera qu'il n'y est pas tenu compte qui, comme on l'a dit plus haut, affectèrent tel ou tel four.


Période

Jours

Fonctionnement

Arrêt
Crématoire II 1.1/27.11 1944 332

332

--
Crématoire III 1.1/27.11.1944 332

332
Crématoire IV -- --

--

--
Crématoire V 1.1.44/18.1.45 384

227

157

Les périodes d'inactivité de certains fours des crématoires II et III, causées par les réparations qu'il fallut faire aux portes de ces fours, représentent environ soixante jours en tout. Nous arrivons à ce total de la façon suivante:

- un four à trois moufles avait dix portes;

- vingt portes furent en réparation pendant deux cent quatre-vingt-quatorze jours et sept autres portes pendant trente jours, ce qui correspond à dix portes inutilisables pendant six cents jours;

- dans les deux crématoires, il y avait en tout dix fours.

Nous pouvons maintenant calculer le nombre total des jours d'activité des crématoires de Birkenau:

Jours d'activité

Jours d'activité

Crématoire II 509

Crématoire III 522 - 60 = 462

Crématoire IV 50
Crématoire V 309
Crématoires II et III 971 Crématoires IV et V 359

D'après le Kalendarium d'Auschwitz, de Danuta Czech, le dernier gazage eut lieu le 30 octobre 1944. On aurait donc eu la possibilité de tuer des êtres humains pendant (971 - 28 [novembre] - 28 [décembre]) = 915 jours dans les crématoires II et III et pendant (359 - 80) = 279 jours dans les crématoires IV et V.

Entre la mi-mars 1943 et le 18 janvier 1945, on incinéra dans les crématoires de Birkenau les corps d'au moins soixante-quinze mille détenus immatriculés. Si nous admettons que les quatre crématoires y ont participé proportionnellement à leurs jours d'activité et au nombre de leurs moufles quotidiennement disponibles, 85% environ des soixante-quinze mille corps (c'est-à-dire environ soixante-trois mille sept cent cinquante) ont été brûlés dans les crématoires II et III et les 158% restants (environ onze mille deux cent cinquante) dans les crématoires IV et V. Cela correspond à peu près à deux cent douze jours avec la plus longue durée possible d'activité (vingt heures par jour) pour les crématoires II et III et à soixante-dix jours pour les crématoires IV et V.

En conclusion, même si les crématoires avaient fonctionné sans interruption pendant toute leur durée d'activité, ils n'auraient pu brûler au plus que le nombre suivant de déportés non immatriculés:

- crématoires II et III (915 - 212) jours x 360 corps par jour = 253.080 corps

- crématoires IV et V (279 - 70) jours x 192 corps par jour = 40.128 corps.

Au total, il aurait donc été impossible de brûler plus de 293.208 cadavres de gazés, c'est-à-dire un peu plus de la moitié du nombre indiqué par Pressac.

Dès lors, la crémation des corps de tous les gazés qui, selon Pressac, auraient été incinérés à Birkenau était impossible techniquement, déjà au seul point de vue du temps disponible.

5.4 Durabilité des matériaux réfractaires ("chamotte") des fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau

En raison de l'échauffement qu'elle subit, la maçonnerie réfractaire d'un four crématoire est sujette à une usure inévitable qui, à la longue, compromet gravement le fonctionnement de toute l'installation. Pour les fours crématoires civils, la longévité de la maçonnerie réfractaire était, avec les procédés de construction et les matériaux qu'on utilisait normalement dans les années trente, d'environ deux mille incinérations, mais la firme Topf était parvenue à porter ce nombre à trois mille.

Pour les fours Topf des camps de concentration, l'usure de la maçonnerie réfractaire posait des problèmes plus graves, vu la masse plus réduite et la moindre qualité des matériaux réfractaires, avec les procédés de construction et les matériaux qu'on utilisait normalement dans les années trente, d'environ deux mille incinérations, mais la firme Topf était parvenue à porter ce nombre à trois mile.

Pour les fours Topf des camps de concentration, l'usure de la maçonnerie réfractaire posait des problèmes plus graves, vu la masse plus réduite et la moindre qualité des matériaux réfractaires, l'usage plus intensif des installations et enfin l'emploi d'un personnel constitué de détenus inexercés ou hostiles à leur travail.

L'importance de es facteurs apparaît bien dans le cas du four bimoufle Topf de Gusen. Ce four fut mis en service le 29 janvier 1941, mais était déjà endommagé après huit mois. Le 24 septembre, la SS-Bauleintung (direction SS des bâtiments) du camp de Mauthausen exigea de la firme Topf "l'envoi immédiat d'un de vos spécialistes pour la réparation du four crématoire du camp de Gusen". La société Topf envoya le monteur August Willing, qui avait installé le four. Willing vint à Gusen le 11 octobre et se mit au travail le lendemain. De la "facture des journées de travail fournies", il résulte que les travaux furent exécutés du 12 octobre au 9 novembre 1941. Dans la semaine du 16 au 22 octobre, Willing remplaça la maçonnerie réfractaire du four en soixante-huit heures de travail ("démolition du four et reconstruction de l'intérieur"). Pendant la semaine suivante, il acheva en cinquante-deux heures de travail le revêtement de la maçonnerie extérieure du four et fit un essai d'incinération. Il resta à Gusen jusqu'au 9 novembre pour mettre le four au point et en surveiller l'utilisation.

De février à octobre 1941, il mourut au camp de Gusen trois mille cent soixante-dix-neuf détenus en deux cent soixante-treize jours. Cela signifie que dans chaque moufle, on pratiqua environ mille six cents incinérations (3.179 : 2). Cela confirme que la longévité moyenne de la maçonnerie réfractaire d'un moufle était environ de deux mille crémations. Mais, même si l'on admet que les fours aient été utilisés jusqu'aux limites de leurs capacités, la longévité de la maçonnerie réfractaire ne pouvait dépasser trois mille incinérations.

Les quarante-six moufles des fours de Birkenau ne pouvaient donc incinérer qu'un maximum de (46 x 3.000) = 138.000 corps. Après cela, on aurait dû les démolir pour remplacer leur maçonnerie réfractaire.

Si Pressac était dans le vrai quand il suppose qu'outre les ± 100.000 détenus immatriculés dont il est prouvé qu'ils furent incinérés après une mort naturelle, on brûla encore dans ces fours cinq cent trente mille gazés (voir 5.2), on aurait dû remplacer la maçonnerie des moufles (630.000 : 138.000 = environ 5 fois. Pour les seuls crématoires II et III, cela aurait exigé 320.000 kg de matériaux réfractaires (abstraction faite de l'endommagement inévitable du revêtement réfractaire interne des foyers), ce qui aurait demandé environ neuf mille heures de travail, si nous en jugeons par la durée des travaux de Willing à Gusen.

De tels travaux auraient donné lieu à des montagnes de documents, mais dans l'importante correspondance échangée par la firme Topf à la Bauleitung (direction des constructions), on n'en trouve pas trace. Aucune indication de travaux aussi gigantesques, aucune allusion à une exception près: une lettre de la firme Topf "un wagon de matériaux réfractaires". Ces matériaux, dont la quantité permettait "la reconstruction d'un four", servirent "comme matériaux de remplacement pour des travaux de réparation".

Les six moufles d'Auschwitz I pouvaient -- compte tenu de la réparation du matériau réfractaire de deux moufles-- incinérer vingt-quatre mille corps. (3 fours à 2 moufles = six moufles; + 2 moufles après réparation = 8 moufles; à capacité maximum de 3.000 corps par moufle = 24.000 corps).

De ce qui précède, on peut conclure que les fours d'Auschwitz I et Birkenau pouvaient, à eux tous, brûler environ (138.000 + 24.000) = 120.000 corps. Ce chiffre correspond avec précision au nombre des détenus immatriculés dont la mort est prouvée. La combustion des supposés gazés était donc impossible techniquement.

5.5 Le nombre des incinérations pour 1943: une évaluation par la SS.

Une note du 17 mars 1943, rédigée par la direction des crématoires "sur la base de renseignements donnés par la firme Topf et fils" contient une évaluation de la quantité de coke nécessaire aux quatre crématoires de Birkenau, et par là, implicitement, du nombre des corps à incinérer. Comme cette note compte douze heures pour une journée de travail, il est possible de calculer le nombre de corps à partir de la consommation de coke. Les 5.600 kg de coke prévus pour les crématoires II et III correspondent à l'incinération de (5.600 : 20,3) = 276 corps décharnés. Les 2.40 kg de coke prévus pour les crématoires IV et V correspondent à l'incinération de (2.240 : 15,5)= 146 corps. En tout, 422 corps. Toutefois, comme les fours sont supposés ne fonctionner que douze heures par jour, et donc se refroidit pendant les douze heures restantes, la consommation prévue comprend aussi la quantité de coke nécessaire à les réchauffer.

du 26 au 30 octobre 1941, le four de Gusen brûla cent vingt-neuf corps, avec une consommation moyenne de 37,2 kg de coke par crémation et une durée quotidienne d'activité de neuf heures. Avec une durée d'activité de douze heures par jour, il aurait fallu environ 35 kg de coke par incinération, ce qui correspond à peu près à 23,3 kg pour le four à trois moufles et à 17,5 kg pour le four à huit moufles. Avec de telles consommations par corps, les crématoires II et III auraient pu incinérer environ deux cent quarante corps et les crématoires IV et V cent trente corps; donc environ trois cent soixante-dix corps en tout. L'évaluation faite dans la note signifie donc que l'on prévoyait d'incinérer en moyenne trois cent soixante-dix corps décharnés d'adultes par jour. Comme dit plus haut, la note date du 17 mars 1943. Il en existe une première version, datée du 12 mars, qui contient un calcul erroné. La note reflète donc le taux de mortalité à Auschwitz-Birkenau en mars 1943. Des registres de décès (Sterbebuecher) de 1943, il résulte que, du 17 février au 18 mars, il mourut sept mille trois cent soixante-deux détenus, soit en moyenne deux cent quarante-cinq par jour. Au camp de femmes, il mourut, en mars 1943, deux mille cent quatre-vingt-neuf détenues, soit soixante-treize par jour. Le nombre quotidien moyen de décès pour l'ensemble des détenus était donc environ trois cent vingt.

Toutefois, ce chiffre de mortalité comprend aussi le camp central d'Auschwitz, où il y avait trois fours Topf bimoufles. Ils servaient à incinérer les corps du camp central et la note en question ne les concernait pas. Du 1er au 17 mars, il est mort quatre cent quarante-sept détenus dans le camp central, soit en moyenne vingt-six par jour. Le chiffre quotidien moyen de mortalité à Birkenau était donc d'environ deux cent quatre-vingt-dix (320 - 26). Ce chiffre représente à peu près 80% de l'estimation sur laquelle semble reposer la note. Cela signifie que cette estimation partait de la mortalité réelle, plus une marge de 20%. Cette marge correspond à quatre-vingt corps par jour. Pourtant, d'après le Kalendarium de D. Czech, on aurait gazé à Birkenau, en mars 1943, vingt-quatre mille cent cinquante personnes au total, soit environ sept cent quatre-vingt par jour en moyenne. Le 20 mars arriva à Auschwitz le premier convoi de juifs de Grèce. Jusqu'au 28 juin, il arriva encore treize autres convois, amenant en tout trente quatre mille neuf cent vingt-trois déportés, dont vingt-six mille quatre cent cinquante trois auraient été gazés. S'il faut en croire le Kalendarium, vingt mille quatre cent quarante-quatre personnes furent gazées en avril (soit en moyenne environ six cent quatre-vingt par jour). Si ces gazages avaient vraiment eu lieu, le nombre moyen des décès à Birkenau se serait élevé à mille soixante-dix par jour.

Cela prouve que l'évaluation faite dans la note en question concernait exclusivement l'incinération de corps de détenus immatriculés et que la SS n'envisageait pas de brûler des gazés.

5.6 Le nombre d'incinérés en 1943: la consommation de coke

Dans les archives du musée d'Auschwitz sont conservées des centaines de bons relatifs aux fournitures de coke aux crématoires. Les quantités mentionnées dans ces bons ont été relevées mois par mois par un membre du personnel du musée. Nous avons une liste des fournitures de coke pour la période du 16 février 1942 au 25 octobre 1943.

J.C. Pressac a prouvé par un calcul que cette liste de fournitures est complète. Elle donne pour 1943 le tableau suivant:

Mois

Coke (en tonnes)

Mois

Coke (en tonnes)
mars

144,5
juillet

67
avril

60
août

71
mai

91
septembre

61
juin

61
octobre

82

En septembre et en octobre furent fournis, outre le coke, 96 stères de bois au total. Le crématoire II fut mis en service vers la mi-mars et le crématoire IV le 22 mars 1943.

A Auschwitz-Birkenau, il y eut, du 15 au 31 mars 1943, environ trois mille neuf cents décès dans les camps des hommes (dont huit cent quatre-vingt-six dans le camp central) et environ mille deux cents décès dans le camp des femmes. Il s'y ajoute environ trois cent cinquante-huit décès survenus du 1er au 14 mars 1943 dans le camp central. Il mourut donc au total environ cinq mille cinq cents détenus, dont mille deux cent cinquante furent incinérés à Auschwitz et les quatre mille deux cent cinquante autres à Birkenau.

Si nous supposons que la consommation de coke était la consommation maximale, celle qui correspond aux corps décharnés, nous trouvons comme quantité totale de coke nécessaire

1.250 x 30,5 = 38.125 kg pour le crématoire I

4.250 x 18,5= 78.625 kg pour les crématoires II et IV

Consommation totale : 116.751 kg, arrondi: 117.000 kg.

Il reste donc (144.500 - 117.000) = 27.500 kg.

Pour le séchage du four, on se servait principalement de bois et ce n'était qu'à la fin qu'on ajoutait de petites quantités de coke. Au crématorium d'Erfurt, le troisième four électrique Topf à chauffage électrique fut séché à l'aide de 750 kg de bois.

Pour amener à leur pleine température les cinq fours bimoufles du crématoire III, il fallait environ 2.100 kg de coke et pour le four à huit moufles du crématoire IV environ 900 kg. Cela fait en tout environ 3.000 kg. Si, pour la dernière phase du séchage, on joute encore au maximum 15%, on arrive à une consommation totale de 3.500 kg.

Comme le nombre total de corps incinérés était environ 5.500, la consommation moyenne de coke est d'environ 26,3 kg.

Examinons maintenant l'hypothèse des gazages massifs. Selon le Kalendarium d'Auschwitz, treize mille huit cent vingt-six personnes furent gazées du 15 au 31 mars 1943. Puisque, comme Pressac le confirme, on n'utilisait plus les "fosses de combustion" lors de la mise en service du crématoire II, les 144.000 kg de coke fournis aux crématoires ont suffi, dans l'hypothèse des gazages, à l'incinération de dix-neuf mille trois cents corps (cinq mille cinq cents détenus immatriculés = treize mille huit cent vingt-six prétendus gazés). Donc, pour un corps, il aurait suffi de 7,5 kg, ce qui est impossible pour motifs de technique thermique.

L'impossibilité de la chose apparaît encore plus clairement si l'on tient compte de ce qui suit: puisque l'incinération des morts immatriculés a nécessité au moins 120.500 kg de coke (117.000 pour l'usage normal + 3.500 pour le séchage), le surplus disponible de 26.000 kg aurait dû suffire à la crémation des gazés, ce qui revient à 26.000 : 13.800) = environ 1,9 kg par personne!

La conclusion s'impose: la consommation de coke des crématoires d'Auschwitz-Birkenau en mars 1943 prouve que seuls les corps des décédés immatriculés ont pu être incinérés et que, par conséquent, il n'a pu y avoir de meurtres massifs.

Du 1er avril au 25 octobre 1943, quatorze mille cinquante décès, environ, sont notés dans les Sterbebuecher. Pour la même période, il mourut environ sept mille huit cents femmes détenues, de sorte que le nombre total de morts était d'environ vingt-et-un mille huit cent cinquante. Les fournitures de coke pour cette période s'élevèrent à quatre cent quatre-vingt-dix-sept tonnes. Cela fait en moyenne 22,7 kg de coke pour l'incinération d'un corps.

Le poids des 96 stères de bois livrés en septembre et en octobre devait être environ de quarante-trois tonnes. Si l'on admet que l'équivalent calorifique d'un kilo de bois est un demi-kilo de coke, les quarante-trois tonnes de bois correspondent à 21,5 tonnes de coke. Nous pouvons donc assimiler la valeur thermique des quantités fournies de coke et de bois à celle de (497 + 21,5) = 518,5 tonnes de coke. Il y a ainsi 23,5 kg de coke pour chaque corps, ce qui est comparable au chiffre que nous avons obtenu pour mars (26,5 kg). Comme les quatre-vingt-seize stères de bois furent livrés aux mois de septembre et octobre, les crématoires II et III, qui étaient alors les seuls à fonctionner, ont brûlé avec ce bois (21.500 : 20,3) = environ 1.060 corps.

Le tableau suivant indique, pour les deux cent huit jours allant du 1er avril au 25 octobre, les périodes de fonctionnement des différents crématoires et le nombre des décédés immatriculés qui y furent incinérés:

Périodes

Jours

Crématoires

Nombre de morts

Nombre totaux de morts
1.4--24.06.43

85

I, IV/V

1.956/9.094

11.050
25.06--17.07.43

23

I, III

250692.094

2.300
18.07/25.10.43

100

II/III

8.500

8.500
Total

208

@

21.850

Comme consommation de coke correspondant à ces chiffres de décès, nous trouvons, en partant des valeurs relatives aux corps décharnés:


Crémations

Coke/corps (kg)
Poids total de coke (kg)
Crématoire I 2.162 30,5

65.941
Crématoire II/III 10.594 20,3

215.058,2
Crématoire IV/V 9.094 15,25

138.683,5
TOTAL 21.850

@

420.0001222.i.

C'est la consommation minimale théorique, dans l'hypothèse où les moufles auraient fonctionné tous les jours, dix-neuf sur vingt-quatre. Comme, en fait, on disposait en moyenne de vingt-qutre moufles par jour et que le nombre quotidien de décès parmi les immatriculés était en moyenne d'environ cent cinq, chaque moufle, dans l'hypothèse où seuls des morts immatriculés auraient été brûlés, n'aurait fonctionné que quatre heures par jour environ. La consommation de coke par crémation aurait donc été plus élevée que nous ne l'avons supposé, ce qui rapproche encore la quantité totale calculée de la quantité réellement fournie. Il est également possible que les corps ne fussent pas tous décharnés, ce qui contribuerait encore à rapprocher la quantité de coke calculée de la quantité réellement fournie.

Occupons-nous maintenant des prétendus gazages massifs. D'après le Kalendarium d'Auschwitz, les nombres d'êtres humains tués dans les chambres à gaz du 1er avril au 25 octobre 1943 sont les suivants:

Mois

Victimes

Mois

Victimes
avril

20.444
août

42.564
mai

13.512
septembre

8.43
juin

7.158
octobre

10.707
juillet

440

102.968

Si c'était vrai, on aurait, durant cette période, incinéré, avec 497 + 21,5 tonnes de coke, un nombre de personnes égal à (102.968+ 21.850) = 124.818 -- en arrondissant : 124.800 personnes. La consommation de coke par corps aurait donc été de (518.500 : 124.800) = environ 4,1 kg. C'est évidemment impossible.

J.C. Pressac écrit que d'avril à octobre 1943, on incinéra dans les fours de Birkenau de 165.000 à 215.000 corps, ce qui représente une consommation de 3 à 2,3 kg de coke par corps.D

Puisque la crémation des 21.850 corps de détenus immatriculés exigeait au minimum 420.000 kg de coke, les corps des 102.968 prétendus gazés auraient dû être brûlés avec les 98.500 kg supplémentaires, autrement dit, avec 0,95 kg de coke par corps!

Ces quatre-vingt-dix-huit mille kg de coke, si l'on en retire les quatre mille deux cents nécessaires au préchauffage des fours des crématoires II et III, pouvaient théoriquement brûler les cadavres de six mille huit cents personne gazées dans ces crématoires.

5.4 Le nombre d'incinérés en 1944: la consommation de coke

D'après David Irving, des documents conservés aux archives de Moscou donnent les chiffres suivants pour les fournitures de coke aux crématoires d'Auschwitz-Birkenau:


Crématoire

Période

Coke (t)

I 1.01.40/28.02.40

041,6

1.03.41/31.10.41

166,4
01.11.41/31.01.42

093,6
16.02.42/28.02.43

395,5
I - V 15.03.43/31.10.43

568,0
II - III 01.01.44/27.11.44

923,0
TOTAL

2.188,1

Ces chiffres appellent les remarques suivantes:

1. Les fournitures du 16 février 1942 au 28 février 1943 pour le crématoire I (395,5 tonnes) correspondent exactement aux quantités indiquées par les documents du musée d'Auschwitz. Ces documents commencent précisément le 16 février 1942.

2. Les fournitures du 15 mars au 31 octobre 1943 pour les crématoires I à V (568 t) sont inférieures de 39 t à celles qu'indique le musée d'Auschwitz (607 t).

3. Les fournitures du 1er janvier au 27 novembre 1944 pour les crématoires iI et III s'élevaient à 923 t. Du reste, le crématoire II n'entra en service qu'à la mi-mars 1943. Pour ces raisons, ces fournitures ont été notées séparément, sans doute à partir du 1er janvier 1944.

4. Cela semble confirmé par les faits suivants. Les fournitures mensuelles moyennes pour la période du 15 mars au 31 octobre 1943 (sept mois et demi) s'élevaient à (607:7,5) @ 81 t. Pour la période du 1er janvier au 27 novembre 1944 (onze mois), elles s'élevaient à 923 : 11) @ 84 t. On peut donc considérer que le fournitures indiquées pour 1944 sont complètes et comprennent très vraisemblablement celles qui étaient destinées au crématoire V.

5. Il est probable que, comme en 1943, le chauffage au coke fut complété par un chauffage au bois.

Si nous tenons compte des jours d'activité des crématoires II, III et V et du nombre de moufles disponibles par jour en 1944, nous trouvons que la consommation de coke nécessaire à l'incinération d'un corps décharné était en moyenne de 20 kg. Donc, les 923 t de coke fournies permettaient au plus de brûler (923.000 : 20) = 46.150 corps.

Si, avec plus de réalisme, on admet pour la période de mars à octobre 1944 une consommation moyenne de coke de 24,2 kg par corps, on obtient (923.000 : 24,2) @ 37828 incinérations pour la période de mars à octobre 1944. Cette hypothèse concorde bien avec l'estimation du nombre des détenus immatriculés morts à Auschwitz-Birkenau de janvier à décembre 1944. Selon Pressac, le chiffre de mortalité fut alors 36.000? Toutefois, il n'est pas exclu que, pour la crémation des quelques milliers de corps, les fours aient été chauffés au bois.

Examinons maintenant l'hypothèse du meurtre massif. Du 1er janvier au 30 octobre 1944, le nombre de jours d'activité se distribue comme suit, compte tenu des interruptions pour la réparation des portes de fours: crématoires II et III: 563; crématoire IV: 146. Selon le Kalendarium de D. Czech, on gaza, du 1er janvier au 30 octobre, au moins 522.000 personnes. Ces gazages se répartissent comme suit dans le temps:

Période

Gazés
1er janvier au 30 avril 1944 environ 27.000
du 1er mai au 30 octobre 1944 environ 436.000

Dans la période du 1er mai au 30 octobre 1944, le nombre des jours d'activité des crématoires II et III fut 331 et celui du crématoire V 146. Durant cette période, on brûla au moins 17.000 corps de détenus immatriculés. Compte tenu des jours d'activité et des moufles quotidiennement disponibles, ces crémations se répartissent comme suit: crématoires II et III: 13.600 (80%); crématoire V : 3.400 (20%). Cela correspond à (13.600 : 300) = 45 jours d'activité maximale (20 heures) pour les crématoires II et III, et à (3.400 : 160) = 21 jours pour le crématoire V.

Dès lors, on aurait disposé, pour brûler les corps des prétendus gazés, de (331 - 45) = 286 jours d'activité aux crématoires II et III et de (146 - 21) = 125 jours d'activité au crématoire V, ce qui correspond à l'incinération de (286 x 360) = 102.960 corps de gazés. Les "fosses à combustion" auraient donc dû brûler 395.000 corps.

Si l'on admet (voir 3.3) une consommation moyenne de coke de 13,2 kg (avec diminution d'un sixième en raison de la présence de corps d'enfants et d'adolescents), la crémation de ces cent vingt-six mille neuf cent soixante corps aurait exigé environ 1.670 t de coke, en plus des 903 t fournies. L'incinération des prétendus gazés était donc également impossible en 1944.

Il nous reste à nous demander si la quantité gigantesque de corps de prétendus gazés qui ne put être brûlée dans les crématoire a pu être incinéré à Birkenau dans des "fosses à combustion", comme le prétendent les témoins oculaires.


··6. Les "fosses crématoires de Birkenau"

6.1 Le témoin capital Filip Mueller

Le plus important témoin attestant l'élimination des cadavres à l'aide de fosses crématoires est Filip Mueller, qui parle de cinq fosses, situées dans la cour nord du crématoire V. Sa description est très prolixe. Nous en donnons ici l'essentiel.

Les deux fosses creusées avaient quarante à cinquante mètres de longueur, environ huit mètres de largeur et deux mètres de profondeur. Toutefois, le grand centre d'extermination était encore loin d'être fonctionnel. Après le gros du travail, il fallait encore exécuter les détails imaginés par l'inventive et atroce fantaisie exterminatrice de Moll.

Avec son assistant Eckart, l'ingénieur en meurtres descendit dans une des fosses et traça une bande large de vingt-cinq à trente centimètres au milieu de la fosse, dans le sens de la longueur. Il fallait creuser le sol dans cette bande de façon à former un canal en pente légèrement descendante à partir du milieu de la fosse et en direction de chacun des deux extrémités. Par ce canal, la graisse des cadavres brûlant dans la fosse s'écoulerait vers deux collecteurs qui devaient être creusés aux deux extrémités du canal."

Une fois ce travail exécuté, Moll descend dans la fosse pour tester la pente du canal avec un seau d'eau. La pente se révèle insuffisante, le canal est relevé et, à l'essai suivant, l'eau coule le long du canal vers le collecteur situé à l'extrémité. Mueller poursuit:

"A l'aube, on avait mis le feu dans deux fosses, où peut-être deux mille cinq cents cadavres étaient empilés. Deux heures plus tard, on ne pouvait déjà plus reconnaître les morts. Au sein des flammes, d'innombrables cadavres desséchés et carbonisés gisaient les uns contre les autres. Leur aspect noir et phosphorescent indiquait que le processus d'incinération était déjà à un stade avancé. Le feu devait maintenant être constamment entretenu de l'extérieur, parce que le bûcher qui, au début, dépassait d'environ cinquante centimètres le bord de la fosse, s'était entre-temps affaissé en dessous de ce niveau.

Alors que, dans les fours crématoires, des ventilateurs activaient constamment la combustion une fois que les corps avaient bien pris feu, les flammes ne duraient dans les fosses que tant que l'air pouvait circuler entre les corps. Comme le tas de cadavres s`affaissait sans cesse et ne recevait plus d'air de l'extérieur, nous, les surveillants du feu, nous devions continuellement arroser la masse brûlante avec u pétrole ou du méthanol et avec la graisse humaine qui s'était accumulée et bouillait dans les réservoirs aux deux extrémités de la fosse. Avec de longues tiges de fer courbées à leur extrémité inférieur comme une canne, on puisait la graisse bouillante à l'aide de seaux que nous prenions avec de gros gants. Quand on répandait la graisse à tous les endroits possibles de la fosse, de grands jets de flammes s'élevaient en sifflant et en crépitant. D'épais nuages de fumée montaient sans arrêt de la fosse. L'air sentait le pétrole, la graisse, le benzol et la chair brûlée. [...]

Il y avait en outre environ vingt-cinq porteurs de corps dont la tâche était d'empiler les corps en trois couches sur le combustible dans les fosses. Une quinzaine de chauffeurs devaient placer le combustible dans les fosses, allumer le feu et l'entretenir en remuant constamment les cadavres et en les arrosant de pétrole, de méthanol et de graisse humaine. Le commando des cendres comptait environ trente-cinq hommes. Certains d'entre eux devaient retirer la cendre des fosses et la transporter au dépôt de cendres. Les autres devaient pulvériser la cendre en marchant dessus. [...]

Dans la troisième fosse, où on élevait justement un nouveau bûcher, on empila de vieilles traverses de chemin de fer puis on les recouvrit d'une couche de branches de pin sèches. Les porteurs de corps placèrent là-dessus quatre cents morts l'un à côté de l'autre en quatre rangées, le visage tourné vers le haut. La couche suivante était de nouveau du bois à brûler, recouvert lui aussi de branches de pin sèches. Puis venait une nouvelle couche d'environ quatre cents corps, placés eux aussi l'un à côté de l'autre en quatre rangées.

Après une nouvelle répétition de ces opérations, il y avait environ mille deux cents corps en trois couches superposées. Entre-temps, l'équipe du feu avait placé, un peu partout dans les interstices du bois à brûler, des chiffons et d'autres objets imbibés de pétrole et de méthanol pour mettre le feu en route."

Le processus de crémation durait cinq ou six heures:

"Dans les deux autres fosses, il [le feu] s'était éteint entre-temps. L'incinération des cadavres avait duré cinq ou six heures. Ce qui restait remplissait encore juste un tiers de la fosse."

6.2 Le procédé de combustion dans une fosse crématoire

Le système de combustion décrit par Filip Mueller et l'élimination des corps par ce moyen sont impossibles pour des raisons de technique thermique. En effet, pour pouvoir être brûlés dans les fosses décrites par Mueller, les corps auraient dû être empilés de façon serrée en alternance avec du bois.

Comme, d'en bas, une telle pile ne reçoit pas du tout l'air indispensable à la combustion, et que la convection de la chaleur et l'empilement serré ne lui permettent d'en recevoir qu'un peu d'en haut, elle ne peut, dans le meilleur des cas, que brûler à petit feu. Dire qu'une fosse crématoire ainsi conçue peut fonctionner efficacement au point de vue de la technique thermique revient en somme à dire que, par exemple, un crématoire à foyer au coke pourrait fonctionner normalement sans aucune ouverture pour l'arrivée d'air.

L'expérience montre que la combustion complète d'un corps dans un four crématoire n'est possible que si l'apport d'air est suffisant. Pour une étude plus approfondie de ce sujet, on peut se reporter à notre ouvrage principal.

6.3 La récupération de la graisse humaine

Le point d'inflammation des graisses animales se situe aux environs de 184 degrés centigrades. Cela signifie que les graisses animales, y compris la graisse humaine, brûlent à proximité d'un feu ou d'une source de chaleur de 184 degrés centigrades ou plus. Donc, du bois brûlant enflammerait sans aucun doute la graisse coulant des corps. Il suffit d'avoir vu fonctionner un barbecue"e pour le savoir: bien vite, tout le gril émet des flammes claires.

Le système décrit par Filip Mueller est donc une pure absurdité et exclut toute récupération de la graisse humaine.

6.4 Combustion réelle en plein air

John C.Ball, expert canadien en photos aériennes, a démontré que les vue aériennes d'Auschwitz prises par les Alliés ne présentent pas le moindre indice de crémations massives dans des fosses. Outre les raisons alléguées ci-dessus, nous avons énuméré dans notre ouvrage principal des arguments supplémentaires contre la possibilité de crémations massives dans des fosses ouvertes. Toutefois, cela ne signifie pas qu'on ne fit jamais à Birkenau de crémations en plein air, soit sur des bûchers, soit dans des fours ouverts rudimentaires.

Il est certain que, fin 1941, quand la mortalité prit des proportions inquiétantes à Auschwitz, on transporta beaucoup de cadavres à Birkenau, où ils furent enterrés dans des charniers. Selon le Leichenhallenbuch, et le Totenbuch, il mourut en novembre 1941 mille trois cent cinquante-huit détenus et trois mille sept cent vingt-six prisonniers de guerre soviétiques, donc cinq mille quatre-vingt-quatre personnes en tout et, en moyenne, cent soixante-neuf par jour. A cette époque, il n'y avait que deux fours dans le crématoire du camp central; ces fours pouvaient au plus brûler quatre-vingt-quatre corps par jour et, en outre, ils étaient endommagés. Les fournitures de coke au crématoire prouvent elles aussi que seule une partie des détenus décédés put être incinérée. Du 1er novembre 1941 au 31 janvier 1942, le crématoire reçut 93,6 t de coke, ce qui, dans le meilleur des cas, aurait suffi pour trois mille corps alors que, durant cette période, il mourut neuf mille trois cent cinquante cinq détenus. Dans les mois qui suivirent, le crématoire vint péniblement à bout d'incinérer les morts du camp central. Le 1er mars 1942, les prisonniers de guerre soviétiques furent amenés à Birkenau. Le 6 août, on y amena aussi les détenus du camp des femmes, qui avait été ouvert le 26 mars. Du 1er mars 1942 au 28 février 1943, il mourut au camp central quatorze mille cinq cent quinze détenus de sexe masculin, qui furent enregistrés dans le Leichenhallenbuch, de même que quelques milliers de détenues. Pourtant, il ne fut fourni au crématoire, durant cette période que 373,5 t de coke, qui permettaient au plus de brûler environ douze mille deux cents corps. Les cadavres de tous les détenus morts à Birkenau furent enterrés dans des charniers.

Dans les mois qui suivirent, la mortalité fut encore accrue par la terrible épidémie de typhus exanthématique qui avait éclaté sous forme aigue en juillet 1942. En raison de cette épidémie, le commandant du camp, Rudolf Hoess, ordonna le 23 juillet "un complet isolement du camp". On enterra plusieurs milliers de victimes du typhus dans des charniers, ce qui rendit la situation sanitaire de Birkenau encore plus désastreuse. On ne croit Pery Broad que trop volontiers quand il écrit, fût-ce avec une certaine exagération de propagande, que les cadavres enterrés auraient contaminé la nappe phréatique de toute la région, ce qui avait fait mourir beaucoup de poissons dans les étangs des environs de Birkenau, surtout à Harmense. Et, en effet, c'est la contamination non seulement de l'eau, mais aussi de la terre et de l'air par la ptomaïne qui avait été un des arguments principaux des partisans de la crémation à la fin du siècle dernier.

A long terme, les SS d'Auschwitz luttèrent contre ce danger sanitaire en faisant les projets des quatre crématoires de Birkenau (dont un, le futur crématoire II, avait déjà été conçu en octobre 1941, mais alors en vue du camp central) et en créant des installations efficaces de désinfection et d'épouillage (le Zentralsauna, sauna central). A court terme, ils résolurent de déterrer les cadavres et de les brûler.

La décision de construire les crématoires de Birkenau fut prise le 19 août 1942, à un moment où l'épidémie de typhus tuait en moyenne deux cent soixante-dix détenus par jour sur une population carcérale (en août 1942) d'environ vingt-deux mille hommes et dix mille femmes. Lors d'une inspection du camp qu'il avait faite le 17 et le 18 juillet 1942, Himmler avait ordonné que la capacité du camp de prisonniers de guerre de Birkenau fût portée de cent vingt-cinq mille à deux cent mille. Dans ces conditions, il est clair que la capacité des crématoires de Birkenau (où la note du 17 mars 1943 prévoyait une durée quotidienne d'activité de douze heures), à savoir cinq cent cinquante corps par jour, n'était pas du tout exagérée, puisque, lors des épidémies futures auxquelles on pouvait s'attendre, le camp contiendrait trois ou quatre fois plus de détenus.

Sur l'ouverture des charniers et la crémation des corps qui y avaient été enterrés, on sait peu de chose. Le 17 septembre 1942, le SS-Untersturmfuehrer Walter Dejaco, qui, avec son collègue Hoessler, avait accompagné le commandant du camp, Rudolf Hoess, à Litzmannstadt (Lòdz) , rédigea un "rapport de déplacement" où il écrivait que le but du voyage avait été une "visite de la Sonderlage (installation spéciale) et une conversation avec le SS-Standartenfuehrer Blobel sur la construction d'une installation semblable." Cette Sonderlage était presque sûrement une installation servant à brûler des corps en plein air. Dejaco signale en outre que les matériaux de construction commandés "sur ordre spécial du Staf. Blobel" aux Ostdeutschen Baustaffwerken, de Posen, devaient être livrés immédiatement à Auschwitz? En outre, la firme Schriver & co, de Hanovre, avait dû livrer "un broyeur à boulets pour matières solides". C'était fort probablement une machine à broyer les résidus de combustion. D'après le Kalendarium de Danuta Czech, la crémation des corps déterrés commença le 21 septembre, ce qui est très vraisemblable, et finit en novembre. On ignore de quelle façon ces corps furent brûlés. Il est possible que ce fût dans des installations telles que Pressac en décrit, mais probablement moins rudimentaires et, de toute façon, pas dans des "fosses crématoires". Les charniers se trouvaient presque certainement au sud-est du "bassin de terre provisoire", près de deux cents mètres à l'ouest du futur secteur B III de Birkenau, car les photos aériennes du 31 mai 1944 montrent dans cette zone les traces de quatre immenses fosses parallèles (voir J.C.Ball, Air photo evidence).

La plupart des détenus morts entre le 23 septembre 1942 et l'ouverture des crématoires furent, eux aussi, incinérés en plein air. Si l'on trouvait dans les environs de l'ancien camp de Birkenau des traces d'une incinération massive d'êtres humains, cela ne prouverait nullement que des meurtres de masse y aient eu lieu, et l'expertise "Hydrocop" n'a aucune force probante.


Traduit de la version allemande.


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerres et d'Holocaustes (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational@hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.


Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:

ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>

Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


Le Onze tiret un

Article 11 - 1. «Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir d'ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières.»

Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, Nice, 7 décembre 2000.


"Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech, or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the government for a redress of grievances." -- The first article of the Bill of Rights (Consisting of the First Ten Amendments to the Constitution of the United States of America), connu sous le nom de "premier amendement".
Vous avez téléchargé ce document à l'adresse suivante:
<http://aaargh-international.org/fran/erv/grundlagen/cmfd.html>

aaarghinternational@hotmail.com