AAARGH

| Accueil général | Accueil français |

***********


Conseils de révision


Actualités de mai 2001

| LES SUITES DE BEYROUTH |







ILS FONT LEUR BEURRE
Les Anglo-Saxons ont un terme pour désigner l'action qui consiste à accabler un adversaire de procès pour des broutilles, multipliés sans fin. Ils appellent ça "barratry", tiré du vieux français. Il a disparu du français moderne mais il était connu de Furetière:

Il provient d'un vieux mot gaulois, bar, qui voulait dire, d'après Larousse, bagarre. D'où baratin.
On peut donc dire que les révisionnistes se font barrater par des gens qui font leur beurre avec du baratin.


ENCORE DU RÉVISIONNISME A CHAUD

Comment l'OTAN nous a intoxiqués...

The hoax that started a war

by Peter Worthington


Back in March, 1999, what tipped the scales for then U.S. president Bill Clinton to launch an air war against Serbia, were reports of a massacre of 45 Albanian civilians by Serb security forces at the village of Racak, some 30 km from Pristina in southern Kosovo.
Clinton told the world on March 19, 1999: "We should remember what happened in Racak ... innocent men, women and children were taken from their homes to a gully, forced to kneel in the dirt and sprayed with gunfire." Photos circled the world. NATO bombing began March 24, and lasted 78 days.
White House press secretary Joe Lockhart said of Racak: "A strong message will be brought to President (Slobodan) Milosevic about bringing those to justice who should be punished for this ... "
U.S. Foreign Secretary Madeleine Albright, eager to make war against then-Yugoslavia and speaking on CBS' Face the Nation, cited Racak where, she said, there were "dozens of people with their throats slit." She called this the "galvanizing incident" that meant peace talks at Rambouillet were pointless, "humanitarian bombing" the only recourse.
Germany's Foreign Minister, Joschka Fischer, told the newspaper Berliner Zeitung that the Racak massacre "became the turning point for me" and war was the only answer. Canada's then foreign minister, Lloyd Axworthy, called the massacre "a disgusting victimization of civilians." Human Rights Watch (HRW) reported the dead had fingernails torn out - evidence of torture.
On Jan. 16, the day after the actual massacre, William Walker, the veteran American diplomat who headed peace verifiers for the Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE), was taken by Kosovo Liberation Army members to Racak to see the bodies in the ditch. He declared that the dead "obviously were executed where they lay." His OSCE report spoke of "arbitrary arrests, killings and mutilations of unarmed civilians" at Racak.
Ground troops
Canada's Louise Arbour, then special prosecutor for the war crimes tribunal, (hand-picked for the job by Albright) was prevented by Serb authorities from visiting Racak. She vowed retribution for the massacre, urging that "international troops on the ground" were the only way to effect arrests.
When Milosevic was indicted as a war criminal, the massacre at Racak was cited as evidence. The London Times wrote that victims had their eyes gouged out, heads smashed in, faces blown away at close range, all "farmers, workers, villagers, aged 12-74, men, women, children."
Serbian and Belorussian forensic people investigated, but were suspect, so the European Union authorized a forensic team from Finland, headed by Helena Ranta, a dental pathologist, to investigate. The Finnish report was not made public.
Ranta gave a press conference at which she was vague, admitting there was no evidence of mutilation or torture, and that Yugoslav authorities had co-operated. But she also called the killings "a crime against humanity," widely interpreted to mean Racak was indeed a cold-blooded massacre.
It has since turned out, through subsequent investigations by German, French and American correspondents and by human rights and peace groups, including the anti-war International Action Centre and the Liberty Foundation, that the Racak massacre seems an enormous, albeit effective, hoax perpetrated by the Kosovo Liberation Army to persuade the U.S. and NATO to attack the Serbs. The goal was independence for Kosovo, possibly leading to the dream of a Greater Albania.
We now have a far better idea of what really happened at Racak -- a pre-crisis town of 2,000 and a stronghold of KLA agitation. By January, 1999, most of its population had fled to a nearby town, Stimlje, leaving perhaps 400 people behind. When four Serbian policemen were ambushed and murdered in two separate incidents in a week, Serb security forces surrounded Racak and attacked. The Serbs tipped off foreign journalists who came to see. Fighting was savage and brief, not only in town but in the countryside.
Journalists found Racak had few people actually living there.
Some 20 bodies were counted. Serbs and journalists left at dusk. The next day, Jan. 16, the KLA was again in control.
During the night, it seems that all the KLA killed fighting in the area - 45 of them - were dumped in a gully at Racak and journalists and the OSCE investigators invited to see what was described as the "massacre" of unarmed civilians.
Military insignia and/or badges had been removed from clothing, military gear replaced by civilian clothing. No weapons were in sight. The hoax was on. William Walker was first on the scene and believed what he saw and was told. The international press relayed his outrage to the world.
Forensic evidence showed - as the Finnish team has since confirmed -- that most of the 45 Racak dead had been shot at long range, not execution-style. Corpses tested positive with residue of gunpowder on their hands, indicating they had been firing weapons. No ammunition or shell casings were found near the bodies, where they had supposedly been massacred, nor were there pools of blood.
Bodies moved
Pathologists also found the 45 dead men had all been shot in different parts of the body, from different directions, indicating a battle somewhere else, then dead dumped together for effect.
Until recently, no one was interested in the truth. "Whether or not it's a massacre, nobody wants to know any more," wrote Austria's Die Welt newspaper. Autopsy findings were delayed while the thirst for war echoed in the halls of allied power.
The German newspaper Berliner Zeitung got access to the Finnish forensic findings, and sent a team of reporters to investigate and concluded: "In all probability, there was no Racak massacre at all ... "
French journalist Renaud Girard of Le Figaro was in Racak and was puzzled that reports failed to mention it was a "fortified village with a lot of trenches" -- a KLA stronghold. Although he wrote an initial massacre story, he later had doubts: "I felt something was wrong."
Christophe Chatelet of Le Monde was in Racak the day of the Serb attack, and found one dead and four wounded when he left at dusk. The next day the KLA showed bodies from a massacre that hadn't been there before. "I can't solve that mystery," he said. (At the time, KLA commander-in-chief Hashim Thaci told the BBC: "We had a key unit in the region and had a fierce fight. Regrettably, we had many casualties, but so did the Serbs.")
Further investigation shows that two TV journalists for Associated Press and two teams of OSCE observers also saw the fight for Racak from a hill, entered when Serb security forces did and left when they left. The AP crew filmed a deserted village. It was overnight that the KLA returned and gathered their dead from the fighting. Next day, Walker told the world how adults and children had been "executed," some as they tried to flee. CNN reporter Christiane Amanpour, wife of U.S. State Department spokesman James Rubin, showed little skepticism in reporting on the "massacre of civilians."
Check the net
(For those who want to check further, enter "Racak massacre" on Google or Yahoo on the Internet and see what you get.)
It changes nothing, but Racak should make people wary of government propaganda about areas where they have little knowledge, but strong feelings. Remember the emotions generated about "ethnic cleansing" in Kosovo?
At the end of World War II, the population of Kosovo was 50-50 Serb and Albanian. By 1999 it was 90% Albanian. Today, it's close to 96%. Over 50 years, who's been "ethnically cleansed"? Today, Albanians in Macedonia are using arguments similar to those used against Serbs in Kosovo - prejudice, being frozen from jobs, discriminated against. Rarely mentioned are maps produced in Albania that show not only Kosovo, but parts of Macedonia and Montenegro as part of "Greater Albania."
It doesn't take an Einstein to realize that the U.S., NATO and western media have been conned and manipulated into supporting an aggressive exercise in nation-building that is not likely to be resolved peaceably. NATO's beleaguered soldiers are innocents caught in a Balkan quagmire, thanks to a blundering, myopic, vainglorious political leader.
Toronto Sun , 1er avril 2001

 

ILS DÉNONCENT PLUS VITE QUE LEUR OMBRE

Le Tribunal de grande instance de Boulogne sur Mer a condamné, le 26 février 2001, un mineur fournisseur de contenu d'un site néo-nazi hébergé par Multimania.[...] Le mineur avait été dénoncé par son fournisseur d'hébergement, Multimania. Pour mémoire, il est rappelé que le TGI de Nanterre, le 24 mai 2000, avait rejeté l'action en responsabilité de l'UEJF contre Multimania car celui-ci avait effectué "les diligences nécessaires avant même la réception de l'assignation" pour identifier le fournisseur de contenu et communiquer ses coordonnées à l'UEJF, ce qui avait permis à celle-ci de déposer plainte contre lui. Arrêt disponible sur Legalis.net:
<http://www.legalis.net/jnet/decisions/responsabilite/jug_tgi-nanterre_240500.htm>.

LA LETTRE PREND SON PIED

Laura Schlessinger est une vedette de la radio américaine qui donne des conseils aux gens qui l'appellent durant son émission. Récemment, elle a dit qu'en tant que juive orthodoxe pratiquante, elle considère op'homosexualité comme une abomination, selon le Lévitique, 18, 22, qui ne peut être admise en aucun cas. Un résident américain lui a répondu par la lettre suivante, dans laquelle il énumère d'autres interdits posés par le Lévitique, ainsi que des permissions bizarre et parfaitement incompatibles avec la législation des pays industrialisés:


Dear Dr. Laura:
Thank you for doing so much to educate people regarding God's Law. I have learned a great deal from your show, and I try to share that knowledge with as many people as I can. When someone tries to defend the homosexual lifestyle, for example, I simply remind them that Leviticus 18:22 clearly states it to be an abomination. End of debate. I do need some advice from you, however, regarding some of the specific laws and how to follow them.

(a) When I burn a bull on the altar as a sacrifice, I know it creates a pleasing odor for the Lord (Lev. 1:9). The problem is my neighbors. They claim the odor is not pleasing to them. Should I smite them?
(b) I would like to sell my daughter into slavery, as sanctioned in Exodus 21:7. In this day and age, what do you think would be a fair price for her?
(c) I know that I am allowed no contact with a woman while she is in her period of menstrual uncleanliness (Lev. 15:19-24). The problem is, how do I tell? I have tried asking, but most women take offense.
(d) Lev. 25:44 states that I may indeed possess slaves, both male and female, provided they are purchased from neighboring nations. A friend of mine claims that this applies to Mexicans, but not Canadians. Can you clarify? Why can't I own Canadians?
(e) I have a neighbor who insists on working on the Sabbath. Exodus 35:2 clearly states he should be put to death. Am I morally obligated to kill him myself?
(f) A friend of mine feels that even though eating shellfish is an abomination (Lev. 11:10), it is a lesser abomination than homosexuality. I don't agree. Can you settle this?
(g) Lev. 21:20 states that I may not approach the altar of God if I have a defect in my sight. I have to admit that I wear reading glasses. Does my vision have to be 20/20, or is there some wiggle room here?
(h) Most of my male friends get their hair trimmed, including the hair around their temples, even though this is expressly forbidden by Lev. 19:27. How should they die?
(i) I know from Lev. 11:6-8 that touching the skin of a dead pig makes me unclean, but may I still play football if I wear gloves?
(j) My uncle has a farm. He violates Lev. 19:19 by planting two different crops in the same field, as does his wife by wearing garments made of two different kinds of thread (cotton/polyester blend). He also tends to curse and blaspheme a lot. Is it really necessary that we go to all the trouble of getting the whole town together to stone them? (Lev. 24:10-16) Couldn't we just burn them to death at a private family affair like we do with people who sleep with their in-laws? (Lev. 20:14)
I know you have studied these things extensively, so I am confident you can help. Thank you again for reminding us that God's word is eternal and unchanging. Your devoted disciple and adoring fan.

 

GROSS KRIMINELL

Un type a passé neuf mois en prison, en Allemagne, parce qu'il détenait, chez lui, 19 exemplaires du livre de Serge Thion (version allemande). Livre qui n'a jamais été poursuivi en France, rappelons-le.

Konkreter Anlaß war die Inhaftierung des Berliner NPD-Funktionärs FRANK SCHWERDT. Schwerdt wurde am 03.09.97 vom Bundesgerichtshof zu 9 Monaten Zuchthaus verurteilt. Die Anklage warf ihm vor, 19 Bücher des französischen Autors Serge Thion, in denen der Holocaust geleugnet sein soll, besessen zu haben. Außerdem wurden bei seinem Untermieter Exemplare des ,Schuluungsbriefes" gefunden, angeblich ein Verstoß gegen §86a. Seit Mitte Juli `98 sitzt Schwerdt in der JVA Berlin-Tegel, nachdem ihm der offene Vollzug aus politischen Gründen entzogen wurde.
<http://www.widerstand.com/zorgan/05/05berlin.html>


YALE 1992

 
Un point de vue vietnamien

The final speaker of the first session was Serge Thion, Centre National de Recherche Scientifique, France, on the topic "Another Look at the Genocide Issue." When Thion began his talk he seemed to be almost saying that if Pol Pot had only studied a little more Marx in Paris, the whole thing never would have happened. But he didn't quite say that, and went on to give a splendid history of the context in which the term "genocide" has arisen and been used. This involved historicizing the Holocaust in public, and he caught a lot of grief for that in the discussion after the panel. He also recommended that we give up trying to convict people for such vast crimes, and just prosecute them for good old-fashioned murder. He caught a lot of flak for that, too. Thion's points seemed plain and reasonable to me, but maybe I'm stepping clumsily into a decades-long debate.

Extrait de Viet Nam Generation Journal & Newsletter
<http://lists.village.virginia.edu/sixties/HTML_docs/Texts/ANR/VG_ANR_4&1_2_B.html>


RÉVISIONNISME A CHAUD

Nous avons reçu le courrier suivant que nous reproduisons sans changement. Voici un homme engagé dans une bataille de nature révisionniste contre un géant du pétrole. Nous ne nous prononçons pas sur le fond, que nous ignorons, mais les lecteurs trouveront ici le point de départ de l'enquête.


"John Dyer" <johndyer@nuclearcrimes.com>
To: <aaarghinternational@hotmail.com>
Tue, 27 Mar 2001 17:19:29 +0100
My name is John Dyer. For the last 13 years I have been researching the alleged illegal disposal/dumping of a nuclear reactor/testing cell by Shell, at its Thornton research Centre, in 1968. Briefly my research is that:
1. In 1968, Shell, hired known criminals (with a history of illegally disposing of nuclear 'waste'), to decommission its (secret) nuclear rector/testing cell.
2. That Shell paid the said 'criminals' a six-figure CASH sum (at today's prices).
3. That Shell's reactor/testing cell decommissioning did not go to plan.
4. That huge amounts of nuclear materials/waste (thousands of tons) was./were illegally dumped (onto an urban population), as part, consequence.
In 1993, following five years of research, my findings resulted in the commissioning of a TV programme for Carlton Television (UK national broadcaster) --. A matter of days before the programmes proposed transmission Shell produced a 2900 word Narrative*, to explain away my allegations/research. The said Narrative resulted in the TV programme being abandoned- Shell claimed that 'I had got it wrong, for it was not a nuclear reactor/testing cell that had been decommissioned, rather, Shell claimed, it was a cobalt-60 labyrinth- i.e., 'harmless' nuclear facility/waste' -- this (Shell's Narrative) was/is an absolute/deliberate known lie. *See
http://www.nuclearcrimes.com/narrative.htm
However, I have (now) established that the Shell's Narrative was a (known) tissue of lies from start to finish. Such is my evidence that Shell's legal head (Richard Max Wiseman), was wheeled forward to concede that Shell's said Narrative was a 'mistake'.
As I state, -- see
http://www.nuclearcrimes.com Shell's Narrative/defence was no 'mistake' rather, it was a deliberate known, fraudulent sham Narrative to cover up Shell's wholesale nuclear dumping crimes. Shell-following two years of correspondence with senior Shell directors- its Chairman and Legal Head- threatened/'would not hesitate' to sue me. Despite Shell's specific prior threats to sue, it has refused to issue, or embark on any legal process.Shell, aware of the truth* will not risk court action, hence no writs' despite its issued threats. *See http://www.nuclearcrimes.com/new_page_23.htm
In response to my WEB site, Shell has now called in its scientific staff, and others, at Thornton Research Centre, Cheshire.Refusing to refute the allegations, the Group repeats the line (lie) that I have refused to call in the 'Health & Safety'. Shell have used its muscle once to get my site shut down-see
http://www.nuclearcrimes.com/ site-now after threatening, my new' ethical web host, and failing to get 'him' to close down my site, Shell is presently endeavouring to get the entire domain closed.
Shell's lawyers latest- www.nuclearcrimes.com/shell_'challenge'.htm Finally, please ask Shell why it will not issue, as per its issued threats, legal proceedings. However, you should be aware that no matter what I write, say, or allege against Royal Dutch Shell, it will not issue its promised/threatened writs. The Group aware of it wholesale nuclear dumping crimes will not issue writs against myself, and risk its own files being exposed via 'discovery' (legal process).


BELGE ET PAS L'AIR CON

Le venin du révisionnisme et le libre examen


par Philippe Vienne


Un des arguments les plus retors utilisé par le Front National lors de la profanation du cimetière juif de Carpentras fut d'invoquer le «complot» du gouvernement socialiste, assertion appuyée par les déclarations d'un «sociologue de gauche». Vous comprenez sans peine l'allusion: si le sociologue est de gauche et critique un gouvernement de gauche, il a forcément raison... C'est le même genre de tactique qui prévaut pour les mouvements révisionnistes: prenons un «intellectuel de gauche» ou d'extrême-gauche. Si cet homme remet en question le génocide, l'existence des camps d'extermination, alors que «grossièrement», la gauche et l'extrême-gauche sont attachées à la lutte contre les thèses d'extrême-droite, c'est que cet homme a forcément raison... Ainsi, quelques individus se réfugient derrière ce paravent «de gauche» qui les isole des Front National et autres adeptes de la phrase qui tue («lobby juif», «complot communiste», «Durafour crématoire» pour reprendre le seul poison de Le Pen, tribun fasciste). Cette approche plus sournoise vise en réalité à la même chose: la recherche du bouc émissaire juif, la focalisation de la «grogne» ouvrière ou populaire sur des victimes faciles. La technique est pseudo-historique: mettre en parallèle le massacre de Timisoara qui aurait été une «manipulation politique» et le génocide, afin de relativiser l'horreur nazie. Cet appel à la «révision historique» permet de réaliser un amalgame avec l'Holocauste, et d'humilier ceux qui ont souffert dans les camps et ne souhaitent pas revivre à nouveau l'intolérable. Un triste exemple nous est donné par M. Serge Thion. De sensibilité communiste, Serge Thion dénonçait avec force le régime de l'apartheid dans les années `70. C'est pour cette raison que le Cercle du Libre Examen l'avait invité à sa tribune, et lui avait laissé un espace d'expression dans les Cahiers sur ce sujet crucial: «Apartheid et colonialisme» (1972). L'invitation était juste: son plaidoyer contre l'Afrique du Sud, régime immonde érigé sur la haine raciale et l'exploitation possédait une grande force de conviction. Mais la biographie de Serge Thion connaît par la suite un virage inquiétant. Le révisionnisme pointe son nez dans le courant des années `80. De la gauche, Serge Thion vient de rejoindre dans le discours l'extrême-droite et ses manoeuvres antisémites. Il publie aux Editions de la Vieille Taupe, bastion révisionniste, des ouvrages que nous ne pouvons en aucun cas cautionner. Surtout, en ces lignes, le Cercle du Libre Examen entend s'insurger contre l'amalgame qui est réalisé dans
le site internet qui accueille Serge Thion : une recherche croisée «libre examen» sur internet conduit directement à son site où il utilise notre nom et le nom de notre publication «Cahiers du Libre Examen» pour faire passer le reste de son message qui n'a plus rien à voir avec notre idéal philosophique. Que les révisionnistes cessent d'abuser du «libre examen» pour leurs manoeuvres intolérables. La vigilance doit continuer à s'exercer à l'égard de tous ceux qui abusent de la philosophie de notre Université pour diffuser la profanation des mémoires. Aussi, étudiants, professeurs, prenez garde aux manipulations!
Philippe Vienne, Secrétaire aux Publications Agenda

Bulletin du Cercle du Libre examen, CP 166, Université Libre de Bruxelles, numéro 29, novembre 1998.


AUTRE HISTOIRE BELGE

Un ministre belge a été accusé par l'Agence France Presse de révisionnisme, il dément, le Jerusalem Post commente... Fatigant...

Belgian Foreign Minister denies Holocaust Slur



Jerusalem (April 25) -- Visiting Belgian Foreign Minister Louis Michel yesterday vigorously denied comparing the plight of Palestinians to the suffering of Jews during the Holocaust.
French news agency Agence France Presse (AFP) had earlier published a report citing such remarks by Michel, but later retracted the story and asked subscribers not to use it "because the minister did not say the things attributed to him." [...]
The embassy said that during his visit here Michel had toured Yad Vashem and seen the horror of the Holocaust and the suffering of the Jewish people and that there was absolutely no room for such a comparison.
Michel, whose country assumes the rotating presidency of the European Union on July 1, delayed his departure for Damascus last night to receive an apology from AFP, the embassy said.
The AFP story was repeatedly broadcast on Israel Radio and the Palestinian Authority's Voice of Palestine radio until Michel went on Israel Radio's afternoon newsreel to clarify his remarks.
"I know there is no comparison possible at all," Michel said in the live interview by telephone. He said he expressed hope that the Jewish people would understand the suffering of the Palestinians, considering Jewish suffering in history, but he did not mean to equate Israeli actions with those of the Nazis. [...]

<
http://cgis.jpost.com/cgi-bin/General/printarticle.cgi?article=/Editions/2001/04/25/News/News.25167.html>
Voir aussi plus loin dans les Parutions, "Flamand rose".


PAPES ET SOUPAPES

Le rabbin de New-York: Pie XII doit être considé "juste" parmi les nations

"Le pape Pacelli a été le plus grand soutien des Juifs"


Cité du Vatican, Mardi 20 février 2001 (ZENIT.org) - Le rabbin David Dalin, de New York, demande que Pie XII soit officiellement reconnu comme un "juste". «Dans le Talmud, il est écrit, dit-il: "Qui sauve une vie, sauve le monde entier", eh bien, plus que tout autre au XXe s., Pie XII a respecté ce principe. Aucun autre pape a été aussi magnanime avec les juifs. Toute la génération des survivants de l'Holocauste témoigne que Pie XII a été authentiquement et profondément un "juste".»C'est avec ces paroles que se conclut un long article du rabbin David Dalin dans la revue The Weekly Standard. Dalin conclut en affirmant: «Contrairement à ce qu'a écrit John Cornwell, selon lequel Pie XII aurait été le "pape de Hitler", je crois que le pape Pacelli a été le plus grand soutien des juifs». L'un des livres de Dalin, Religion and State in the American Jewish Experience, a été déclaré l'un des meilleurs travaux académiques en 1998. Il a donné différentes conférences sur les rapports entre juifs et chrétiens au Hartford Trinity College, à l'université George Washington et au Queens College de New York. Il soutien que les nombreux livres publié sur Pie XII récemment manifestent une incompréhension sur la façon dont Pie XII s'est opposé au nazisme et de ce qu'il a fait pour sauver des juifs de la Shoah. Il cite à ce propos des faits, des documents, des déclarations et divers ouvrages.
«Pie XII, écrit-il, fut l'une des personnalités les plus critiques envers le nazisme. Sur 44 discours que Pacelli a prononcés en Allemagne entre 1917 et 1929, 40 dénoncent les dangers imminents de l'idéologie nazie. En mars 1935, dans une lettre ouverte à l'évêque de Cologne, il appelle les nazis "faux prophètes à l'orgueil de Lucifer". La même année, dans un discours à Lourdes, il dénonçait les idéologies "possédées par la superstition de la race et du sang". Sa première encyclique en tant que pape, "Summi pontificatus", de 1939, était si clairement anti-raciste que les avions alliés en lâchèrent des milliers de copies sur l'Allemagne pour y nourrir un sentiment anti-raciste».
A ceux qui reprochent à Pie XII de ne pas avoir parlé assez fort contre le nazisme, Dalin rapporte les propos de Marcus Melchior, grand rabbin du Danemark, qui a survécu à la Shoah: «Si le pape avait parlé, Hitler aurait massacré beaucoup plus que six millions de Juifs et peut-être 10 millions de catholiques». Il rapporte aussi ceux du procureur Kempner, représentant les Etats-Unis au procès de Nuremberg ajoutait: «Toute action de propagande inspirée par l'Eglise catholique contre Hitler aurait été un suicide ou aurait porté à l'exécutin de beaucoup plus de Juifs et de Catholiques».
A propos de l'aide apportée aux juifs, le rabbin Dalin rappelle que «au cours des mois où Rome a été occupée par les nazis, Pie XII a donné pour instruction, au clergé de sauver des juifs par tous les moyens. Le cardinal Boetto de Gênes en sauva à lui seul au moins 800. L'évêque d'Assise, 300. Lorsqu'on a remis au cardinal Palazzini la médaille des "justes" pour avoir sauvé des Juifs au séminaire romain, il affirmait: "Le mérite en revient entièrement à Pie XII qui a ordonné de faire tout ce qui était possible pour sauver des juifs de la persécution». L'aide apportée par le pape Pacelli était si connue qu'en 1955, à l'occasion des célébrations du 10e anniversaire de la Libération, l'Union des Communautés Israélites proclamait le 17 avril "Jour de gratitude" pour l'assistance fournée par le pape durant la guerre".
ZF01022003 ZENIT, 20 février 2001 -- Le monde vu de Rome

Dossier Pie XII: "les juifs sauvés par Pie XII"

Le rabbin Toaff raconte son histoire

Cité du Vatican, Lundi 19 février 2001 (ZENIT.org) - Les Juifs sauvés par Pie XII, tel est le titre du nouveau livre du journaliste italien Antonio Gaspari, chez Logos. L'auteur a recueilli des témoignages inédits ou peu connus de Pie XII et de "héros inconnus" qui ont risqué leur vie pour sauver des juifs de la persécution pendant la dernière guerre mondiale. Le rabbin Toaff a raconté son histoire.
Le livre vient d'être présenté à Rome en présence de 51 survivants juifs. L'occasion aussi de révéler les dessous des accusations du livre de John Cornwell qui accusait Pie XII. Le Prof. Elio Toaff, grand rabbin de Rome et le P. Peter Gumpel, sj, postulateur de la cause de Pie XII participaient à la présentation du livre. Cette présentation avait lieu à l'Institut dermatologique de l'Immaculée où, en 1943, le directeur d'alors, le Fr Emmanuele Stablun, a sauvé 51 juifs de la persécution. Intervenant au cours de cette présentation, le grand rabbin de Rome, le prof. Elio Toaff , racontait sa propre expérience. C'est un curé, don Bernardino, qui lui a sauvé la vie en le prévenant que les nazis étaient entrés chez lui et le cacha au presbytère. Sa famille aussi, à Pietrasanta, échappa au danger grâce à un curé. Il disait que l'aide apportée par les chrétiens aux juifs à l'époque de la Shoah explique "ce que veut dire pour l'humanité le sens de la fraternité". Il s'agit, disait-il, d'exemples "d'espérance et de confiance dans l'humanité".
"J'habitais, disait-il, à Ancône, à 50m de l'Eglise du Gesù, et je connaissais don Bernardino, avec lequel je m'arrêtais souvent pour parler, moi, juif, et lui, prêtre. Notre relation était amicale et cordiale. Un jour, alors que je revenais chez moi lorsqu'il vint à ma rencontre en disant: viens avec moi, parce que là, les nazis t'attendent". Il m'a caché au presbytère jusqu'à ce que les soldats s'en aillent. Il m'a sauvé la vie". "Et don Francalacci de Pietrasanta, continuait le rabbin, a caché mon père, ma mère, ma femme avec notre fils qui était petit".
A. Gaspari cite cette appréciation d'Albert Einstein en 1940: "Seule l'Eglise s'est opposée pleinement à la compagne de Hitler visant à supprimer la vérité". Il rappelle aussi les paroles de Mme Golda Meir à la mort de Pie XII en 1958: "Lorsque le terrible martyre s'est abattu sur notre peuple, la voix du pape s'est élevé pour ses victimes Nous pleurons un grand serviteur de la paix". Il conclut: environ 80% des témoignages en faveur de Pie XII viennent de Juifs.
Son livre veut faire le portrait de ces "Schindler" italiens, comme Giovanni Palatucci ou Mgr Angelo Rotta, qui auraient sauvé à eux deux quelque 10.000 vies humaines. Le P. Peter Gumpel expliquait pour sa part comment la "légende noire" sur Pie XII a commencé à se diffuser en 1963 à partir de la pièce de théâtre du dramaturge allemand d'extrême gauche Rolf Hochhuth, "Le Vicaire", écrite en 1959 et publiée en 1963 (et Costa Gavras projette un film sur ces calomnies).
A propos de la déportation des Juifs de Rome le 16 octobre 1943, le P. Gumpel disait: "Pie XII fut informé tôt le matin par la princesse Pignatelli Aragona. Il appela immédiatement par téléphone le secrétaire d'Etat, lui ordonnant d'appeler l'ambassadeur d'Allemagne le baron Hans Von Weizsäcker, et de protester formellement. Mais il ne se limita pas à cela. Il fit le choix décisif d'utiliser l'un de ses étroits collaborateurs secrets, le P. Général des Salvatoriens, le P. Pancrazio Pfeiffer, qu'il envoya auprès du général Stahel, commandant à Rome, qui eut ensuite le courage de donner un coup de téléphone furieux à Himmler. Himmler, prit peur et ordonna immédiatement la cessation de cette persécution. Toutes les maisons ecclésiastiques de Rome reçurent alors l'ordre de procurer toute l'aide possible à la population juive persécutée, et ainsi des milliers et des milliers ez vies humaines furent épargnées.
On estime que pour la ville de Rome, l'Eglise sauva 4.447 personnes, précisait le P. Gumpel. A la suite des protestations de Pie XII, l'opération, qui devait durer deux jours, fut arrêtée le jour même à 14 heures: mille des huit mille Juifs réclamés par Hitler furent cependant déportés. Après la guerre, ce furent les papes Jean XXIII et Paul VI, Angelo Roncalli et Giovanni Battista Montini, attribuèrent eux-mêmes à Pie XII le mérite de l'action du Saint-Siège en faveur des persécutés. Le P. Gumpel reconnaissait que "l'histoire des relations entre juifs et chrétiens est caractérisée par des hauts et des bas, mais qu'alors le périls était si énorme qu'une solide alliance s'est réalisée".
Répondant aux questions de Radio Vatican, le P. Gumpel ajoutait: "J'ai suivi l'origine de ce livre avec beaucoup d'intérêt. Je le juge très positif, avant tout parce qu'il porte à la connaissance des lecteurs de nombreux faits que certainement ils ne connaissent pas. Il fait voir ce que l'Eglise catholique a fait, des choses qu'on ne sait pas aujourd'hui et que pour une part on tait et on nie volontairement".
ZF01021905



LIQUIDATION -- TOUT DOIT PARTIR

Jean-Paul 2 vient de faire un noiuveau cardinal. Une agence catholique décrit ansi la pensée du nouvel empourpré:

L'oeuvre la plus connue du théologien allemand Walter Kasper est le livre Jésus-Christ publié en France aux Editions du Cerf.
Voici quelques échantillons de la foi du nouveau cardinal:
Sur les miracles: «Il nous faut qualifier de légendaires beaucoup d'histoires de miracles contenues dans l'Evangile»et de nier tranquillement toute réalité objective aux miracles de la «tempête apaisée», de la «Transfiguration», de la «marche sur le lac», de la «multiplication des pains, de la «pêche miraculeuse», de la «résurrection de la fille de Jaïre», de «Lazare», etc (cf p. 129-130).
Jésus n'est pas fils de Dieu: cette conception «comporte un dernier reste de pensée mythique mal éclairée». D'après les Synoptiques, «Jésus ne se désigne jamais lui-même comme Fils de Dieu» (N.B.: c'est faux, cf Mtt. 16,16).
Quant à la Résurrection: «Il faut reconnaître que nous n'avons pas, ici, des faits historiques mais des procédés de style». Et il nie explicitement la réalité des apparitions de Jésus ressuscité (p. 212). La résurrection le troisième jour? Douteux, «une opinion théologique rabinique» (p. 219).
Et il sème le doute sur la maternité virginale de la Très Sainte Vierge (note 69, p. 381). Nul doute, il ne sera pas gêné par des certitudes de foi! (D.I.C.I.)

Avec des cardinaux comme ça, il n'y a plus de raison de ne pas se convertir au judaïsme.

PAS D'EXODE A LOS ANGELES

Y a du grabuge aussi chez les rabbins. On en trouve pour dire que l'Exode, c'est du pipeau. Et toutes sortes d'autres horreurs sacrilèges. Nous avons des documents pour le prouver.
Seulement, si les catholiques, ne croyant plus à leurs dogmes favoris, deviennent protestants, si les protestants, refusant leurs dogmes établis, se convertissent en une sorte de nouveau judaïsme, et si les juifs eux-mêmes, du moins la petite minorité qui croie qu'elle croie, commencent à jeter par dessus bord toutes les belles histoires de la Bible, ce beau livre plein d'aventures, d'amour et de guerre, de sexe torride et des crimes inexpiables, que va-t-il rester comme mythe fondateur à notre humanité occidentale? L'Holocauste? Mickey Mouse? La dianétique? Le révisonnisme? Dieu nous en garde.

D'ailleurs, chez les rabbins politiques, en Amérique, il se développe des guerres intestines. Le pauvre type qui s'était glissé sur le fauteuil de président du grand Musée Mémorial Zolo, à Washington, n'aurait pas dû écrire une lettrre à Clinton pour faire amnistier un gros voleur, mécène du Mossad, et trfiquant d' rmes et de pétrole au noir. Du cousp, tout un tas de rabbinicules se sont senti pousser des ailes. Les vizirs veulent la place du calife. Nous avons un document qui jette une lumière crue sur cette horrible fourmillière.

TOUT EST DANS LE TROU

Miloslav Bilik (mbilik@compuserve.com) conduit un site avec photo de son chien. Il émet le texte suivant (sic sic):

Quelques réflexions sur les thèses de Butz



1.un document du Ministère de l'Information Français en date du 8 septembre 1945
2.un plan du camp avec quelques commentaires
Ceci n'empêche pas Faurisson d'écrire: En Alsace la "chambre à gaz" du Struthof est intéressante à visiter. On y lit sur place la confession de Josef Kramer. C'est par un "trou" (sic) que Kramer versait "une certaine quantité de sels cyanhydriques", puis "une certaine quantité d'eau" : le tout dégageait un gaz qui tuait à peu près en une minute. Le "trou" qu'on voit aujourd'hui a été si grossièrement fait par un coup de burin que quatre carreaux de faïence en ont été brisés. Kramer se servait d'un "entonnoir à robinet". Je ne vois ni comment il pouvait empêcher ce gaz de refluer par ce trou grossier, ni comment il pouvait admettre que le gaz, s'évacuant par la cheminée, aille se répandre sous les fenêtres de sa villa. Qu'on passe dans une pièce voisine et, là, qu'on m'explique cette affaire de cadavres conservés pour le professeur Hirt dans des "cuves à formol", qui ne sont, en fait, que des cuves à choucroute et à pommes de terre, munies de simples abattants de bois sans étanchéité.
Ceci est une citation de "Verité historique ou vérité politique ?" de Serge Thion, éditions de la Vieille Taupe.
Le texte est d'une telle sottise qu'on peut se demander si M. Faurisson est idiot ou de mauvaise foi. M. Faurisson parle du "trou" qu'on voit aujourd'hui et que vous pouvez voir également sur ce site; ce trou est dû à l'enlèvement de l'entonnoir et de son tuyau, que M. Faurisson ne risquait plus de voir puisque l'entonnoir se trouve au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon. Evidemment, si le tuyau et l'entonnoir ne sont plus là, il y un trou dans le mur, et comme il le fait remarquer, la chambre n'est plus étanche dans ces conditions. Par contre, M. Faurisson indique lui-même que Kramer utilisait un entonnoir muni d'un robinet; dans ses aveux, que ce soit la première version ou la seconde, Kramer n'a jamais indiqué d'ailleurs jamais avoir versé quoique ce soit par un trou mais toujours par un entonnoir de ce type. Il faut croire que M. Faurisson est soit idiot s'il supposait qu'on avait installé un entonnoir sans le sceller à travers le mur, soit de mauvaise foi, en parlant tantôt de trou, tantôt d'entonnoir, comme cela l'arrange le mieux. Evidemment, M. Faurisson semble plutôt de mauvaise foi qu'idiot, puisque ce trou (sic) n'a jamais existé dans les aveux de Kramer.
On est sidéré aussi de voir le même supposer que la villa du commandant aie pu être intoxiquée par des émanations de gaz cyanhydriques, puisque le plan montre qu'elle était à 500 mètres de là. L'orifice du tuyau d'évacuation étant à au moins 6 mètres de hauteur, on pouvait très certainement se tenir tranquillement au pied même de la maison servant de chambre à gaz.

<
http://ourworld.compuserve.com/homepages/mbilik/strut1.htm>


RASSURANT

Le ministre de la santé israélien, Miriam Hibner, a déclaré que le ministère ne permettrait pas le clonage humain en Israël. On se rappelait Le Meilleur des mondes, cent millions de clones israéliens... Sharon n'aurait plus besoin d'importer des Russes, des Argentins et des Ch i nois... comme en atteste la dépêche suivante:

Sharon Wants 'Another Million Jews' To Move To Israel

Jerusalem -- Israeli prime minister Ariel Sharon said on Friday that one of his main goals was to convince half a million Jews from Latin America and about 80 000 from South Africa to immigrate to Israel. "We need to bring another million Jews here. That needs to be a top priority of all governments," Sharon told the English language Israeli daily Jerusalem Post."It will be another country altogether. We have seen the contribution of the million Jews who came here in the last 10 years," he added in reference to the Jews from Russia and the former Soviet republics. When asked where the new wave of immigrants could come from, Sharon said he thought mainly of Jews living in Latin America. "There are 230 000 Jews in Argentina in a very difficult economic situation, and another 130 000 Jews in Brazil. There are 50 000 in Mexico and there are others in Venezuela", he said. "In addition, there are still 80 000 Jews in South Africa, a very strong community." - Sapa-AFP
<
http://www.iol.co.za/general/newsprint.php3?art_id=ct20010428161016625S000691>
voir <
http://www.rense.com/general10/jews.htm>


QUI CHERCHE TROUVE

Les meilleurs outils de recherche selon Searchenginewatch
En janvier dernier, l'excellent site SearchEngineWatch [<http://www.searchenginewatch.com/>] décernait pour la première fois ses prix des meilleurs outils de recherche pour l'année 2000, tels que choisis par les internautes. Les sites primés sont tous anglophones, mais il peut tout de même être intéressant de jeter un coup d'oeil aux résultats [<http://www.searchenginewatch.com/awards/index.html>]:
Meilleur outil de recherche: Google [<http://www.google.com/>]
Mention spéciale: Yahoo [<http://www.yahoo.com/>]
Autres sites en nomination:
[<http://www.altavista.com/>], Ask Jeeves [<http://www.askjeeves.com/>/]
FAST [<http://www.alltheweb.com/>].
Meilleurs métamoteurs: [<http://www.ixquick.com/>] [<http://www.dogpile.com/>]
Mention spéciale: qbSearch [<http://www.qbsearch.com/>]
Autres sites [<http://www.metacrawler.com/>]
[<http://www.mamma.com/>], [<http://www.search.com/>]
Meilleur outil de recherche spécialisé: Moreover [<http://w.moreover.com/>]
Mentions spéciales: CompletePlanet [<http://www.completeplanet.com/>], InvisibleWeb.com [<http://www.invisibleweb.com/>], xRefer [<http://www.xrefer.com/>]
Autres sites en nomination: Librarians' Index to the Internet [<http://www.lii.org/>] etc.

CHEVAL DE TROIE A HUIT PATTES (2)


Links? Rechts? - Revolutionär!

Die nationalrevolutionäre und antisemitische Zeitschrift Sleipnir
sucht das Bündnis mit der deutschen Linken.

Von Hugin und Munin


Die Anklagepunkte lauten "Volksverhetzung" und "Verunglimpfung des Staates". Seit Anfang März läuft vor einem Berliner Gericht ein Verfahren gegen den Herausgeber der rechtsextremistischen Zeitschrift Sleipnir, Andreas Röhler, und seinen Mitarbeiter Peter Töpfer. Wohl bei wenigen dürfte das Adjektiv "gerichtsbekannt" so zutreffend sein wie bei Andreas Röhler, dem Berliner Verleger und Vertreiber rechtsextremistischer und antisemitischer Schriften (1).
Seitdem er 1995 zusammen mit Peter Töpfer (2) die Zeitschrift Sleipnir -- benannt nach dem achtbeinigen Roß de germanischen Heldengotts Odin -- begründet hatte, verging kaum ein Jahr ohne Hausdurchsuchung, kein Jahr ohne Ermittlungsverfahren gegen seinen Verlag der Freunde (VdF). Anlaß für die Polizeiaktionen waren entweder in Sleipnir veröffentlichte Artikel, wie 1997 ein von Ingrid Weckert unter dem Pseudonym "Hugo Rauschke" verfaßter Text mit dem Titel "Zweimal Dachau", oder Bücher aus dem Eigenverlag wie ein Werk des französischen Holocaust-Leugners Serge Thion (3).
Im aktuellen Verfahren verhandelt das Amtsgericht Berlin-Tiergarten u.a. den Vorwurf, daß der VdF den antisemitischen Longseller "Die Protokolle der Weisen von Zion" vorrätig hielt, nach Angaben Röhlers ausschließlich zu wissenschaftlichen Zwecken -- versteht sich.
Solche und ähnliche Verschleierungsversuche begleiten das Projekt Sleipnir von Anfang an, will die Zeitschrift doch im Sinne einer Querfrontstrategie publizistisch zusammenfügen, was politisch anscheinend nicht zusammenpaßt. Dabei beschränken sich die Herausgeber nicht darauf, die "Nationale Frage" als Diskussion zwischen Links und Rechts zu inszenieren, wie es zum Beispiel die nationalrevolutionäre Zeitschrift wir selbst derzeit vormacht. Wesentliches Merkmal von Röhlers Publikation ist der Versuch, der Linken ein Bündnis schmackhaft zu machen, indem eine gemeinsame oppositionelle -- und im Verständnis von Sleipnir systemüberwindende -- Identität unter anderem aus der gemeinsamen Verteidigung der Rede- und Meinungsfreiheit abgeleitet wird.
Mit Hinweis auf den übergeordneten Wert der Meinungsfreiheit wird die Linke aufgefordert, wahlweise die Leugner des Holocaust selber oder deren Freiheit, die Leugnung des Holocaust zu publizieren, oder auch nur deren Verteidiger zu verteidigen. Der Verlag bezeichnet dies als "Kampf um die Gewährleistung der Freiheit der wissenschaftlichen Forschung, des freien Zugangs zu Informationen, der Pressefreiheit -- d.h. um die Würde des Menschen (...)". (4)
Seit der Erstausgabe druckt Sleipnir daher Texte von Linken nach, um eine gemeinsame Debatte zu inszenieren, die so nie stattfand. Seine schriftliche Absage, an einem Buchprojekt des Verlags teilzunehmen, katapultierte beispielsweise schon 1995 Ralph Giordano in das Blatt. Und noch mehr als zwei Jahre später wird er als Linker genannt, dem Raum in der Zeitschrift gegeben wurde.
Bei anderen Verschleierungsversuchen wird auf die Unbedarftheit gerade linker AutorInnen spekuliert, die der freundliche Verlagsname nicht mißtrauisch macht. Darauf fielen selbst im Thema versierte Kollegen wie Wolfgang Wippermann oder der Österreicher Michael Ley herein, und nur wenige, wie der Berliner Transit Verlag oder Hans Magnus Enzensberger, wehrten sich nachträglich gegen solcherart Freundesbeweise. In anderen Fällen druckte Sleipnir Erklärungen aus anderen Zeitungen nach, um den Eindruck zu erwecken, deren AutorInnen beteiligten sich an der Diskussion in Röhlers Blatt (siehe den obenstehenden Titel von Sleipnir mit dem "Autoren" Hans Modrow, der nie etwas mit der Zeitschrift zu tun hatte).
"Warum Sleipnir?" fragte Andreas Röhler 1997 in einem Offenen Brief. Die Antwort hatte Michael Koth jedoch schon 1995 formuliert: "Sleipnir reißt alte Schranken zwischen 'rechts' und 'links' nieder und entwickelt sich zum bedeutendsten Dialogorgan beider Lager. Was im Oktober 1993 auf den Barrikaden Moskaus mit Blut besiegelt wurde, nämlich das Kampfbündnis von Kommunisten und Nationalisten (...), was in der KDVR (Nordkorea) seit fünf Jahren Staatspolitik ist, sollte auf deutschem Boden doch wohl auch zu verwirklichen sein!" (5)
Koth war damals noch stellvertretender Vorsitzender der KPD/DDR und ist inzwischen Vorsitzender der Partei der Arbeit Deutschlands (PdAD) -- "kleine Schwester" der nordkoreanischen PdAK. Seine Sammlungsversuche führten den Nationalkommunisten inzwischen in die Arme der NPD, die ihn, den Vertreter eines deutschen Sozialismus, auf dem NPD-Kongreß am 7. Februar 1998 in Passau mit einem eigenen Info-Stand belohnte.
Ebenfalls eingeladen war Andreas Röhler, der sein Blatt den NPD-Parteigängern immer stärker geöffnet hatte, schon bevor sich die Nationalkommunisten, also jene, die Sleipnir der Nationalen Linken zurechnen, zum linken Flügel des Neofaschismus erklärt hatten. Berliner und Hamburger Neofaschisten wurden Autoren, das Mitglied des NPD-Bundesvorstandes Hans Günter Eisenecker Röhlers Anwalt.
Diese Entwicklung hin zur NPD, verbunden mit der engen Bindung an Holocaust-leugnende Personen und Strukturen, dürfte es dem Blatt zukünftig schwerer machen, mit seinen lagerübergreifenden Strategien Raum zu gewinnen. Eine Strategie, die allenfalls noch verfängt, wenn Ex-Linke so verstört agieren -- und denken -- wie Horst Mahler, der sich inzwischen auch der Zustimmung des in Hamburg inhaftierten Kopfes der NSDAP-AO, Gary Lauck, sicher ist. Selbstverständlich, daß Töpfer und Röhler auch an Mahlers Montagsdemonstration am 15. Februar 1999 in Berlin-Kreuzberg teilnahmen.
Weitere Aufklärung über die tatsächliche Struktur und die personellen Bündnisse, die der Verlag der Freunde anstrebt, können Unterlagen liefern, die dem Verlag zur Jahreswende aus den Geschäftsräumen in Berlin-Prenzlauer Berg abhanden kamen. Ein Teil dieser Papiere liegt der Jungle World vor. Die Unterlagen aus dem Büro von Andreas Röhler belegen viele bekannte Verbindungen und beweisen einige neue.

Anmerkungen
(1) Der Betriebswirt Andreas Röhler war Mitglied der Ostberliner Literaturszene im Prenzlauer Berg und veröffentlichte Gedichte. 1985 reiste er nach Westberlin aus. Seit 1993 betreibt er den Verlag der Freunde, in dem seit 1995 die Zeitschrift Sleipnir erscheint.
(2) Peter Töpfer kommt aus Ostberlin. 1990 ist er Herausgeber der antikommunistischen Zeitschrift Der Montag. Zwei Jahre später fällt er als Verteiler eines "Gründungsaufrufs der Nationalen Linken (NL)" auf, in der sich "junge Menschen zusammengefunden (haben), die linke Politik nicht am Volk vorbei betreiben wollen". Ab Mai 1995 ist Töpfer Mitinhaber des Verlags der Freunde, der als "Andreas Röhler und Peter Töpfer GbR" firmiert und damit Mitherausgeber von Sleipnir. Seit November 1996 erscheint er nicht mehr im Impressum, Ende 1998 aber im Inhaltsverzeichnis.
(3) Serge Thion ist Mitarbeiter des Pariser Verlags La Vieille Taupe. Anfangs eine marxistische Zeitschrift mit angeschlossener Buchhandlung, hat sich La Vieille Taupe mittlerweile zum führenden französischen Verleger der Holocaust-Leugner entwickelt, die sich selbst als "Revisionisten" bezeichnen. 1980 veröffentlichte Thion in Frankreich Vérité historique ou vérité politique, das der Verlag der Freunde 1984 in einer erweiterten Fassung unter dem Titel Historische Wahrheit oder Politische Wahrheit. Die Macht der Medien. Der Fall Faurisson publizierte. Seit 1995 schreibt Thion für Sleipnir.
(4) Andreas Röhler und Peter Töpfer im November 1995.
(5) Werbeschreiben des VdF vom Mai 1995.

aus: Jungle World vom 10.3.1999
<
http://www.trend.partisan.net/trd0399/t280399.html>


"La loi allemande interdit de faire mention d'un lien pouvant conduire vers des sites d'extrême-droite" [ou réputés tels par on ne sait quelles autorités], article de Tholas Schnee, sur
<http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_art=2498&idx_rub=87>


MASCARA

New York (April 4) - Expressing her solidarity with Israel, Senator Hillary Rodham Clinton (D-NY) has donated $1,200 to purchase protective gear for Israeli teachers and medics in the West Bank and Gaza Strip. Clinton also pledged to work with State Assemblyman Dov Hikind -- who has raised $150,000 for more than 100 bulletproof vests and helmets since launching his effort in December -- to raise $1 million for Israeli civilians being targeted by Palestinian sniper fire.
Jerusalem Post, 4 avril 2001.


LE DIT DE GARAUDY

"Bienvenue sur ce site dédié à l'oeuvre de Roger Garaudy et à la publication en ligne de ses derniers textes et travaux. Roger Garaudy, philosophe, militant communiste exclu du PCF pour avoir critiqué l'évolution de l'Union Soviétique dans les années 1970, fut aussi au coeur du développement de la théologie de la libération en France et dans le monde, et lutte encore aujourd'hui contre toutes les formes d'intégrismes religieux et politiques. Cette attitude l'a amené au cours de sa vie à affronter au coeur de vives polémiques ceux qui, au sein du Marxisme-Léninisme, du Catholicisme, de l'Islam et du Judaisme s'opposent toujours au progressisme en lui substituant une lecture intégriste de leur foi ou de leurs convictions politiques.
Si le progressisme et l'oeucuménisme sont des thèmes qui traversent l'oeuvre entière de Roger Garaudy, celle-ci est si dense qu'il était aujourd'hui nécessaire de lui donner une visibilité et une présence sur Internet, afin que ceux qui désirent s'y plonger puissent être guidés. Ce site a donc comme vocation de présenter les différents livres de Roger Garaudy et d'indiquer les moyens de se les procurer. De plus, il publiera en ligne, et gratuitement, certains de ses nouveaux textes, montrant en cela que la pensée du compagnon de route de Bachelard, de Fidel Castro, de Dom Helder Camara et de Pablo Neruda possède toujours une actualité vive face aux éternels conservatismes religieux ou politiques.
Ces derniers, qu'ils se nomment capitalisme (le monothéisme de marché dénoncé par Roger Garaudy), catholicisme conservateur ou islamisme, n'en finissent pas de mettre en danger des populations entières à travers le monde. Pour lutter contre l'entreprise néo-colonialiste américaine, et contre les dérives fondamentalistes des grandes religions monothéistes qui dénaturent chaque jour un peu plus leurs propres fondements historiques et humains, l'oeuvre de Roger Garaudy ne propose pas de doctrine ou de dogme livrés tels quels et que chacun devrait suivre à la lettre et de manière exclusive. A chaque époque, communiste, chrétienne ou musulmanne, elle ne révèle aucune vérité absolue, mais plutôt l'évolution intellectuelle d'un philosophe au cours des grands combats de son époque, et donc des clefs et des pistes de réflexion et d'action pour ceux qui souhaitent eux aussi opposer une alternative humaine, spirituelle et militante à la pensée figée d'un ordre mondial destructeur.
Ce site, en tant qu'espace progressiste intellectuel et militant, souhaite donc présenter de façon objective les travaux de Roger Garaudy qui, malgré leur évolution, conservent une cohérence propre. Ainsi, bien qu'ayant été exclu du Parti Communiste Français, la pensée de l'auteur de L'Appel aux Vivants, dans ses évolutions ultérieures dans le domaine religieux ne nia jamais la nécessité des luttes politiques et sociales temporelles, considérées comme les fins avant-dernières de la libération de l'homme, au delà desquelles nul de saurait négliger la libération spirituelle. Celle-ci, s'opposant au principe religieux coercitif, l'opium des peuples constitué par les intégrismes, doit être comprise comme un moyen d'interpeller ceux qui luttent contre les dominations de tous genres au sujet de ce qui viendra aprés la libération purement historique et physique de l'humanité.
Chez Roger Garaudy, l'analyse temporelle et militante s'accompagne donc toujours d'une réflexion philosophique et humaniste, le nouvel ordre mondial dominé par les Etats-Unis et le capitalisme représentant à la fois l'aliénation sociale et économique des populations d'innombrables pays, mais aussi la destruction de leur patrimoine culturel et intellectuel au nom de la société de consommation et du culte du marché, le monothéisme de marché. La décandence apportée partout par l'expansionnisme américain est à la fois politique, économique et humaine touchant aux valeurs sociales et culturelles qui portent en elles des espoirs d'alternative et de lutte.
On comprendra aisément que cette position, à la fois au coeur du marxisme-léninisme, de l'anti-impérialisme mais aussi au coeur de la réflexion spirituelle, font de l'ensemble des écrits de Roger Garaudy une oeuvre contreversée, décriée tout autant par le dogmatisme présent à chaque étape de la libération des peuples que par les défenseurs privilégiés de l'exploitation capitaliste en Europe et dans le monde. Ce site web ne rentrera dans aucune des polémiques que ces derniers ont pu soulever, les livres de Roger Garaudy n'ayant nul besoin dêtre défendus face à ceux qui ont accepté depuis longtemps de n'être que les spectateurs passifs de l'effondrement moral et social provoqué par l'importation de la décadence capitaliste américaine.

<
http://perso.infonie.be/ed.machiavel/Garaudy.htm>

Nous avons, nous aussi, des textes de Garaudy.

LE CAVE SE REBIFFE

Sydney, le 5 avril (AFP) -- Un célèbre révisionniste d'Australie a refusé jeudi de présenter des excuses pour avoir dit que les chambres à gaz nazies n'avaient jamais existé. Frederick Töben a déclaré à la radio ABC qu'il présenterait des excuses aux juifs australiens s'il avait été indélicat ou brutal, mais pas pour avoir prétendu que l'Holocauste était un mythe.
Le Conseil exécutif de communauté juive australienne a lancé une action en justice contre l'enseignant d'Adelaïde visant à mettre en application une décision de la Commission des Droits de l'homme et de l'Egalité des chances (HREOC). La commission, qui est une administration publique, a, en octobre dernier, ordonné à Töben (d'origine allemande) de supprimer de son site de l'Adelaide Institute (<
http://www.adelaideinstitute.org>) du matériel révisionniste ayant trait à l'Holocauste et de présenter des excuses au vice-président national du conseil, Jeremy Jones.
Töben a refusé de se plier à ces deux ordres et l'intellectuel controversé, qui a été emprisonné en Allemagne pour ses opinions hardies, refuse de faire repentance.
"Non, je ne peux pas faire ça, parce que j'estime que les conclusions de la Commission des droits de l'homme sont immorales et n'ont pas de valeur juridique", a déclaré Töben à la radio. "Il ne s'agit pas de savoir si j'ai été blessant ou non, parce que je peux retourner l'argument à la communauté (juive) en disant que, vu mon origine allemande, ils ne cessent d'être blessants à mon égard en affirmant que les Allemands ont exterminé les juifs européens de manière systématique dans des chambres à gaz homicides."
"J'ai découvert que les chambres à gaz n'avaient jamais existé." Interrogé sur la validité des efforts qu'il déploie dans sa campagne pour discréditer l'Holocauste comme événement historique, il a répondu: "Si je suis blessant dans ce que j'écris et ce que je dis par manque de tact ou par brutalité, alors je présente mes excuses, mais pas si je cite des faits." "La vérité me servira de défense parce que, si vous m'enlevez ma liberté de penser et de parler, vous me privez de mon humanité."

ABC TV News, 7 PM, 5 April 2001:
Dominique Schwarz: Members of Australia's Jewish Community will take controversial Adelaide historian Fredrick Töben to the Federal Court in a bid to eliminate his controversial website. But Dr Toben remains unrepentant over his questioning of the Nazi Holocaust saying he believes he has no case to answer.
Graham Badger: Dr Fredrick Töben's mobile phone was running hot today with requests for interviews over his latest run-in with the Australian Jewish community. The Executive Council of Australian Jewry is seeking the enforcement of an order made last October by the Human Rights and Equal Opportunity Commission. It demanded the removal of material which challenges the existence of the Nazi Holocaust against millions of Jews during the 1930s and 40s. It also wants an apology to the Council's National Vice-President Jeremy Jones.
Jeremy Jones: All we are asking for is that Fredrick Töben obeys the law of Australia. He is involved himself in unlawful behaviour. Therefore he must desist from this behaviour.
Graham Badger: But Dr Töben says he believes he and the institute have no case to answer.
Fredrick Töben: I consider what is happening to be an act of mental rape. If you deny me my freedom to think and to speak, then you deny me my humanity.
Graham Badger: Dr Töben says there may be articles on his site by other authors that contain intemperate language. If so, he will withdraw the articles, but he would defend his statements and his right to freedom of speech.
Fredrick Töben: We shall certainly apologise to Jeremy Jones and to the Australian Jewish community if we have used intemperate language. But we will never apologise for having put on the web factual statements that can be proven to be correct.
Graham Badger: The Council says that's unsatisfactory. A hearing is scheduled for next month. Graham Badger, ABC News.


TCHERNOBYL PORTABLE

Deadly Chemicals Used by Israelis to Track PLO Stone-Throwing Dissidents



Israeli scientists have armed Shin Beth agents with radioactive aerosol sprays. When PLO and other dissidents are arrested and taken to an Israeli police station or detention centre, they are strip-searched. Their clothes are then given a small squirt from an aerosol which contains a radioactive chemical. The chemical is invisible, odourless and leaves an undetectable residue on the clothes. But a small squirt of the substance enables Israeli agents and Defence Force "snatch squads" to detect a person previously arrested. This is done by detector vans equipped with ultra-sophisticated Geiger counter that pinpoints a person who has been previously sprayed. The vans are identical to those already used by IDF patrols. The aerosol and detector equipment was developed at Israel's top-secret institute for Biological Research situated in the Tel Aviv suburb of New Ziona. Its laboratories are partly staffed with East German and Russian Jewish scientists who had worked for both their countries' intelligence. Most of its twelve acres of laboratories are underground and protected by state-of-the-art security systems. Details about the aerosol and other work carried on at the Biological Institute were revealed last week by CIA Director George Tenet in a briefing to the incoming Bush transition team.
Some of its members were described as being "absolutely horrified" by what they had been told. It is likely that when he assumed office, Secretary of State Colin Powell will raise the matter with the Barak government. Last week the Institute allowed a rare visitor from the outside -- Ariel Sharon, almost certain to be Israel's next prime minister, according to the pollsters. The contents of the sprays is made from radioactive material known as Scandium 64. This is highly lethal over a lengthy period as it permeates clothing with gamma radiation. Former Mossad agent Victor Ostrovsky who has previously revealed much about the activities at the Institute has confirmed that lethal tests on Arab prisoners have been conducted there. The decision to use the aerosols was approved by Avraham Dichter, the head of Shin Beth. Dichter is a former commando leader who served in the army under Ehud Barak. The two men met in Tel Aviv on December 28. At the meeting Dichter produced documents which claimed to show that the PLO have trained some 7,000 youngsters in basic military training - and that the PLO have obtained Stinger missiles and Sam-16 anti-aircraft missiles. Mossad sources say that the weapons were smuggled in from Iran. The Atomic Energy Commission in Vienna, Austria, confirmed that one of the side-effects of Scandium 64 is to create impotency in a male and severely damage the fallopian tubes of a woman. The doses used for aerosol spraying are believed to be in the region of 150 millisierverts per spraying. According to the Atomic Energy Commission scale for the weekly regulation maximum exposure dose - this is 149 times higher than is internationally accepted. Senior intelligence sources in Tel Aviv have told me that during his visit to the Biological Institute, Sharon was fully briefed on the use of the aerosol - and is reported to have given full support for its use.


Gordon Thomas <gordon@gordonthomas.ie> Intelligence Briefs -- January 2001
<http://www.gordonthomas.ie/briefs.htm>

Voir aussi <http://www.gordonthomas.ie/Articles/nokim.htm>
Gordon Thomas -- The Avengers, voyez le document 05 sur les Allemands et les "vengeurs". Gordon Thomas est l'auteur d'un livre récent sur la principale centrale de l'espionnage israélien, Gideon's Spies, The Secret History of the Mossad, New York, 1999, Thomas Dunne Books, Saint Martin's Press.

BANQUET PAS GAI

Le Spiegel du 22 novembre 2000 raconte un banquet qui s'est tenu à Dusseldorf, dans les locaux de la Deutsche Bank réunissant des hommes d'affaires importants. L'un d'eux, un célèbre avocat nommé Udo von Busekist a raconté avoir été dans une unité de DCA à Auschwitz Là, il ne connaissait pas les violences qui étaient faites aux juifs et il n'avait pas été atteint par la rumeur des chambres à gaz. Il voulait surtout en déduire que les Allemands ne pouvaient pas en savoir plus long que lui, qui était sur place et que, par conséquent, ils n'avaient pas à se sentir coupables. Le journal ajoute que le banquet s'est terminé dans la confusion.

PAS QUESTION

Dans un interview au Monde datant du 17 octobre 2000, Henri Hajdenberg, roi du CRIF et donc des juifs de France, voulait bien donner son opinion sur les attaques de synagogues ("On profane le sacré" -- or une synagogue n'a rien de sacré dans la tradition juive elle-même; ce n'est pas un temple. Ce n'est qu'un lieu de réunion) ou la domination des Américains. La dernière question de son interviewer, Henri Tincq, qui donne souvent à penser qu'il est juif lui-même, était ainsi formulée:

-- Que pensez-vous de l'invitation à Paris adressée à Ariel Sharon par le Likoud de France ?
-- Ariel Sharon a été invité par le Likoud de France, qui est l'un de ces groupuscules, composés de sionistes purs et durs, placés sur la ligne idéologique la plus extrême du Likopud d'Israël. Ils se déclarent les plus militants des sionistes. Ils se battent verbalement pour conserver des territoires actuellement sous autorité palestinienne, alors qu'ils vivent tranquillement sur les bords de la Seine, qu'ils sont âgés de cinquante à soixante ans et n'iront jamais en Israël. En tout cas, il n'est pas question pour l'instant qu'Ariel Sharon vienne à Paris."

Est-ce qu'Hajdenberg, la cinquantaine repue, ira jeter des pierres sur l'ambassade israélienne si Sharon décide de venir à Paris?

POT AUX ROSES ET POT AUX NOIRS

Nous avons un document qui expose très bien les vices et les turpitudes de la prétendue coopération française en Afrique, de François-Xavier Verschave, remarquable retourneur de cartes.
http://www.globenet.org/survie/campagne/auxarrts.htm


A FRIC
On parle beaucoup des grandes manoeuvres des différentes forces qui occupent le Congo ex-Zaïre ex-Congo belge. Le Monde du 24 janvier, sous la plume de l'ancien correspondant de Libération, disait que le fiston Kabila avait convaincu son père, avant qu'il se fasse lester de plomb, d'abandonner le système de la mise aux enchères mensuelle de la production de diamants en confiant le monopole de la préemption à une socitété israélienne, IDI Diamonds, drivée par Moshe Schnitzer, représentant des "services" israéliens, qui avait convenu de payer ses achats avec des armes. Le plus drôle est qu'après plusieurs mois, les Israéliens n'ont livré que quelques vieux uniformes...

Nous avons un communiqué de l'agence américaine Associated Press, qui donne quelques détails sur cette extorsion avortée:


Congo Cancels Israeli-Diamond Supply April 21, 2001
Ellen Knickmeyer, Associated Press Writer
KINSHASA, Congo (AP) - Congo announced Saturday it had revoked an Israeli-based company's exclusive multimillion-dollar monopoly over diamond exports, undoing one of the most controversial deals of the late Congo President Laurent Kabila's regime.
The firm, International Diamond Industries, was welcome to join other bidders as contracts for the diamond exports are now offered on the free market, Congo Mining Vice Minister Mbaka Kawaya said. IDI had the right to export all of Congo's diamonds.
Congo is the world's third-largest exporter of diamonds. Exports of mostly industrial-quality diamonds accounted for about 70 percent of the Central African nation's total export revenues in 1999.
The Israeli-based firm reportedly agreed to pay Laurent Kabila's cash-strapped government $20 million in July for a flow of diamonds worth up to $600 million a year.
A U.N. report this week called the deal a "nightmare" for Congo's government and a "disaster" for Congo's diamond trade.
IDI ultimately paid Congo only $3 million for the monopoly, and the deal had the unwanted effect of driving much of Congo's diamond trade underground - depriving the government of its revenue, the U.N. panel said.
To circumvent the government-granted monopoly, black-market traders smuggled many diamonds out through the neighboring Republic of Congo.
IDI's 18-month deal also reportedly included an agreement for Israeli military experts to train Congolese anti-smuggling force, according to the investments adviser of the late Congo president.
Congo quickly denied that alleged part of the deal, and took the adviser into custody soon after he made the alleged disclosure in September.
IDI's head, Dan Gertler, told The Associated Press in Tel Aviv this year he had only provided Congo with names of Israeli military specialists.
Laurent Kabila mortgaged much of his country's mineral wealth to pay for his side of Congo's now 2 1/2-year civil war, launched when Rwanda, Uganda and their Congo rebel allies opened a military campaign to oust him. Angola, Zimbabwe and Namibia joined the war on Congo's side.
Joseph Kabila, who took office after his father was assassinated in January, had made clear from the start his dislike of deals such as the Israeli firm's monopoly.
"With all these measures, Congo moves ahead with the liberalization of the strategic diamond sector promised by the President in his inaugural speech," Kawaya said in a statement in Congo's newspapers Saturday announcing cancellation of the deal.


ZOREILLES

Echelon, c'est bien mais les Français savent faire aussi. C'est sans doute pour ça qu'ils ne protestent pas contre la sale manie des amères loques de fourrer leurs grands micros partout. Pour une fois, un journaliste, nommé Vincent Jauvert, (Le Nouvel Observateur du 5 avril 2001) a fait son boulot. Il montre très clairement comment les "services" peuvent vous espionner tous les jours. La seule protection qui reste au citoyen est la bêtise des centaines de zozos qui font l'analyse des interceptions; ça peut ne pas durer toujours.
"Espionnage, comment la France écoute le monde "
<http://www.nouvelobs.com/dossier_1900/dossier1.html>


DU CAILLOU DANS LA MARE

Le 9 avril, Jospin-la-caillasse, se souvenant brusquement qu'il était aux affaires, a pris ses bottes et son ciré pour aller voir les pauvres bougres qui se trempaient lamentablement le derrière dans les eaux boueuses de la Somme; on vous dit boueuses parce que les remontées de fosses septiques, c'est de la même couleur. Des "colombins", dit un vieux monsieur charmant. Quand le Jospin est arrivé pour "mesurer l'ampleur des dégâts", les inondés l'ont mal pris. Ils l'ont bombardé avec divers projectiles non-identifiés par la presse, peut-être des colombins. Quand ils ont commencé à scander "Jospin à l'eau", il s'est tiré des grègues vite fait. On peut dire que depuis Bir Zeit, Jospion est entraîné à la course à pied vers la voiture blindée. Il a appris au moins une chose: les boucliers de kevlar ne sont pas hermétiques.

LOGICIELS JUIFS
Certains lecteurs pourraient désirer s'exprimer en langage juif ou simplement apprendre à déchiffrer le
monde juif. Ils auront avantage à s'adresser à la bonne source:
<http://www.jewishuniverse.org/computers/software/software1.htm>
Ils trouveront par exemple un excellent outil de gestion des synagogues, le Marks membership management & fund raising software ou alors le synagogue office software qui contrôle le Yahrzeit et qui s'intitule curieusement Rakefet, qu'il ne faudrait pas interpréter comme le signe que le "rackett est fait".
<www.jewishguniverse.org/tracking/mark.asp>

COURRIER 1
Rigolo...

Vincent Vince <glenstorm69@yahoo.fr>

To: aaarghinternational@hotmail.com, 9 Apr 2001 02:50:56 +0200
"Alors connard , on se sent un peu révisionniste ?!? Toi tu devrais faire gaffe à tes serveurs d'mesfesses. Un petit format et oups !! tout part !! Nan à part ça, j'encule ta mère jusqu'à l'os, car toi et moi, ben on s'connaît, eh ouais mon pote ! et même que je serais un voisin.
Alors écoute bien, les bombes artisanales sont tellement efficaces (des clous et du plastock), qu'il peuvent vite te foutre la vie en l'air. Et là, crois-moi mon ami, c'est pas des conneries et je suis sérieux.
Alors fais gaffe pour toi et évite de foutre des conneries qui ne font que salir la pensé historique.
ps. Baise-moi chrétien de merde !!!


LA TERRE PROMISE
Les autorités militaires israéliennes ont demandé aux compagnies de bus qui traversent ou approchent des "zones sensibles" de faire blinder leurs autobus. Des vans blindés seront mis à la disposition des élèves des colonies. Un lot de 2000 gilets pare-balle est en cours de distribution. Le budget pour les affaires militaires et de sécurité va augmenter de deux milliards de sicles (soit 500 millions de bons et verts dollars.
On sent que la confiance en Yahveh laisse à désirer.


RADIO ACTIVITÉ

On parle beaucoup, ces temps-ci, de l'infiltration du révisionnisme dans les monde musulman. Un lecteur nous rappelle qu'elle ne date pas d'hier:


28 August 1995

Historical Revisionism in UK Moslem Circles ?


"Moslem Radio Closed After 'Holocaust Denial'"
A South London radio station has been closed down by the Government after claiming that the Holocaust never happened. The station, which was called Moslem Community Radio, had its licence withdrawn by the Radio Authority following complaints from Jewish organisations. [...] (British Nationalist, June 1995, p. 3).
"UK Hizb at-Tahrir leaders deny Holocaust took place"
Leaders of militant Muslim group Hizb at-Tahrir have denied that the Holocaust took place. Their claims were made during a press conference to promote Sunday's [20 August 1995] "rally for Islam" in Trafalgar Square, which was attended by almost 3,000 people. Hizb at-Tahrir British chief, Omar Bakri Mohammed, told assembled journalists and students: "I do not believe in the Holocaust." M. Mohammed mocked the press for "not wanting intellectual debate, but just to talk about this Holocaust -- 'nolocaust'. Is it illegal not to believe in the Holocaust ?" -- He contended that "if we are anti-Jews, it is not because of race but because I am anti those who occupy my land." -- Hizb at-Tahrir spokesman Farid Kassim added that he was "not satisfied intellectually that six million people were killed by the Nazis. Many people cast doubt about it. There are real things happening to humanity today and this only allegedly happened 50 years ago." [...] (Susannah Cusworth, [London] Jewish Chronicle, August 18, 1995)



EICHMANN ET LE BOURRAGE DE MOU
On nous a bien dit que tout avait changé avec le procès Eichmann. C 'est là qu'on a mis en place les techniques narratives et les procédés rhétoriques propres à culpabiliser qui? D'abord les juifs. C'est la grande pensée de Ben Gourion. D'abord bourrer le mou des juifs, ensuite, on se fera les goyim sans peine. Il faut donc inlassablement revenir sur leprocès Eichmann comme passage d'un seuil, fondation d'une époque nouvelle où la direction israélienne cherche à saigner à blanc toutes les ressources possibles pour maintenir en vie l'avorton d'Etat qu'est Israël, un truc qui ne peut pas vivre sans assistance massive et pompage de ressources externes. Voir ce qu'en dit le Jerusalem Post, organe plus qu'officiel.
http://cgis.jpost.com/cgi-bin/General/printarticle.cgi?article=/Editions/200
1/04/16/News/News.24671.html


AMERICAN GARBAGE

U.S. prosecutors are asking a judge to penalize alleged concentration camp guard John Demjanjuk after his lawyer failed to turn over documents they suspect implicate Demjanjuk, according to the Cleveland Jewish News. The move by the prosecutors from the Justice Department's Office of Special Investigations comes as a second U.S. trial into Demjanjuk's wartime actions is scheduled to open May 29 in Cleveland.
JTA | News at a Glance | April 16, 2001 <http://www.jta.org/index.asp>


Y'EN A À IENA

Une manifestation organisée par les nationaux-anarchistes a eu lieu à Iéna où elle n'était pas la bienvenue. Nous étions là:


Rechte Demos sind in Jena unerwünscht
 


"Wir, die Unterzeichner, sprechen uns nachdrücklich gegen NPD-Veranstaltungen in unserer Stadt aus. Jena ist eine moderne, weltoffene Stadt, deren Leben von der Vielfalt ihrer Mitbürger und Gäste gestaltet wird. Fremdenfeindliche, rechtsradikale und antidemokratische Aufmärsche entsprechen nicht unserem Willen. Sie schaden dem Ansehen der Stadt. Deshalb erklären wir solche Demonstrationen für unerwünscht.
Wir bitten die Bürgerinnen und Bürger der Stadt Jena, sich unserem Protest anzuschließen." Rita Specht, Redaktionsleiterin TLZ Jena; u. a.
Die Neonazis, darunter NPD, Thüringer Heimatschutz, Nationale-Anarchisten u.a. Gruppen, versuchten die Auseinandersetzungen zwischen Israel und den Palästinensern für ihre antisemitische Propaganda zu nutzen. In Berlin wurde zu diesem Zweck sogar ein Phantom-Interessengemeinschaft, nämlich die "Deutsch/Arabische Freundschaft Berlin" gegründet.
Die "nationalen Anarchisten" verteilten ein Flugblatt, dass unter dem Motto "Israel muß weg!" stand. Mit pseudolinken Sprüchen, wie "Hoch die internationale Solidarität" wurden die Juden als "Scheiß-Faschisten", "Fascho-Mob" beschimpft. Deutsche Neonazis stellten sich hin und brüllten "Für ein freies, nicht-rassistisches Palästina" .. Nieder mit dem Zion-Faschismus wie jedem anderen Faschismus!" Auch äußerlich setzten die Neonazis drauf, nicht das Klischee der braunen Glatzen zu bedienen. Selbst führende Neonazis wie André Kappke treten neuerdings in einem Outfit auf -- langer Bart -- dass eher den Linken zugeordnet wird.
Es klappte so gut, dass die Polizei sogar einige Neonazis zur Demonstration lassen wollte, weil sie annahm es seien Antifas -- siehe Fotos.
Der Versuch von ca. 200 Antifas am Luther-Platz die Nazi-Demonstration zu stoppen, wurde von der Polizei verhindert. Zu wenige Antifaschistinnen waren bereit sich den Neonazis in den weg zu stellen. Das darf sich nicht wiederholen. Dass aber die 200 Neonazis ungestört stundenlang Antisemitismus verbreiten konnten, lag weder an der Polizei noch an der Aufhebung des Verbotes, sondern dass der vielgerühmte "Aufstand der Anständigen" mal wieder ausgeblieben ist. Mal sehen wie ungestört die Nazis am 12. Mai in Neuhaus marschieren können.


Voyez les photos. Voyez la bannière des "anarchistes nationaux: "Solidarité avec la Palestine pour un monde de peuples libres"
<http://lag-antifa.de/index.php4?menu=info&dir=jena&load=index&id=34&bg=ja>

MASSACRE INCORPORATED

Avec sa bonne bouille de Ken (le gonze de la poupée Barbie), le nouveau secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, a plutôt l'air inoffensif. Quand il dirigeait la guerre du Golfe, il avait surtout la trouille de voir un de ses mignons soldats écorché par les buissons du désert. C'est le militaire américain typique: assis dans un fauteuil à tripoter des paperasses. Mais il est des paperasses qui tuent. Un fouineur a trouvé récemment, et n'a pas été démenti, que Colin Powell avait fait partie de la hiérarchie qui avait commandé et ensuite couvert le fameux massacre de My Lai, au Viêt-Nam, en mars 1968. C'était l'époque où les assassinats commis de sang froid par les militaires s'appelaient, "termination with extreme prejudice". Deux idiots, le lieutenant Calley et le sergent Mitchell avaient été traduits en juctie et très légèrement punis. Le massacre de My Lai (350 personnes) n'était qu'un parmi des milliers mais celui là trouva une place dans la presse américaine. Les supérieurs, dont Colin Powell, n'ont jamais été inquiétés. Quand il renontre Ariel Sharon, ils ont donc de quoi parler ensemble, le soir au coin du feu. Il en parle d'ailleurs, en noyant le poisson, dans son autobiographie bien empesée, My American Journey (Il est né à la Jamaïque).
Voir un article récent de John Lacny, dans The Pitt News, <www.pittnews.com>


MÉDAILLES
Il n'y a pas que les anti-révisionnistes à recevoir des médailles comme à Gravelotte. Tous ceux qui ont été membres à un titre ou à un autre des forces armées américaines entre le 2 septembre 1945 et le 26 décembre 1991 peuvent demander une médaille de la Guerre Froide, en écrivant à Cold War Recognition, 4035 Ridge Top Road, Suite 400, Fairfax VA 22030, USA ou aller voir
<http://www.coldwar.army.mil> On se demande si Vidal-Claquette, Kaspillage et autres amateurs de clinquant vont postuler.

LE GAZ PART

Toutes affaires cessantes, il a fallu évacuer dix ou douze mille pékins qui avaient le grand tort d'habiter dans un certain rayon autour d'un dépot de vieilles munitions, installé à Vimy, dans l'Aisne, depuis 1967. Jospin, complètement cuit dans l'idée qu'il est le roi, a donné l'orde à sa valetaille de faire déguerpir les manants. Cette atroce atteinte au droit des gens est passée malgré quelques râleurs. L'Etat s'avisait soudain qu'il n'avait pas fait son travail et que ces munitions, exposées aux intempéries, pouvaient, dans les dix années à venir immédiatement, se révéler toxiques. Un paysan du coin disait d'ailleurs que des émanations, on en sentait dans les champs depuis longtemps. Par quelque bout qu'on prenne cette histoire de gaz, elle est, comme toutes les histoires de gaz, totalement loufoque, drôlatique et tragi-comique en même temps. Chacun aura apprécié les détails.

Mais il faudrait peut-être retenir au moins deux faits:
1/ Depuis 1918, on n'a pas inventé de système pour vider les obus remplis de gaz toxiques (en général du gaz moutarde ou du phosgène). Nos voisins belges ont une usine appropriée, mais il ne semble pas que l'on fasse appel à eux. Cela veut dire qu'on entasse, depuis 1918, les obus que l'on récupère, en attendant la saint glin-glin. Une usine, forcément, c'est du tintoin. Les militaires sont conservateurs: ils ont dû se dire, on les garde, ça pourra toujours servir.
2/ Mitterrantd, avant qu'il s'enfuie à Jarnac, avait réuni tout un tas de cadors de la politique mondiale pour leur faire signer un traité qui interdisait les armes chimiques. Pour l'honorer, ou faire semblant, la France (averc un grand F) avait annoncé urbi et orbi qu'elle avait réduit puis détruit son stock d'armes chimiques.

Or il appert de l'histoire de Vimy que la France, toujours elle, ne dispose pas d'installation industrielle pour détruire des armes chimiques beaucoup plus simples, comme les obus à l'ypérite. Par conséquent, on est bien obligé de se dire que les annonces de la destruction des armes chimiques modernes est totalement bidon. Elle sont entreposées dans des dizaines ou des centaines d'autres endroits où elles rouillent en plein air. C'est probablement vrai aussi des énormes stocks de l'armée US et de l'armée rouge. Du pognon pou fabriquer ces engins monstrueux, il y en a eu. Mais pour les neutraliser, macache. Les idiots de Vimy nous au moins appris ça.


COMPLOT

Selon l'Association des Conseils de juifs soviétiques, le président du département Histoire de l'université de Saint Pétersbourg a été viré à la suite de conflits avec des étudiants et d'autres professeurs qui lui reprochaient son antisémitisme. Igor Froyanov est l'auteur de plusieurs ouvrages tentant de "mettre en évidence" les conspirations secrètes de juifs et de l'Occident afin de détruire la Russie.
Jewish Telegraphic Agency, 2 mai 2001

L'AHURI AHURIT

"Dans le dernier Politis, Bernard Langlois parle de Didier Daeninckx dans son bloc notes. Celui-ci s'en prend maintenant à L'Harmattan, la maison d'édition. Et Langlois de s'interroger sur l'acharnement de Didier Daeninckx..."

GONFLÉS AUX HORMONES

Chaos, de Marc Weitzmann


En 1996, s'étant senti visé dans un article sur Jean-Patrick Manchette paru dans Les Inrockuptibles, Didier Daeninckx enfourche son cheval de bataille préféré (la chasse aux révisionnistes) et écrit à Marc Weitzmann en faisant bon nombre d'allusions. Marc Weitzmann répond à Daeninckx et conclue sa lettre en ces termes: "...je ne connais pas les gens dont vous parlez, ni les revues que vous mentionnez, et cela ne m'intéresse absolument pas". En 1998, Marc Weitzmann publie "Chaos", son deuxième roman, lequel traite abondamment de la question négationniste. L'ironie est complète lorsque Weitzmann met en scène dans son roman un Didier Daeninckx, à peine caricaturé, sous le sobriquet de Denis Charrassoux.
"Chaos" est un roman exemplaire. Le personnage principal, alter ego de Marc Weitzmann, essaie de se réconcilier avec sa judéité, ce qui n'est pas évident étant donné le lourd héritage de l'Histoire qui pèse sur ses épaules fragiles. Ses sentiments ambivalents envers un frère absent (doppelganger, double maléfique, mauvaise conscience?) ne sont pas là pour l'aider dans sa quête. En plus de l'itinéraire personnel de son héros, Weitzmann pose un regard acéré sur la question du révisionnisme. Vous êtes peut-être déjà allés vous balader sur le site Aaargh, lequel est dédié à la cause révisionniste (avec une forte coloration antisémite). Le propos des révisionnistes est de nier l'importance du génocide juif durant la seconde guerre mondiale. Ils ne contestent pas les souffrances qu'ont subies les juifs. Ils contestent la couverture médiatique qui leur a été accordé. Optionnellement, ils contestent les chiffres. Et, surtout, ils contestent la réalité des chambres à gaz. Les textes révisionnistes sont donc archi-gonflants puisqu'ils s'appliquent principalement à démontrer par A plus B plus C divisé par racine carré de pi R2 qu'il était logistiquement impossible d'approvisionner le camp d'Auchwitz en quantité suffisante de Zyklon B, et, qu'en conséquence, l'utilisation des chambres à gaz aux fins de l'extermination des pensionnaires du camp était totalement irréalisable. Si vous avez été au bout de ce type de textes, félicitations! Moi, en général, j'abandonne après le premier paragraphe. D'autre part, les révisionnistes vouent une haine non dissimulée envers les survivants du génocide qu'ils soupçonnent (à juste titre, d'ailleurs) d'opportunisme ou de machiavélisme, se disant que s'ils ont sauvé leur peau, c'est en marchant sur le cadavre des plus faibles (ou en amadouant leurs geôliers). Les révisionnistes sont prêts à accorder le bénéfice du doute aux morts mais le refusent systématiquement aux (sur)vivants. La question n'est évidemment pas là: la question n'est pas de se demander comment se sont comportés les gladiateurs dans la fosse aux lions mais pourquoi les y a-t-on jetés. Les révisionnistes sont des Saint-Thomas gonflés aux hormones avec le mot "scepticisme" tatoué sur le front. Ils n'ont qu'un seul mot à la bouche: "preuve" (au passage, ils ne manque pas de faire celle de leur connerie). Le site Aaargh donne également la parole aux adversaires des révisionnistes et je vous conseille prioritairement le texte de Nadine Fresco (Les redresseurs de morts). Pour en revenir à "Chaos", Marc Weitzmann fait une auto-analyse d'une précision remarquable. Il aborde le négationnisme de front, en allant au fond des choses (et au fond de lui-même) et en ne reculant pas devant une certaine ambiguïté. Mais comment ne pas être ambigu pour parler de la question juive, laquelle remonte aux sources de l'histoire. La justification du combat des révisionnistes tient en une seule phrase : "se poser des questions" (ils ne se posent malheureusement pas les bonnes). Marc Weitzmann, lui, ose une réponse.
Je considère qu'il est vain d'écrire sur un livre (lequel contient tout les mots nécessaire à sa compréhension) et je m'étais juré de ne plus le faire. C'est pourquoi j'interromps ici ma chronique en vous incitant à lire celui-ci.
BJC (2000)

<
http://www.chez.com/cosmozebra/old/chaos.html>
 


RELAXE MAX

Dans un jugement rendu le 13 décembre 2000, notre excellent bourreau ordinaire, Jean-Yves Monfort, a eu quelques phrases mystérieuses que nous croyons devoir livrer en pâture à vos réflexions acérées. Il s'agissait d'un plainte déposée par les habituelles fripouilles du mrap-licra contre le journal Rivarol qui avait attaqué les partisans du droit à l'avortment (dans les rangs duquel nous nous trouvons fortement enracinés). Le jugement, comme il se doit, reprend l'article incriminé et le fait suivre de ces considérations:


Tout ça, c'est ficelé vicelard.


ON S'AMUSE AU CNRS

Nous avons reçu ce mystérieux message de Portus infernarum:

"Et alors, comme ça, vous pensiez envoyer un petit message à M. Thion... sur le site Radio Islam de Ahmed Rami?
Dites-lui en passant svp que A. Rami donne des interviews à la Pradva !
Les stals sont partout ! "


Nous avons transmis à Thion qui a fait remarquer qu'on écrit et qu'on prononce "prav-da" et non pas "prad-va", ce qui signe une certaine dégénerescence neuronale. Ce haut fait de la pensée se trouve sur
<http://www.gage.polytechnique.fr/gage/ollivier/aaargh.html>
Il s'agit d'un labo CNRS, le Laboratoire GAGE, Ecole polytechnique, Aile 0 -- premier étage -- niveau 2, à Palaiseau, qui fait dans la Science. Un certain Ollivier plastronne sur le tas et montre sa tronche. On dirait le Jean-Louis Barraut des Yvelines. Pathologie assez avancée. Voir
<http://www.gage.polytechnique.fr/gage/ollivier.html>

LE TOUR DE LA CONNERIE PAR DEUX ENFANTS

Il s'agit de montrer à des enfants qu'on peut avoir l'esprit critique quand on s'informe sur Internet. L'auteur yanki a pris un exemple au hasard, par exemple un article de Butz. L'adapateur français en a pris un autre au hasard aussi, par exemple un article de Faurisson. C'est ASTAP.
Nous avons ces deux pinacles de la bêtise. Voir en angliche, ou<http://www.anovember.com/articles/zack.html> et en néo-picard ou
<http://www.media-awareness.ca/fre/haine/hugo2.htm>


LIBERTY SHIP

Il n'y a rien qui embête plus les thuriféraires d'Israël que l'histoire de l'attaque sur le bateau de guerre américain USS Liberty, pendant la guerre des Six Jours en 1967. Les forces aéronavales israéliennes s'en sont prises sauvagement à un bateau américain qui écoutait les communications militaires de la région. Plusieurs dizaines de marins américain ont été tués, des centaines ont été blessés et la US Navy n'a pas réagi, sur ordre de Washington. Une histoire à peine croyable. Tout l'establishment juif s'est mobilisé dans différentes tentatives de dénégation et de noyage de poisson. Mais l'affaire est restée en travers du gosier chez de nombreux militaires américains, qui ne portent pas Israel dans leur coeur. Récemment, vers octobre-novembre, il y a eu encore une grande controverse sur H-Diplo. L'une des plus récente tentative de blanchissage provient d'une intéressante revue israélienne qui s'appelle Azure. Nous avons l'article. Voir aussi celui de Margolis dans le Sun de Toronto, tout-à-fait significatif du ressurgissement de ce scandale.

C'EST PAS NOUS

Il est est d'autres qui se parent des plumes du même paon:

 

Cybermagazine Aaargh!
Amateurs d'inusité, d'inutilité et de blagues, voilà un site à ajouter immédiatement à vos signets: Cybermagazine Aaargh!.(<http://www.club-culture.com/aaargh!>)
Il s'agit d'une sélection quotidienne des sites les plus bizarres trouvés à travers le monde. En français, en anglais ou autres, tant que l'on comprend le sens ça n'a pas d'importance. Des photos ratées, des records étranges, des passions extravagantes, on trouve de tout sur le Web.
Texte rédigé par: Julie Guilbault <jguilbault@inventionmedia.com>
Publié dans BRANCHEZ-VOUS! le 13 avril 1999.


Nous aussi, on donne dans le bizarre. Mais nous avons des aaarghuments.


LA GUERRE EST UNE AFFAIRE TROP SÉRIEUSE...

Il est toujours bon de se débarrasser de quelques illusions. Et il ne nous était pas interdit d'en avoir quelques unes sur ce qui se passe en Palestine occupée. Un bon observateur des choses militaires, Yag Bazhdid, donne un avis motivé sur la nature militaire des affrontements qui se déroulent depuis le début de l'Intifafa Al Aqqsa, en septembre dernier. Il procède en particulier à une éclairante comparaison avec le combat du Hezbollah qui a amené, au bout de nombreuses années, au départ des Israéliens, complètement dégoûtés, du Sud-Liban. Il souligne le manque d'originalité de la tactique militaire adoptée par les Palestiniens et il analyse la façon dont les Israéliens se sont préparés à l'affrontement. Il affirme qu'ils ont encore l'initiative. Il conclue: "Il est donc clair que dès le début de la provocation du binôme Barak/Sharon sur l'Esplanade des Mosquées, c'est la politique du pire qui avait été choisie, et de manière délibérée, dans les allées du pouvoir israélien." Il importe de prendre cette analyse en considération.

Néanmoins, on gardera à l'esprit que l'analyse se borne à des considérations militaires. Il y a derrière ces actions une dimension politique qui sera décisive. Mais il faut rester lucide et ce texte nous y aide autant qu'il nous y contraint.

Voir en contrepoint l'article du professeur Baruch Kimmerling, "Le droit de résister", qui fait les constats moraux nécessaire dans Ha'aretz du 27 mars 2001. Nous avons ce document en anglais et dans une traduction française. On y ajoutera le point de vue chrétien de Mgr Sabbah, patriarche latin de Jérusalem, qui parle en tant qu'Arabe palestinien et en tant que prélat chrétien de Jérusalem.

JOURS ORDINAIRES À GAZA

Une brave Américaine, avec tous les défauts de sa race, se promène à Gaza ches les Palestiniens. Elle raconte comment on se fait tirer dessus par les salopards israéliens montés sur des miradors avec des fusils à lunette. Ils aiment particulièrement se faire des étrangers et des journalistes. Ceux qui pourraient raconter ce que font les juifs, corporativement, dans la compétition, encore très ouverte, pour la médaille d'or du crime contre l'humanité. Cette fille est vraiment nouillasse et c'est pour ça qu'il faut la lire. Dans sa nouiillerie, elle remarque: "les informations de source israélienne sont imprimées; celles qui viennent de source palestinienne ne le sont pas."
Nous y adjoignons un papier d'Eduardo Cohen sur les difficultés de pratiquer le journalisme, sur le racisme israélien vu à la lumière du racisme américain. On se dit que le vilain Adolf, c'était vraiment de la petite bière.
D'ailleurs, le petit malin qui est propriétaire du nom de domaine <adolfhitler.com> l'a mis en ventes aux enchères. Première mise à prix 10.000 dollars US. Renseignements: <tech@adolfhitler.com> A notre avis, Sharon va faire beaucoup mieux.

PROFITEURS

Nous avons un redoutable article d'un représentant des gens commei l faut dans l'establishment juif aux US, Gabriel Schönfeld. Il a publié une tribune libre dont nous avons une traduction française qui commence ainsi:

"Les Etats-Unis sont-ils coupables de l'holocauste? A première vue, c'est une question absurde et tous les écoliers savent que c'est Hitler qui a commis le plus grand crime de l'histoire et que les Etats-Unis ont versé leur sang et leur fortune pour le vaincre dans une guerre à mort. Et cependant, on voit surgir des procès dans lesquelles les entreprises américaines et le gouvernement américain lui-même sont accusés également. Des livres portant les mêmes accusations voient le jour et l'un d'entre eux a même eu des ventes astronomiques
 

LE GANGSTER PASSE AUX AVEUX

Interview de Serge Klarsfeld :

"..C'est Jacques Chirac qui, le 11 juillet 1995, a rompu avec l'ambiguïté mitterrandienne en reconnaissant le premier la responsabilité de la France dans l'arrestation et la déportation des Juifs... Nous avions commencé dès 1975, avec ma femme,, la "guerre de la mémoire" pour sensibiliser les auteurs de manuels scolaires à la nécessité d'évoquer la responsabilité de Vichy dans la déportation des Juifs de France...J'ai fini par lui (Mitterrand), envoyer une lettre plutôt insolente où je lui disais en substance: «Vous nous rendez plutôt service par votre attitude, car on peut faire pression sur vous». Il a pris quelques mesures... D'un coté oui..., il a permis..."
Le Figaro du 14/15 avril 2001


COURRIER 2

Il Giornale di domenica 15 aprile 2001 pubblica una lunga intervista con
Marcello Pezzetti, definito storico, che dirige il settore educational (!)
del Centro Documentazione Ebraica. Dice, fra l'altro: A Birkenau ho fatto più di 100 trivellazioni. Montagne di cenere e parti di scheletro sfuggite al pestello perché una squadra era incaricata di triturare nei mortai le ossa incombuste. Finché non ho trovato l'archivio della Tops & Soehne di Erfurt, la ditta che costruì i forni crematori e gli impianti di ventilazione per aerare le camere a gas dopo ogni strage. Con i progetti dell'ingegnere Schulze, le planimetrie, i rilievi fotografici.
Ora, una squadra di amanuensi che con metodi da certosino compie opere
ciclopiche non è certo di facile digestione. Così come non lo è il destino dei capelli, che Pezzetti vede senz'altro trasformati dall'industria bellica in tappeti per sottomarini. Fin qui basta il normale buon senso. Il tono dell'intervistato appare peraltro privo di spessore e proteso a ottenere prebende editoriali e cinematografiche. Tuttavia, proprio per non adottare lo stesso atteggiamento sprezzante e liquidatorio dei mitografi, sulle presunte trivellazioni e sulla Tops & Soehne mi piacerebbe saperne di più.
Potete darmi qualche indicazione?
Grazie.
Gianfranco Uccelli 16 04

[Les archives de la Topf sont chez Pressac; voyez dans son grenier ]

STEGAN


"En clair ou cryptées (c'est mieux!), vos données confidentielles peuvent être camouflées dans des documents à l'allure annodine.
La stéganographie est la technique consistant a insérer un fichier dans un second fichier, sans que l'aspect extérieur de ce dernier ne soit modifié (hormi sa taille). En d'autres termes, on peut insérer à l'intérieur d'une image, d'un fichier son, d'un fichier Adobe Acrobat, ou même d'une page html, un fichier de son choix, quelque soit sa nature. Par exemple, tapez votre courrier dans un simple éditeur de texte, encryptez-le, insérez le fichier ainsi créé dans la dernière photo de vos vacances, et envoyez cette photo au destinataire de votre courrier. En apparence, il recevra une photo, qu'il pourra d'ailleurs visionner sans probleme. Mais s'il *sait* que la photo contient un courrier et s'il a le logiciel adéquat, il pourra alors extraire votre courrier de la photo, puis le décrypter par la méthode habituelle.Ceci a un intérêt énorme, à l'heure ou la sécurite des transferts de fichiers par internet n'est plus assurée. Le projet Echelon, le projet francais Emeraude et les autres, rendent les fichiers que vous envoyez sur Internet tres "perméables" aux regards indiscrets. La France met en place un système pour détecter ceux d'entre vous qui utilisent PGP (voir ici). Mais quoi de plus annodin qu'une photo ? Le fichier "destinataire" doit être de taille suffisante pour accueillir votre fichier de données. Dans certains cas, sa taille initiale va varier, dans d'autres non. Mais ceci n'a strictement aucune importance tant que personne ne peut comparer le fichier initial et le nouveau fichier créé. Le fichier destinataire peut être de differents types: Graphique (jpg, gif, bmp, pcx, tif, etc), Son (wav), Text (txt), ou autres formats divers (html, pdf, etc). Par contre il n'existe pas de logiciel permettant d'utiliser tous ces types à la fois. Il vous faudra donc choisir un logiciel en fonction du type de fichier que vous désirez utiliser. Certains logiciels proposent une option de cryptage de votre fichier "confidentiel". Mais attention, il faudra que la personne à qui vous l'envoyez connaisse le "mot de passe". Il est préférable de crypter votre fichier confidentiel avec PGP, puis de le traiter en stéganographie. Le cas le plus courant est l'insertion dans un fichier image. Mais un cas plus "amusant" est l'insertion dans une page html ! L'aspect extérieur ne change pas; la visualisation du code source ne montre rien; et vous pouvez utiliser un éditeur hexa, vous ne verrez rien !
Consultez notre rubrique "Logiciels" pour voir notre sélection.
http://www.cameleon.org/stegano.html


LES POTES AU POTEAU

SOS-Racisme: Le vrai visage des potes

Association vertueuse se consacrant corps et âme a la lutte anti-raciste ? Allons donc ! Ses dirigeants sont poursuivis et condamnés pénalement , impliqués dans les "affaires".
Des dirigeants condamnés ou poursuivis pénalement

Hayette Boudjema, ancienne présidente de sos-racisme, condamnée le 17 décembre 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 F d'amende pour recel d'abus de biens sociaux. Harlem Désir, ancien président de sos-racisme, condamné le 17 décembre 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 F d'amende pour recel d'abus de biens sociaux. Eric Ghebali, ancien secrétaire général de SOS Racisme, mis en examen fin novembre 1999 dans le dossier ELF, pour son rôle présumé dans le financement de "Globe-Hebdo", porte-voix de la Mitterrandie; un petit coup de 20 millions de francs.
De l'argent public détourné par sos-racisme

Début février 2000, l'enquête sur les comptes de la MNEF (mutuelle étudiante gauchiste) amènent les enquêteurs à d'étranges observations: En 1993, Martine Aubry, alors Ministre du Travail, accorde une subvention de 961.704 F à sos-racisme, pour une étude sur les jeunes «de 16 à 26 ans en situation précaire dans l'Essonne, face aux problèmes d'emploi, de citoyenneté, de santé, et leur propre perception face à ces phénomènes sociétaux». Le type même de "travail" destiné à fournir des fond à une association ! Les enquêteurs s'étonnent de son manque de qualité -- «une énumération de lieux communs» -- et ne parviennent même pas à en identifier - - faute de pièces comptables -- ses auteurs! Ils arrivent toutefois à identifier une brochette de "personnalités" étant impliquées dans cette étude bidon, dont le président de SOS- Racisme, Malek Boutih, ainsi que quelques "potes" du socialiste fondateur de sos-racisme, Julien Dray. La convention passée avec le ministère du Travail prévoyait une recherche de longue haleine: de février 1993 à décembre de la même année. Mais les documents retrouvés montrent que l'enquête -- des interviews auprès de 806 jeunes -- n'aurait duré qu'une toute petite quinzaine de jours, à la fin janvier 1993. Les honoraires étaient assez significatifs: de 40.000 F (pour les moins rémunérés) à 60.000 F pour les mieux payés.
Le quotidien Libération (28/29 Oct.2000), en soulignant le rôle qu'avait joué Martine Aubry dans cette contribution déguisée au fonctionnement de SOS Racisme, s'est vu menacé de poursuites judiciaires par l'ancienne ministre de l'emploi. Une association qui reçoit indument des fonds publics pour des études bidon, c'est -- hélas -- classique. Mais qu'un Ministre protège ces pratiques, voila qui est bien typique de la mafia socialiste et de ses associations "satellites", telle sos-racisme. De plus, pour continuer à bénéficier de confortables subventions, sos-racisme doit prouver son utilité. Sa raison d'être. Il faut donc montrer que les racistes sont partout! Même ou il n'y en a pas. En d'autres mots, il faut créér du racisme, quite à devoir pour cela user de méthodes de voyous: Pressions, menaces, faux témoignages.
Menaces et faux témoignages dans un dossier criminel

Dans le "procès de Vauvert", ou un homme était poursuivi pour meurtre, SOS-racisme ne s'est pas embarassé de scrupules pour tenter de faire passer l'accusé pour un odieux raciste. Dame! La victime était maghrébine.
Pressions sur les témoins, demandes de faux témoignages, attestations mensongères, tout y est passé. Et malgré le fait que ceci ait été dénoncé à la barre de la Cour d'Assises, aucune poursuite pénale n'a été engagée contre cette association aux méthodes de voyous.Sur le fond, SOS-racisme veut en fait créér du racisme ou il n'y en a pas, afin de faire tourner son fonds de commerce. Ainsi, dès qu'un français "blanc" a des problèmes avec un immigré, hop, on crie au racisme. Et franchement... Les problèmes avec les immigrés... Vu que les "bandes de jeuuunes" sont en grande majorite composées de visages plus que basanés, il va y en avoir, des problèmes... De plus en plus!
13 Avril 2001: Sos-racisme condamné par la Cour d'Appel de Montpellier suite à cette affaire.
SOS Racisme est condamné pour procédure abusive contre deux avocats que le lobby poursuivait en diffamation. SOS Racisme avait osé poursuivre le batonnier Ferran et l'avocat Phung parce qu'ils avaient affirmé que l'association avait influencé des témoins pour qu'ils accréditent la thèse du crime raciste dans l'affaire de Vauvert.Or pas moins de six témoins étaient venus avouer à la barre qu'ils avaient "orienté leur témoignage" à la demande de SOS Racisme. A la suite du verdict, l'association mafieuse s'était piteusement désisté de sa plainte. Mais le batonnier et l'avocat avaient demandé des dommages et intérêts pour procédure abusive et préjudice. Ils ont obtenu chacun 50 000 F.
A quand l'interdiction de cette association mafieuse, qui menace les témoins pour créér des "affaires racistes"? Ah ! Si cela avait été le Front National, les crapules habituelles seraient vite montées au créneau! Mais quand il s'agit des potes, on n'en parle même pas ! Et pour le "racisme au quotidien", la méthode est maintenant éprouvée: Le "testing". Avec comme résultat des procédures judiciaires, parfois des condamnations d'établissements, des "dommages et intérêts", et des honoraires rondelets pour les avocaillons de cette association.
Provocations dans les boites de nuit

Les fameux "testing" consistent a présenter à l'entrée de boites de nuit des groupes de "races" différentes, ou du moins de personnes de couleur de peau différente. Tout faire pour que les "blancs" entrent sans problème, puis pour que les "bronzés" soient refoulés.
Faire constater l'interdiction d'entrée par un huisser, et trainer le propriétaire du night-club en justice en hurlant au racisme. Ces méthodes de provocation sont bien connues, et hélas abusent encore la Justice, qui condamne parfois les gérants des établissements concernés. Témoignage de Marie, 24 ans, à l'entrée d'une boite de nuit de Toulouse, en décembre 2000. Je discutais avec mes copines devant la boite, c'était environ minuit, nous avons vu plusieurs personnes arriver. Deux couples, qui étaient ensemble, tres bien habillés, sont entrés sans problème. Puis un couple s'est présenté, elle était noire. Le gardien à la porte l'a félicité pour sa superbe robe, et ils sont entrés. J'ai alors entendu un garçon derrière moi qui disait "Merde, il laisse entrer sans problème, on va quand même pas être venus pour rien, bon on va arranger ça". Surprise, j'ai alors vu 4 garçons, l'un en costume et les 3 autres en jogging, tous maghrébins, aller vers la porte d'entrée. J'ai entendu "Casse-toi, mec, on veut aller s'éclater, laisse nous entrer, on a du blé". Le garde leur a dit gentiment quelque chose comme "Ecoutez les gars, soyez cool, allez voir ailleurs". Le ton est monté, je pensais que ça allait tourner en bagarre, mais non. Une femme est arrivée vers les 4 garçons, et leur a dit "c'est très bien, on peut s'en aller". Et ils sont tous partis, le gardien a alors dit "Ah on s'est encore fait avoir". Il m'a ensuite expliqué que c'était un "testing". Je précise que le garde est un gars très sympa, pas un gars à problèmes. Il est Sénégalais.

Du rififi a sos-racisme 27.03.01 Nasser Ramdane, vice-président de SOS-Racisme, a annoncé mardi sa démission de ses fonctions au sein de l'association anti-raciste, en raison d'un "désaccord" avec l'évolution du mouvement et de son président Malek Boutih.
Dans une lettre ouverte à Malek Boutih, il estime ne plus "se sentir chez lui" à SOS-Racisme, où, dit-il, le dialogue et la concertation ne sont plus possibles. Il reproche notamment au président de l'association une "dérive communautaire", jugement qu'il étaye en évoquant les dernières élections municipales. "Le soutien aveugle à n'importe quel candidat aux élections, pourvu qu'il soit issu de l'immigration maghrébine relève incontestablement de la dérive communautaire contre laquelle je m'élève vivement", écrit-il. Nasser Ramdane s'oppose aussi au développement, "excessif" à ses yeux, des opérations de "testing" anti-racistes, qui "risque d'avoir des effets pervers".

Commentaire: Il y a des potes moins bouchés que d'autres !

<http://www.sos-racaille.org/sosrac.html>

AU DELÀ

Parmi les juifs d'Europe centrale, autrefois, il était un pays dont tout le monde moquait les originaires. C'était le saint-Cucufa ou le Trifouilly-les-Oies de l'empire autrichien. Ce lieu, censément habité par les plus crados et les plus stupides des juifs, s'appelait Zablotov. Dans la sorte de ruthénien primitif que l'on devait parler dans cette countrée quasi mythique, le nom du pays se comprenait comme "Au delà" (za) "de la merde" (blotov). Ce qui réjouissait fort les petits messieurs gominés de la grande ville de Vienne.
Et voilà que Zablotov, à son tour, irrupte sur le Net. Voici ce qu'en dit le promoteur: le vieux Zablotov n'existe plus mais il en donne des images sur le Net. Voyage dans l'au-delà...
(The old [cemetery] one was completely destroyed. It no longer exists at all. The newer one still exists as a pathetic, run down, damaged remnant. It is the only physical evidence of 400 years of Jewish civilization in Zabludow Poland. If you want to see pictures of the synagogue and the cemetery, and learn something about the history and culture of the Zabludow Jews you can visit my Zabludow Memorial Website at
<http://www.zabludow.com>)

BULLE A PESTE
Le parlement hongrois vient de refuser de discuter un projet de loi qui aurait interdit la "négation de l'Holocauste", au prétexte qu'une telle mesure porterait atteinte à la liberté d'expression. On se demande ou ces Magyars vont chercher tout ça.

MENACES ANALES

Oxford Union debate latest: Cherwell, the Oxford University newspaper, confirms that Richard Rampton QC has chickened out of the Union debate with David Irving, on the pretext that he cannot discuss the trial. We recall that his client Lipstadt also refused to enter the witness box, and both of them feared exposing Auschwitz "survivors" to cross- examination by Mr Irving, as Lipstadt admits to author D.D. Guttenplan.
British newspapers and magazines like The New Statesman are clamouring for the right to cover the historic debate; university officials are refusing to waive the "no press" rule.
Oxford Union officials are worried by Anti-Nazi League (ANAL) threats of criminal violence and the boast that they will prevent Mr Irving from entering the building on May 10; the city police are in two minds, the University Marshal has spoken out against the debate, and the National Union of Students is encouraging violence on its website. Mr Irving told two student reporters yesterday afternoon that it will be a bad day for university traditions if the Oxford Union bows to intimidation. "I am not frightend of ANAL," he said, "or anybody else for that matter." The London appeal against the perverse Lipstadt Judgment begins on June 20.
April 26, 2001


PAS PASTICHE
L'Autre Net et Ouvaton s'inquiètent à propos du jugement en référé rendu au sujet du site parodique <http://www.jeboycottedanone.com> et de ses suites.

L'Autre Net et Ouvaton, nés de la fermeture d'Altern consécutive à la loi du 1er août 2000 relative à la liberté de communication, comptant plus de 1200 membres fondateurs, coopérateurs, associés et webmestres, s'inquiètent du jugement rendu lundi 23 avril 2001 par la juge Evelyne Delbes dans l'affaire qui oppose Danone à Olivier Malnuit. Créateur du site <jeboycottedanone.com>, Olivier Malnuit a été condamné à payer 5000 francs à Danone, et l'usage du logo de Danone, même à des fins parodiques, lui est interdit, dans l'attente du jugement sur le fond, prévu pour le 30 mai.
Ce jugement est lourd de danger pour la liberté d'expression: dans son activité de webmestre, chacun peut être amené à parodier de nombreuses choses, et des entreprises pourront toujours prétendre qu'il y a détournement de leurs logos ou de leurs marques. Une telle application du droit de la propriété intellectuelle menace de façon très directe tout site comportant des éléments de pastiche. Les entreprises engagent un budget publicitaire massif pour assurer la reconnaissance de leurs marques; il est juste que les citoyens puissent les parodier, ce qui est explicitement autorisé par la loi. [...]
Extrait/ <
contact@lautre.net> <coordination@ouvaton.net>

ZOLOPITCH
On a un très important article de Yehuda Bauer, le pape de l'holocaustologie sure le sujet de l'holocaustomanie. Il passe en revue les différents aspects, trie les arguments selon qu'ils lui conviennent ou pas. Jusqu'où remonte la manipulation? Bien sûr, reconnaît-il, Ben Gourion, en organisant le procès Eichmann avait pour but d'éduquer -- nous dirions manipuler -- d'abord la jeune génération israélienne. C'est bien de la propagande, admet Bauer qui n'utilise pas le mot. Mais, ajoute-t-il, les gens étaient prêts à l'entendr. Donc ce n'est pas de la propagande. C'est la faiblesse insigne des arguments de Bauer qui rend son article fort intéressant. Cet homme ne connaît apparemment rien à la politique, il ne comprend pas qu'une propagande exalte des éléments dormants dans l'esprit des gens autant qu'elle en insinue de nouveaux. A ce prix là, Bauer, originaire de Silésie, est bien obligé de dérouler la séquence de la fabrication de l'holocaustomanie qui ravage les malheureux juifs; ces juifs à qui, dit-il, il est impossible de trouver une identitté commune. Il y a DES identités juives, en conflit toutes les unes avace les autres. Bonjour le peuple juif.
Nous disposons aussi d'une version française. Nous prions nos lecteurs de ne pas se laisser rebuter par la bêtise du texte. Il représente l'un des sommets de la pensée zolocaustique actuelle, forte de plusieurs centaines de millions de dollars chaque année. Qui sommes-nous, vers de terre, pour critiquer d'aussi éminents penseurs, cousus d'or et maître des robots?
<http://www.jpost.com/Editions/2001/04/19/Features/Features.24868.html>

BOUGRE DE ROI

M. Bauer nous dit que la propagande autour de la persécution des juifs pendant la seconde guerre mondiale est essentiellement le fait de non-juifs agissant de leur propre chef et contre le désir secret de la majorité des juifs, qui voudraient "oublier". Ici, pourtant, on voit l'état d'Israël, occupé à s'allier à la Bulgarie, base d'un terrorisme à venir, lui imposer "un jour de commémoration annuelle de la catastrophe". M. Bauer serait-il un mpenteur? Serait-il mal informé? Pour un "historien" à ce degré d'élévation dans la célèbre université israélienne, ça laisserait rêveur.

Bulgaria's security service chief, Atanas Atanasov, visited Israel and met with Shin Bet chief Ami Ayalon and Mossad chief Ephraim Halevy, who returned the visit. Collaboration is especially close regarding terrorist activity. While Bulgaria is not a base for terrorists, its location near the Black Sea and Iran makes it a transit point for arms and terrorists, such as Usama Bin Laden's people.
As a gesture to Israel and the Jewish people, Stoyanov agreed to Israeli Ambassador Emanuel Zussman's request to hold an annual Holocaust memorial day. A date has yet to be chosen. Bulgaria, an ally of Nazi Germany in World War II, stopped deporting its Jewish nationals to Nazi death camps in March 1943. However, it did send 10,000 Greek and Macedonian Jews to their deaths in the Nazi camps.
In both Bulgaria and Israel there is an ongoing debate as to whether Boris III, King of Bulgaria during World War II, deserves credit for saving the country's Jewry. Despite adamant objections by historian Dr. Michael Bar Zohar, a few months ago, the Jewish National Fund removed the monument to the king from the Bulgaria Forest near Jerusalem, and another was built in the honor of the Bulgarian people.
Ha'aretz. 7 April 2001
<
http://www3.haaretz.co.il/eng/htmls/4_1.htm>



POISSON D'AVRIL
Teachers in Vernon, British Columbia, were the victims of a hoax when they received videos denying the Holocaust that appeared to be sent by B'nai B'rith Canada. Letters with fake letterhead instructed that the videos be shown on Holocaust Remembrance Day, but the school board has already alerted all teachers not to use the video. A B'nai B'rith official called the hoax "disgusting."
C'est vrai, ça! C'est pas eux qui enverraient de la propagande dans les écoles!!!

 

POLAKS CONTRE POLAKS

United States Holocaust Memorial Museum
Center for Advanced Holocaust Studies

Confronting the Holocaust in Poland

Monday, April 30, 1-4:30 p.m.
A profound public debate and national soul-searching are now taking place in Poland on Holocaust history and remembrance. This special program is an opportunity to hear key insights on what is occurring from leading specialists, and will include discussion of the involvement of some Poles in the implementation of the "Final Solution," Nazi victimization of Poles, the role of Poles in the rescue of Jews, and the difficulties Poles face by confronting this tragic period in their history.


On voit se multiplier les signes avant-coureurs de la grande offensvie zolo contre les Polonais. Avec leurs trois millions de morts non-juifs, ils n'ont qu'à la boucler. En travaillant bien la chose, on va bientôt être en mesure de leur démontrer qu'ils ont autant de reponsabilités que les nazis. et donc qu'il va falloir raquer sévère. Le zloty ne vaut pas grand chose, c'est vrai, mais si on en fait de très gros tas, on finira bien par avoir de gros et gras dollars. La fin du livre de Finkelstein, consacrée à la chose, fait peur.

DES MEXICAINS BASANÉS
Ces gens , qui vivent en Haute-Californie (USA), sont mexicains-chicanos, pro-zapatistes, et considèrent que Los Angeles, c'est Aztlan, capitale du mythique pays des Aztèques, qui se sont installés à Mexico venant des déserts du nord... On les appelle et ils s'appellent eux-mêmes La Raza. Ils ont découvert, à leurs corps défendant, que si on les traitait comme de la merde, c'est parce qu'ils n'avaient pas de poids politique. Mais quand ils ont commencé à chercher les moyens de pénétrer dans le monde du pouvoir politique, ils se sont aperçus que des groupes juifs, qui s'étaient arrogé le droit de parler pour eux, n'entendaient nullement leur faire de la place. Il a donc fallu se battre. Et se battre contre des juifs. En Californie. Dur dur. Ils racontent ces choses qui ne sont pas sans en évoquer d'autres dans nos esprits hexagonaux. Voir document
La Raza and Jews on a Collision Course.
<http://www.aztlan.net/razajews.htm>

CHAISE ROULANTE

JTA, 23 April 2001
A former Nazi SS officer was pushed in a wheelchair into a Munich courtroom for the start of his trial on war crimes charges. Anton Malloth, 89, is accused of killing three people while he was a guard at the Terezin transit camp near Prague.


Pourquoi pas Shamir ? Et Barak ? Avant qu'ils soient dans la chaise roulante?

LES GRANDES PANURGIES LYONNAISES (suite)

Interdit de publication, l'éditeur lyonnais a passé outre et serait au centre d'un réseau.

Le négationniste Plantin nuit encore

Par Olivier Bertrand


Lyon de notre correspondant. Jean Plantin, éditeur négationniste condamné à plusieurs reprises par la justice lyonnaise, a décidé de transformer ses déboires judiciaires en fonds de commerce éditorial. Hier matin, lors d'une conférence de presse, Ras l'Front, SOS Racisme et le Cercle Marc-Bloch ont dévoilé les nouvelles activités de Plantin, qui n'a pourtant officiellement plus le droit d'éditer.
Insultes. L'ancien étudiant, dont le DEA a été annulé le 6 novembre par l'université Lyon-II, a d'abord sorti, en octobre 2000, le Déshonneur de trois magistrats lyonnais. Un «livre» dont la couverture donne les noms des trois juges qui l'ont condamné en appel, avec d'ailleurs une erreur dans le prénom de l'un d'eux. A l'intérieur, Plantin élargit sa rancoeur et présente «une sorte de citation à comparaître devant le tribunal de l'histoire à l'encontre des douze magistrats». Ceux qui ont participé à ses différents procès, et dont il donne les fonctions, dates et lieux de naissance, avant de mêler sur une soixantaine de pages des justifications poussives et des insultes envers ses juges.
D'après lui, les tribunaux lyonnais sont remplis d'«inquisiteurs de la pensée», à la «partialité idéologique sous-jacente», et qui «discréditent l'institution judiciaire française». Les trois magistrats qui l'ont condamné en appel lui paraissent «mériter la révocation pure et simple». Il propose à ses lecteurs d'écrire au conseil de la magistrature, afin de réclamer des «sanctions exemplaires». Il leur demande aussi de lui envoyer «copie ou photocopie des lettres, même anonymes». Puis conclut en faisant la manche: «Les lecteurs sont invités à m'apporter leur concours -- financier ou autre -- dans la diffusion de cette brochure.» Pour le reste, finit-il, «l'histoire jugera». Les tribunaux aussi, et peut-être plus rapidement. L'ouvrage pourrait en effet donner lieu à de nouvelles poursuites et Plantin être «de nouveau entendu», selon une source judiciaire.
Réseaux. Depuis l'interdiction d'éditer, le négationniste a mis fin à sa revue, Akribeïa, mais propose à la place des Etudes révisionnistes de 478 pages, contenant notamment des textes très récents de Robert Faurisson. On y trouve également une «bibliographie révisionniste sur la question juive». Mais cette fois, pour éviter les condamnations, ne figure aucun nom d'éditeur. On trouve pour seule référence, en page 2: «Edition privée. Ce volume appartient à un membre du cercle antitotalitaire.»
Ces dernières semaines, les membres des réseaux dans lesquels gravite Plantin ont reçu des formulaires d'inscription à ce cercle, «structure totalement privée, informelle, sans statut d'aucune sorte». Pour 150 à 1000 francs (de 23 à 152 euros) «voire davantage», ils adhèrent et reçoivent les Etudes. Pour les règlements, l'adresse est celle de Jean Plantin. «Pour l'étranger», il accepte «les devises en liquide».
En février, plusieurs centaines de pages de ces Etudes ont été expédiées à des professeurs d'université et à quelques associations, dont SOS Racisme, avec une lettre portant le sigle «WRU, Union mondiale pour le révisionnisme historique». L'université Lyon-I a recensé les destinataires avant de porter plainte contre la missive, datée «France occupée, janvier 2001», qui parle de «caste judaïque», de «prétendue Shoah» ou des «organisateurs de la terreur juive».
Pronazis. Pour SOS Racisme, Ras l'Front et le Cercle Marc-Bloch, Jean Plantin se trouve aujourd'hui «au centre d'un réseau négationniste». L'ex-étudiant, officiellement au chômage, a trouvé les moyens d'éditer plusieurs livres en six mois. La revue Akribeïa s'est certes arrêtée, mais la maison d'édition a sorti sous son nom deux ouvrages pronazis. Elle propose un catalogue de 52 ouvrages. «C'est curieux, note un magistrat. On se demande où ce type va s'arrêter. Il a déjà reçu deux avertissements très sérieux.» Ils n'ont sans doute pas suffi.

Libération, 20 avril 2001, p. 19

L'ahuri des poubelles, le retour

Affaire Plantin: le jury universitaire a fabriqué un faux!


Par Didier Daeninckx (avec la participation du Cercle Marc Bloch)

Le militant négationniste Jean Plantin, bien que condamné à deux reprises par les tribunaux lyonnais pour le contenu raciste de sa revue Akribéïa, n'en continue pas moins à publier de très nombreux textes néo-nazis, une cinquantaine à ce jour, comme Savitri Devi, la prêtresse d'Hitler. Il vient de lancer une nouvelle publication Etudes révisionnistes dont il a fait parvenir les bonnes feuilles aux professeurs des universités lyonnaises sous couvert d'une "Union pour le révisionnisme mondial". Cette publication, composée pour la majeure partie de textes de Robert Faurisson, ne comporte ni dépôt légal ni mention d'imprimeur et cela au mépris de la loi.
Aujourd'hui encore, à l'appui de son activisme, Jean Plantin peut se parer de la dignité d'historien. Si son Diplôme d'Etudes Approfondies (DEA) Les épidémies de typhus exanthématique dans les camps de concentration nazis (1933-1945), a été annulé par l'Université Lyon 2, grâce à la mobilisation des associations, il peut toujours se prévaloir d'une maîtrise obtenue à Lyon III, et rehaussée d'une mention "Très Bien". Le devoir ainsi distingué par le professeur Régis Ladous était consacré à l'un des pères du négationnisme français, Paul Rassinier, et sa lecture montre, sans que la moindre contestation soit possible, qu'il était directement négationniste! De plus, ce travail comporte deux conclusions différentes: l'une rédigée avant la soutenance, l'autre postérieurement, ce qui est contraire à toutes les règles universitaires!).
Mais à la lumière des documents en notre possession, il faut à nouveau s'interroger sur la manière dont Lyon 2 a fourni un vrai-faux diplôme d'études supérieures à Jean Plantin, lui ouvrant les portes de l'enseignement de l'Histoire. Dès que le scandale a éclaté le professeur Yves Lequin, qui dirigeait le parcours de Jean Plantin, a pris les devants. Interrogé par Serge Garde (L'Humanité, 21 avril 1999) il explique que le DEA qu'il a approuvé n'avait rien de révisionniste:
"Quand cet étudiant m'a présenté son sujet, je ne suis pas naïf, je lui ai dit que je n'accepterais aucune dérive révisionniste. Au final son mémoire n'avait rien de révisionniste, mais il était d'une rare médiocrité. (...) Il est rare qu'on colle un étudiant. Je lui ai mis une mention au ras pour l'empêcher de soutenir une thèse. C'est parce que le mémoire était mauvais que je ne l'ai pas conservé".
Malheureusement pour le professeur Lequin, le formulaire officiel qu'il a signé de sa propre main, le 9 juillet 1991, à l'issue de la soutenance de Plantin, ne dit pas cela. A l'époque, Yves Lequin, président du jury, écrivait à propos du mémoire de son élève Plantin intitulé Les épidémies de typhus exanthématique dans les camps de concentration nazis (1933-1945): "Une recherche bibliographique sérieuse, une réflexion, mais difficile de déboucher sur une thèse (problème de documentation)".
Il poursuivait: "Devrait, s'il poursuit, le faire sous la direction d'un spécialiste".
Ce que soulignait à l'époque l'historien Yves Lequin, auteur d'un ouvrage sur les grandes épidémies, ce sont les difficultés que Jean Plantin pouvait rencontrer dans son "travail documentaire", et il ne remettait à aucun moment en cause l'énoncé directement négationniste de la recherche de son élève. On ne peut, hélas, toujours pas juger sereinement du contenu de ce DEA: le professeur Lequin ne l'a pas conservé, et les autres exemplaires ont disparu de toutes les étagères des bibliothèques lyonnaises destinées à le classer!
Cela n'a pas empêché l'ancien président de Lyon 2, Bruno Gelas de déclarer devant son Conseil d'Administration réuni le 3 novembre 2000 pour statuer sur le cas Plantin: "Monsieur Jean Plantin a obtenu son DEA avec mention passable, et n'a pas été autorisé à poursuivre ses études de troisième cycle en vue d'une thèse au motif de recherches bibliographiques limitées par la non-connaissance de la langue allemande par le candidat".
Rien de cela ne figure sur les documents, ni l'interdiction de poursuivre des études, ni la mention passable, ni l'ignorance de la langue allemande! La seule mention présente est: "Admis au DEA".
L'ancien président de Lyon 2 poursuivait: "Il s'avère aujourd'hui, suite à l'enquête administrative à laquelle le Président a fait procéder, qu'une des épreuves du diplôme de DEA d'Histoire -- celle de soutenance du mémoire -- a été passée de manière non-conforme au règlement qui était alors celui de ce diplôme (deux enseignants au jury de soutenance, au lieu des trois prescrits)".
Cette demi fiction a servi de base à l'arrêté d'annulation qui stipule: "Il est avéré que seuls deux membres du jury participaient à cette soutenance et que cette circonstance est de nature à entacher d'irrégularité la soutenance".
Le document que monsieur Gelas a nécessairement eu devant les yeux prouve l'exact contraire de ce qu'il prétend: le procès-verbal du DEA de Jean Plantin porte bien les signatures des TROIS membres du jury attestant de leur présence le jour de la soutenance: Figurent bien celle du professeur Lequin, président du jury, celle de monsieur Crossik et celle de monsieur Garrier.
Pourquoi monsieur le Président Gelas laisse-t-il entendre le contraire au terme de l'enquête administrative qu'il a diligentée?
En fait, le tour de passe-passe de l'ancien président de Lyon 2 vise à une seule chose: masquer le fait que l'un des membres du jury n'était pas présent et qu'il a apposé sa signature de manière tout à fait illégale. Et cela avec l'assentiment du président du jury, le professeur Lequin!
Le professeur Garrier l'a d'ailleurs reconnu et l'a laissé écrire dans L'Humanité du 21 avril 1999 qui rapporte ses propos: "Quant au mémoire, je n'ai pas de commentaire à faire. Je ne l'ai pas lu. J'étais absent de Lyon. (...) Il fallait trois signatures. J'ai fait confiance à Yves Lequin. J'étais d'accord pour accorder le DEA tout en empêchant Plantin de poursuivre...".
Le jury de Jean Plantin, avalisant un mémoire disparu, n'était donc pas incomplet. Il n'était pas "non-réglementaire". Non, et c'est d'une gravité exceptionnelle, le jury a tout simplement fabriqué un faux, attestant de la présence d'un absent, dans le but d'accorder un diplôme d'Etat!
En 1986 une affaire de même nature, la thèse Roques, avait abouti à l'annulation du doctorat accordé à un négationniste par un jury largement composé d'universitaires lyonnais.
Le scandale des diplômes attribués à Jean Plantin, aujourd'hui animateur du principal réseau négationniste européen, [????] ne pourra s'éteindre que par l'annulation complète de ce parcours universitaire biaisé, et par la mise en lumière des pratiques de ces quelques mandarins lyonnais pour lesquels la solidarité de caste prime sur l'honneur.
Il faudra bien, un jour, comprendre par quels mécanismes, deux années après le diplôme Plantin, un ancien membre du groupe faurissonnien "La Guerre Sociale" est parvenu à s'installer au Centre Pierre Léon que dirigeait Yves Lequin, et cela par la grâce d'un concours CNRS organisé de la manière la plus douteuse qui soit.
Ce que personne, en revanche, ne pourra jamais comprendre c'est comment Yves Lequin, après toutes ces péripéties a pu obtenir, en juillet, alors que l'affaire Plantin faisait rage, un titre très convoité auquel s'attache une forte revalorisation de salaire, celui de "professeur émérite". Quoiqu'on en dise, la République est bonne fille.
<aministia.net> 23 avril 2001


LE SOLAIRE A L'AIR SOT

CoDes nouvelles de l'affraire du Temple solaire (près de vingt corps retrouvés morts dans le Vercors, membres d'une secte: suicide ou assassinat?)

Dernière minute - Devant le Tribunal de Grenoble, ce matin, l'expert judiciaire Gilbert LAVOUÉ vient d'exposer en quoi et comment il n'y avait qu'une seule explication possible à la combustion des corps dans l'affaire du Vercors : "un engin puissant et unidirectionnel, par exemple un lance-flammes". Autrement dit, une arme de guerre (modèle pays de l'est, selon l'expert). Cela fait 5 ans que ceux qui connaissent la vérité du dossier OTS le crient sur tous les tons, quand, dans le même temps, l'UNADFI, Jeanine TAVERNIER et ses avocats - Maîtres PERNAY et VUILLEMIN - tentent d'étouffer la vérité en argumentant à l'infini la thèse intenable du suicide collectif d'illuminés, pour mieux justifier leurs persécutions paranoïaques des minorités spirituelles.
Extrait d'un document intitulé "
Procès OTS et financement du RPF" que nous avons en entier.


Voici, de même source, un communiqué passé pendant le procès:

Communiqué de Presse - 30 avril 2001

Création de la Commission Internationale d'Enquête sur les massacres des membres de l'Ordre du Temple Solaire


Le procès de l'affaire de l'Ordre du Temple Solaire (Grenoble, 17-27 avril 01) a permis de mettre en évidence un système politico-mafieux complexe qui multiplie les manipulations de l'information pour cacher la vérité à l'opinion publique et imposer une "vérité officielle" confortable.
D'un côté, des dizaines d'acteurs -- magistrats, avocats, journalistes, enquêteurs, parties civiles -- connaissent la vérité: les 74 morts de l'OTS ont été assassinés par des barbouzes des services secrets militaires et des polices politiques de l'État Français, dans un contexte de trafics d'armes et de blanchiment d'argent gérés au travers d'un réseau d'organisations initiatiques templières et autres.
D'un autre côté, une part de ces mêmes acteurs ont passé dix jours à écouter la vérité des faits en faisant semblant de ne rien voir et ne rien entendre, aux fins de vendre la thèse politiquement correcte du "suicide-assassinat" en vase clos. Me Alain LECLERC, soutenu par notre avocat, Me Jean-Pierre JOSEPH, a exposé l'ensemble des éléments utiles pour établir la vérité. Mais les représentants du pouvoir ont préféré faire semblant de ne rien entendre, pour mieux continuer à asséner la thèse officielle.
Or, cette thèse est radicalement battue en brèche par plusieurs expertises, enquêtes et témoignages qui constituent autant de démonstrations factuelles d'une intervention extérieure dans le Vercors en décembre 95 (expertise LAVOUÉ, enquête sur GIRON, rapport d'enquête privée, témoins visuels des déplacements de voitures etc).
Mais personne à ce jour n'est capable d'assumer la réalité et de regarder en face la situation, il est vrai politiquement délicate. La culture de la Vème République -- financement occulte de la vie des partis par l'argent du pétrole, des machines à sous, des trafics d'armes... -- a conduit à ce que des services spéciaux de l'armée et de la police mettent en oeuvre la mort de 74 personnes, sur ordre d'hommes politiques et de réseaux affairistes.
Une telle réalité est évidemment insupportable aux yeux de l'opinion et tout doit être fait pour cacher "l'impensable". De fait, comment concevoir qu'un État démocratique en arrive à assassiner et carboniser des citoyens innocents, pour les empêcher de dévoiler ce qu'ils savent, à savoir la réalité des trafics politico-mafieux auxquels ils se sont trouvés involontairement mêlés, en suivant naïvement des enseignements ésotériques ?
Face à la passivité complice des magistrats du Tribunal Correctionnel de Grenoble et des plus hautes instances de l'État, face à l'omerta imposée aux journalistes, nous avons décidé de constituer une Commission Internationale d'Enquête.
Le système judiciaire est pour une part contrôlé par des réseaux affairistes et nous ne pouvons plus rien attendre de cette justice-là. Certes, nous avons déposé une nouvelle plainte avec constitution de parties civiles. Certes, nous nous sommes portés parties civiles contre Charles PASQUA auprès du juge COURROYE. Mais nous ne pourrons jamais faire avancer sérieusement cette affaire de l'OTS dans le cadre étroit de la France.
Nous organiserons donc prochainement des journées mensuelles d'audition soit publiques soit à huis-clos de tous les acteurs concernés qui souhaitent contribuer à faire la lumière sur cette affaire.
La Commission regroupera des personnalités des différents pays concernés et publiera régulièrement les résultats de ses travaux.

Christian COTTEN -- Joël LABRUYÈRE
Tous les textes de Politique de Vie sur l'OTS se trouvent sur:
<www.motus.ch/actions/ots/communiques.html#top>


TRÈS GRANDE CENSURE

Charte du bon usage des postes informatiques à la Bibliothèque nationale de France dite du Pharaon Mitterrand


A l'attention des lecteurs

L'utilisation des postes informatiques dans les salles de lecture est réservée à des fins de recherche documentaire et d'information conformes aux missions de recherche et d'études de la BnF. En vous connectant sur ces postes vous vous engagez à respecter cette charte. [...]
Conditions d'accès et d'utilisation
[...]
- L'utilisation des postes informatiques doit s'effectuer dans le respect des
dispositions légales en vigueur réprimant notamment le racisme, le
révisionnisme
la pédophilie et la diffamation.

Engagement de l'utilisateur
[...] Chaque lecteur s'engage à respecter ces règles et est responsable dans ce cadre de l'usage qu'il fait des postes informatiques. En cas d'abus ou de non respect de ces règles, le personnel de la bibiothèque peut interrompre la consultation en fermant la session et éventuellement le poste et appliquer des sanctions (retrait de la carte, exclusion temporaire ou définitive). Le cas échéant, la BnF se réserve la possibilité d'engager des poursuites judicaires.


Le flicage est sérieux. Le lecteur est suspect a priori. D'ailleurs, le flic Gilles Karmasyn travaille, justement à la BNF, dans l'informatique... C'est vous dire!

MON GÉNOCIDE EST PLUS GROS QUE LE TIEN (suite)

La Suisse, Etat négationniste

 
Le conseiller national Josef Zisyadis a déposé un postulat devant la Chambre du peuple lors de session de printemps du Parlement fédéral pour que la Suisse reconnaisse officiellement le génocide arménien de 1915. On peut certes s'étonner sur le principe même d'une telle démarche, qui voudrait qu'un fait historique, avéré ou controversé, devrait être «reconnu» par le pouvoir politique dans le cadre d'un vote parlementaire pour être en quelque sorte validé. Pourquoi, sur la base d'un tel précédent, ne pas saisir le parlement pour voter sur l'existence de Charlemagne, ou trancher la délicate controverse concernant le fait de savoir comment Dagobert enfilait ses culottes? C'est ainsi que le Conseil national a refusé de «reconnaître» le génocide arménien, comme si pour la Suisse ce génocide n'avait jamais eu lieu. Pourtant, ce crime contre l'humanité est un fait historique avéré, et correspond à la définition de «génocide» donnée par la Convention des Nations Unies du 9 décembre 1948. Malgré l'opposition de la Turquie, les Nations Unies ont fini par reconnaître comme tel ce génocide en 1985. En Suisse, la Commission fédérale contre le racisme, profitant de cette occasion pour justifier son «ouverture» de vue, avait charitablement averti une délégation officielle turque en visite à Lausanne pour commémorer le Traité de 1923 de s'abstenir, au risque de violer la loi antiraciste, de toute déclaration au sujet du génocide arménien. Toutes ces gesticulations n'ont pas empêché le conseiller fédéral Joseph Deiss, en sa qualité de ministre des Affaires étrangères, de recommander le rejet du postulat Zisyadis. Ce faisant, et en vertu de l'article 261 bis du Code pénal, Joseph Deiss, le Conseil fédéral in corpore ainsi que les députés ayant voté contre le postulat Zisyadis, ont publiquement nié l'existence du génocide arménien en ne voulant pas que la Suisse le reconnaisse comme tel. L'alinéa 4 de l'article 261 bis du Code pénal déclare en effet : « Celui qui (...) niera, minimisera grossièrement ou cherchera à justifier un génocide ou d'autres crimes contre l'humanité, sera puni de l'amende ou de J'emprisonnement ».
Par conséquent, pour respecter le principe intangible en droit de l'égalité devant la loi, qui est un principe d'équité voulant que tous ceux qui commettent des actes tombant sous le coup de la loi soient soumis au même traitement et subissent le même type de sanction, il ne suffit pas à la Justice de poursuivre les seuls révisionnistes mettant en doute l'existence de chambres à gaz homicides sous le Troisième Reich. La Justice doit également poursuivre tous ceux niant ou minimisant un génocide ou d'autres crimes contre l'humanité, comme c'est le cas flagrant de ceux qui nient publiquement le génocide des Arméniens en ne voulant pas le reconnaître comme tel. La Justice est contrainte de le faire au nom même du principe d'égalité de traitement, car toute sélection ou discrimination en ce domaine apparaîtrait comme une preuve de complicité avec des groupes de pression. Que dirait-on d'un plaignant ou d'un tribunal qui choisirait entre ceux ayant commis des crimes? Une telle plainte, une telle enquête, par le seul fait de leur sélectivité, seraient, en droit, et à bon droit, jugées irrecevables ou partiales pour ce seul et unique motif. L'article 261 bis du Code pénal et les conditions relatives à son application mettent à jour une faille évidente de notre Etat de droit: en l'occurrence, le conflit entre l'intérêt politique, -- le souci de ne pas provoquer une crise diplomatique entre la Suisse et la Turquie, -- et la norme universelle selon laquelle la loi est la même pour tous dans un Etat de droit. Soit l'intérêt politique prime, et la loi antiraciste est inapplicable dans tous les cas, soit le principe de la séparation des pouvoirs l'emporte, et la loi est appliquée à tous, sans autre considération politique. V&J a déjà engagé le fer sur le terrain politique et juridique en saisissant le Ministère public de la Confédération et diverses instances officielles et privées. Rappelons que l'objectif prioritaire de V&J est d'obtenir l'abrogation de la loi antiraciste. Grâce, paradoxalement, au postulat du député communiste Josef Zisyadis, juif d'origine gréco-turque, nous avons pu introduire un coin dans une faille importante du système. Ce coin est judicieusement placé: il ne reste qu'à l'enfoncer pour mettre à jour le caractère anticonstitutionnel et sectaire de la loi antiraciste. Il est clair que ce coin ne s'enfoncera pas tout seul: c'est pourquoi V&J lance un appel afin d'obtenir les moyens nécessaires en vue de soutenir une action bien engagée, mais qui n'ira pas toute seule et demandera encore beaucoup d'efforts pour aboutir. V&J considère d'ores et déjà cette affaire comme son principal cheval de bataille. Il est vital pour V&J de recevoir un appui substantiel afin que nous puissions nous consacrer à cette affaire, où notre position juridique est forte. C'est pourquoi nous comptons sur le soutien actif et conséquent de chacun pour que nous puissions exploiter au mieux cette opportunité inespérée.

Envoyez de l'argent à des Suisses nécessiteux? Incroyable, mais vrai. Aidons-nos camarades suisses: Association Vérité et Justice, case postale 355, CH-1618 Châtel-Saint-Denis, Confédération helvétique.
Extrait du Bulletin d'information No 8, d'avril 2001.

II

LES SUITES DE BEYROUTH

Autres parties du dossier | 1 | 2 | 3 |



LETTRE BEAUCOUP OUVERTE

Institute's open letter to Arab intellectuals published in Arabic periodicals


An "Open Letter to 14 Arab Intellectuals," headed "No to Censorship!, No to Bigotry!," by IHR Director Mark Weber, has been published in a leading Jordanian weekly magazine and in a Saudi Arabian daily newspaper.
In mid-March fourteen prominent Arab intellectuals issued a public statement calling on authorities in Lebanon to ban a "Revisionism and Zionism" conference in Beirut, which the IHR had been helping to organize. Shortly before the four-day meeting was to begin on March 31, Lebanon,s prime minister announced that it would not be permitted.
The IHR's Open Letter in response to the statement appears in the Assabeel weekly magazine of Amman, Jordan, issue No. 381, April 25-30, in the regular column of Ibrahim Alloush. To find it on line, go to <
http://www.assabeel.com/> and then click on maqalat (articles).
Assabeel is one of the country's largest circulation magazines. Dr. Alloush, a Jordanian writer, lived for 14 years in the United States. He studied at Ohio University and Oklahoma State University, where he earned a doctorate in economics. In the previous four issues of Assabeel, he devoted his regular weekly column to a four-part series entitled "Revisionist Historians and the Falling of Adonis, Edward Said and Mahmoud Darwish."
The IHR Open Letter was also published in Arabic in the daily Al Watan of Saudi Arabia, on April 25. It can be found on line at <
http://www.alwatan.com.sa>, in the paper's culture section.
The original text of the IHR's Open Letter can be downloaded from the IHR web site: <
http://ihr.org/conference/beirutconf/010410mwletter.html>
Dr. Alloush can be reached by e-mail at: <
alloush100@yahoo.com>
Forum in Amman on Revisionist Historians:


LE MAQUIS À GENÈVE

Date: 25 Mar 2001
Copie d'un email envoyé par Ahmed Rami à Mark Weber:

Au sujet des pressions scandaleuses juives qui ont amené à l'annulation de la conférence de Beyrouth, Je voudrais exprimer mon indignation et ma colère face au terrorisme intellectuel sioniste dont vous, et votre Institut, êtes victimes dans votre courageux combat pour la liberté conformément à la constitution des Etats Unis.
Nous allons continuer à mener une résistance intellectuelle sans merci.
C'est notre destin face au terrorisme intellectuel juif et face à cette occupation humiliante et à cette sale guerre totale que les juifs imposent à nos pays dans tous les domaines. Les dominateurs arrogants juifs nous refusent des droits humains évidents et élémentaires dont ils veulent être les seuls à profiter et à exercer! De cette façon, quand les juifs parlent hypocritement des "droits de l'homme", ils veulent dire -- en réalité -- uniquement les droits des juifs! Ce qui s'est passé -- en anulant la conférence de Beyrouth -- confirme d'une façon éclatante ce dont nous accusons les juifs. Ils n'usent pas seulement de leur pouvoir sur nos pays et nos régimes, mais ils en abusent scandaleusement profitant de de la collaboration de leurs laquais locaux qui gouvernent et dominent nos peuples par la force ou par la propagande et le "lavage de cerveaux". La force des juifs provient également de notre propre faiblesse et de la trahison de nos traîtres.
Les 14 "intellectuels" "arabes" judaïsés- - qui ont signé la pétition contre la conférence de Beyrouth -- sont, en fait, le produit "conserve" de la colonisation juive de nos pays. Cette colonisation a formé -- dans ses écoles, universités et ses médias -- toute une génération d'opportunistes et d'hypocrites judaïsés qui ne cherchent qu'à se prostituer volontiers, intellectuellement et politiquement, aux juifs qu'ils savent détenteurs des vrais pouvoirs économiques et politiques.
En plus, au Maroc nous avons, par exemple, toute une élite provenant des familles de spéculateurs riches -- d'origine juive (Benani, Benjelloun, Benchekroun, El-kohen etc...) -- qui, tel le "français" Lustiger -- ne perdent aucune occasion pour faire preuve de leur loyauté envers leur origine!
Le juif Ahmed Benani -- qui a pris le maquis à Genève -- a essayé, dernièrement, de collecter des signatures pour condamner la conférence antisioniste de Beyrouth. Cette lâche crapule qui n'a jamais dénoncé aucune des milliers de conférences juives qui se sont tenues -- sans être dérangées -- à travers le monde! (Voir Actu d'avril 2001)
Ahmed Rami


MISE AU POING

30 avril
Chers lecteurs,
Voici la copie d'une lettre que vous adresse la journaliste Hayat Atiyah, en réponse au rapport de l'Associated Press cité par Haaretz le 20 avril 2001, ainsi que par d'autres journaux.
Ibrahim Alloush, Attaché de presse de l'Association contre le sionisme et le racisme
[Dear Readers,
The following is being sent to you as a response by journalist Hayat Atiyah to the Associated Press report that was cited by Haaretz on April 20, 2001, and other publications.
Ibrahim Alloush
Media Coordinator of the Association against Zionism and Racism ]

Statement by Hayat Atiyah on the Release by the Associated Press


When a writer gives a news agency a precise statement upon request, and finds the statement altered and distorted in the media the next day, it is only legitimate that we start wondering about the credibility of such agencies and what they feed us through different media.
Consequently, when an Israeli newspaper alters, adds and phrases this statement in the most provoking way, it brings us back to the most prominent feature of Israeli media.
This is what happened to a press release I gave the associated press in Amman about a scheduled meeting in the Jordanian Writers league today (April 22, 2001), entitled "What happened to the Beirut Conference?" Following is a correction I sent to the AP director in Amman to be published according to my right of response:

Dear Mr Jamal Halabi,
Following the broadcasted and published news distributed by your agency on Friday the 20th, that was based on a phone call with your correspondent, Shafiqa Mattar, I would like to clarify the following, as I found deliberate alterations to what I said in the interview:
1. I focused in my answer upon the fact that what we were invited to was a meeting and not a conference.
2. The organizer of such an activity is the Jordanian Writers Association with its executive board and not any other person, definitely not myself.
3. I never said that the state warned us and that we won't yield to any pressures. What I said was that the official authorities asked us to postpone the meeting after we explained the matter to them. Our reply, as guest lecturers, was that we do not have right to carry out such [measures].Thus it was arranged between the minister of Culture and the executive board of the Association to postpone the meeting. We were informed of the new date consequently. [Other lecturers objected as well to the principle of executive branch interference in cultural activities and to the practice of summoning intellectuals to the Ministry of the Interior - Ibrahim Alloush].
4. In response to a question by another correspondent of yours (whose name was Rania as you told me), I said in very specific words that none of the members of the Beirut conference were taking part in this, and that none of us was part of that conference.
5. On a question about the content of my paper I said:
Our meeting is held under the title: What Happened in Beirut about the Zionism & Historical Revisionism Conference? Please focus on this since the Zionist (and co) media has distorted and altered both titles to say that they were about Holocaust Denial, which is not true. Therefore IÌm going to discuss 3 points:
a) The danger behind the foreign and Jewish institutionalized interference to push an Arab government to prohibit a cultural or research activity on its territory (never mind the subject). This is because the campaign against the Beirut Conference started with a news article distributed by Reuters, saying that the head of The World Jewish Council asked the Swedish prime minister (his country being the president of the EU) to interfere with the Lebanese government to ban the conference. This was not denied as Prime Minister Hariri said that Lebanon was undergoing certain pressures.
b) The danger behind using Arab intellectuals as tools to cover up a process of cultural and intellectual oppression through signing what was known as the Paris Declaration. Those were contacted to provide us with a copy of the declaration but said that they gave their signatures by phone and did not have a copy. (Edward Said, however, wrote saying that Francophone intellectuals in Paris deluded him by not reading him the part demanding to ban the conference. When he asked for a copy he was told there was no time)
c) In the 3rd part I will focus on correcting the immense disfiguration done to the revisionists by depicting them as Neo-Nazis, extreme rightists -- etc. Anyone with any knowledge of their writings or interviews would know that they don't belong to one political stream, and some of them do not belong to any. What brings them together is their persistence on their right to free scientific research and to the revision of history and anything related to World War II, including the relation between Zionism and Nazism.
Therefore, they do not deny, but rather filter the truths. We stand with revising history and condemning all racism including Nazism and Zionism. We condemn all blackmail that is used to confiscate our land and our rights.
In the end I was asked about the letter by Simon Weisenthal Center and the Holocaust museum. I answered that we don't need to see a museum for something that has happened 50 yrs ago, since we have been living for the past 50 yrs in a daily holocaust by the racist Zionism.
Regards,
Hayat Hwayyek Attieh


PAS D'AMAN A AMMAN

Vous êtes cordialement invités à un forum ayant pour thème "Qu'est-il arrivé à la conférence des historiens révisionnistes de Beyrouth?" Le forum se tiendra le dimanche 8 avril 2001 à 18h 30 dans les locaux de l'Association des écrivains jordaniens à Amman. Les intervenants seront: 1) Hayat Atiyah, journaliste libanais spécialiste du révisionnisme historique européen, laïciste loyal. 2) Arafat Hijjazi, journaliste jordanien connu pour ses prises de position antisionistes. 3) Ibrahim Alloush, rédacteur en chef de Free Arab Voice (www.fav.net) et membre du conseil d'administration de l'Association contre le sionisme et contre le racisme. Le forum sera animé par le Dr. Hisham Ghassib, professeur d'université et président du Forum de la Pensée socialiste. Thème: Après l'annulation par le gouvernement libanais, sur ordre du mouvement sioniste et des gouvernements occidentaux, d'une conférence d'historiens révisionnistes qui devait se tenir à Beyrouth le 30 mars 2001, et après la déclaration très sujette à caution prétendument signée de 14 éminents intellectuels arabes demandant cette annulation, un grand nombre d'auteurs et d'intellectuels de Jordanie, Syrie, Liban se sont manifestés pour défendre la liberté d'expression au sein du monde arabe et pour mettre les choses au clair sur la question des historiens révisionnistes. Ce forum est le premier d'une série sur ce thème et nous espérons qu'il aboutira à l'organisation d'une conférence des historiens révisionnistes dans un pays arabe. Une pétition dénonçant l'annulation de la conférence révisionniste de Beyrouth, qui sera signée d'intellectuels arabes, est en cours.

Le 7 à 16 h 30 Nous apprenons à la minute que le forum d'Amman sur les historiens révisionnistes prévu pour demain à Amman serait interdit par le gouverneur de la ville ainsi que par le chef de la police...

A la suite de l'annulation de la conférence de Beyrouth, l'Association des écrivains de Jordanie vient de diffuser une déclaration, en date du 10 avril, que vous trouverez ci-après en anglais. En résumé, il est dit que:
-- La JWA (Jordanian Writers Association) s'est rendu compte que les travaux des révisionnistes étaient sérieux.
-- Les sionistes s'appuient sur les souffrances des juifs dans la dernière guerre pour justifier toutes leurs exactions contre les Palestiniens.
-- Il est immoral de promulguer des lois pour interdire le révisionnisme.
-- 45 millions de personnes sont mortes pendant cette guerre, il n'y a pas de raison de faire une distinction pour les juifs en exagérant leurs chiffres ou en parlant de chambres à gaz conçues spécialement pour les exterminer.
-- L'Appel des 14 Arabes nous a ulcérés: Quand on lit les révisionnistes, on s'aperçoit qu'ils cherchent à libérer les juifs et le reste de l'humanité du sionisme, qui n'est pas moins raciste que le nazisme. Par leur démarche antisioniste les chercheurs révisionnistes contribuent à la libération de la Palestine.
-- Il est triste de constater que ces 14 intellectuels "arabes" ont pu signer (par téléphone) une déclaration hostile aux révisionnistes sans même avoir lus ces derniers.
-- Il est arbitraire et absurde de traiter les révisionnistes de néo-nazis.
-- la JTW tient à s'élever en faveur de la défense de la liberté de recherche et de la critique historique et condamne ceux qui s'allient aux despotes afin de tuer la liberté d'expression.
-- La libération de la Palestine nous amène à rechercher des amis partout dans le monde, non à participer à l'étouffement des scientifiques, des intellectuels, des artistes et des institutions qui nous soutiennent.
-- Enfin, nous nous interrogeons sur le dossier de la coopération secrète entre les nazis et le mouvement sioniste lors de la guerre. Nous nous interrogeons sur la série de massacres commis par les sionistes contre les Palestiniens et autres Arabes. Ce qu'a fait Hitler et les nazis contre les juifs et d'autres groupes était-il plus violent que les massacres perpétrés par les sionistes en Palestine? En réalité, sionisme et nazisme sont équivalents. L'existence du sionisme n'est pas seulement un crime contre les Arabes mais contre l'humanité, contre la vérité et contre la justice. Le sionisme néo-nazi actuel recueille le soutien du gouvernement américain, avec ses balles, ses avions de combat, ses dollars et sa propagande. Il suffit de voir les louanges que l'ambassadeur sioniste de Paris a adressées aux quatorze intellectuels pour avoir une idée du sérieux de leur erreur. Nous ne céderons pas dans notre attitude en faveur de la liberté de recherche et de critique pour tous les intellectuels du monde.

 

On the Cancellation of the Conference on Zionism and Historical Revisionism in Beirut: An Official Statement
by the Jordanian Writers Association


Amman, Jordan, April 10, 2001
The Jordanian Writers Association (JWA) denounces the statement by the fourteen Arab intellectuals calling on the Lebanese Government to ban the Conference on Zionism and Historical Revisionism that was supposed to take place on March 30, 2001, in Beirut.
After examining the papers that were to be presented in that Conference, the JWA found them to be scholarly works that tackle mainly the political, moral, and cultural extortion that the international Zionist movement resorts to in the world at large, and in the West in particular, in order to rationalize its practices vis-à-vis the Palestinians.
The work of the Zionist movement, which is generally supported by Western governments, presents the establishment of the Zionist state as a compensation for the suffering of the Jews in WWII. The resulting dislocation of the Palestinians, the rape of Palestine, and the massacres are frequently justified in that context.
Enacting laws that ban the historical review of the outcomes of WWII is immoral and anti-scientific. Forty- five million people from all races and religions perished in that war. Among those forty five million there were Jews of course. However, to single out Jewish deaths in WWII as somehow distinct or special, through the over exaggeration of the numbers, or through talk of gas chambers prepared especially for the extermination of Jews, as the Zionist movement and others claim, is to further the current political aims of Zionists for which Palestinians and Arabs always end up paying the highest price.
Upon reading about the statement of the fourteen Arab intellectuals condemning the Conference on Zionism and Historical Revisionism and calling on the Lebanese government to ban that conference, the JWA was incensed. Our careful reading of revisionist historians indicates that they seek to liberate the Jews and the rest of humanity from Zionism, which is no less racist than Nazism. Furthermore, revisionist historians disapprove of the dislocation of the Palestinians from their land. They contribute through their anti-Zionist efforts to the liberation of Palestine and to the return of Palestinians to their land.
Therefore, having 'Arab' intellectuals sign a statement (over the phone) against the Conference on Zionism and Historical Revisionism is a very sad thing. Indeed, it is sad for intellectuals to oppose conscientious researchers without having read them. Moreover, the signatories do not seem to know of the stances of revisionist historians against Zionist blackmail of a whole world.
In response to the statement by the fourteen intellectuals that provided an Arab cover for Zionist and European pressures to ban the revisionist conference in Beirut, revisionist historians in France distributed a leaflet worthy of respect. The leaflet, signed by La Vieille Taup, states: "Isn't the intellectual who sides with despots and with the strong to justify the expropriation of freedom of expression worse than a slave?! What really honors Arab intellectuals who do not accept the arguments of revisionist historians, what endows them with respect and appreciation, is for them to be able to refute revisionist arguments if they can."
As for the accusation that revisionist historians are neo- Nazis, the leaflet goes on: "This charge is arbitrary and absurd, yet it displays a submission to one of the tenets of the Zionist mentality: the paranoid interpretation of the world. The charge also echoes falsehoods about revisionist historians that are inculcated by Zionist propaganda daily".
Indeed, the banning and the oppression of the revisionist conference in Lebanon prompts the JWA to raise its voice in the defense of the freedom of research and historical review, and in condemnation of those who side with despots to expropriate the freedom of expression.
The liberation of Palestine entails that we seek friends worldwide, not that we participate in the oppression of the scientists, intellectuals, artists, and institutions that take our side.
Finally, we wonder about one of the hidden files of WWII: secret cooperation between the Nazis and the Zionist movement! We wonder about the series of massacres committed by Zionists against Palestinians and other Arabs! Was what Hitler and the Nazis did against the Jews AND OTHER GROUPS any less violent or less terroristic than the massacres of the Zionists in Palestine?!
In fact, Zionism is equivalent to Nazism in its crimes in Palestine and worldwide. The existence of the Zionist entity itself is not only a crime against the Arabs, but against humanity as well, and against truth and justice. What we are witnessing nowadays in the Zionist oppression of the Intifada in Palestine reaffirms all that. The liberation of humanity from neo-Nazism is its liberation from Zionism. Except, this neo-Nazi Zionism is supported today by the United States Government, with bullets, jet fighters, cash, and propaganda. The praise that the Zionist Ambassador in Paris bestowed on the fourteen intellectuals for their statement should be indicative enough of the seriousness of their mistake. Our stand on the behalf of freedom of research and review for all intellectuals worldwide is something we will hold on to, because we are for free thought and because we are for ourselves.

CAMAIEU DE VRAI ET DE FAUX

Holocaust conference defies fury

Martin Bright and Nick Pelham


A conference of revisionist historians of the Holocaust is due to go ahead in Jordan today despite an international outcry.
Protests have already led the Lebanese government to ban it from Beirut.
Arab, Jewish and European intellectuals united in condemning the event, 'Revisionism and Zionism', which involves prominent individuals accused of Holocaust denial by their opponents.
The Lebanese Prime Minister, Rafiq Hariri, was forced to appear on CNN to announce the ban after Arab intellectuals condemned the conference organisers as anti-Jewish in the French newspaper, Le Monde. This weekend Ahmed Benani, president of the International Observatory of Palestinian Affairs, called on opponents of the original conference to petition Jordan in protest against its decision to allow the event to be rearranged in Amman. 'The contemporary Palestinian struggle... should not be associated with Nazi criminals,' Benani said.
The conference is organised by the Swiss organisation, Truth and Justice, and the Institute for Historical Review, a pseudo-academic American think-tank devoted to the claim that the Holocaust was a hoax. It was seen as an opportunity for western revisionists to meet their counterparts in the Islamist movement.


Sunday April 8, 2001 The Observer

L'AGITATION CONTINUE

Subject: ZGram -- "Update on the Jordanian Writers Association" From: Ingrid Rimland <irimland@zundelsite.org>
April 16. 2001
This post contains four items:
1) The Jordanian Writers Association (JWA) Sets a New Date for its Forum on Historical Revisionism in Amman
2) An Invitation to the JWA from a Zionist Institution in the USA
3) Dr. Ibrahim Alloush's comments to # 2
4) Zundelsite comments on the three items above

1) The Jordanian Writers Association (JWA) Sets a New Date for its Forum on Historical Revisionism in Amman:
After having its forum forcibly postponed on April 8th by Jordanian authorities, the Jordanian Writers Association (JWA) has chosen a new date for the gathering that will take place to discuss the theme of "What Happened to the Revisionist Historians Conference in Beirut?"
The forum will take place on Sunday, April 22, 2001, at 6:30 in the evening, at the offices of the Jordanian Writers Association in Amman. The speakers will be the same ones who were supposed to speak in the postponed forum, except, they're much more enthusiastic : )
These speakers are:
1) Hayat Atiyah, a Lebanese journalist specialized in European historical revisionism and a staunch secularist.
2) Arafat Hijjazi, a Jordanian journalist known for his anti-Zionist stances.
3) Ibrahim Alloush, editor of the Free Arab Voice (<www.fav.net>), and a member of the board of the Association against Zionism and Racism.
The moderator of the forum will be Dr. Hisham Ghassib, a university professor and the president of the Socialist Thought Forum. As one of the most prominent Marxist intellectuals in Jordan, Dr. Ghassib has expressed extreme disgust with Arab leftists who are soft on Zionism or who supported the expropriation of free speech in Beirut in the name of internationalism. He says Arab leftists who take such positions need to re-read Marx's text On the Jewish Question and the original positions of Lenin and the Third International towards Zionism and Jewish immigration to Palestine, including the consideration of the mere concept of a Jewish nation or "Israel" as reactionary and contrary to the interests of working people everywhere.
Dr. Ghassib and the three speakers above were summoned by high officials of the Ministry of the Interior on April 7th and informed that their forum shall be postponed.
The JWA has already issued a statement denouncing the statement that was allegedly signed by fourteen "Arab" intellectuals calling on the Lebanese Government to ban the revisionist conference in Beirut.
Furthermore, work is ongoing with intellectuals from other Arab countries to host a conference for revisionist historians somewhere in the Arab World with local Arab participation.
No amount of oppression will keep the truth from getting out.

2) An Invitation to the JWA from a Zionist Institution in the USA <http://www.wiesenthal.com/social/press/pr_print.cfm? ItemId=860>
April 11, 2001
ANOTHER GATHERING ON HOLOCAUST DENIAL BLOCKED IN ARAB CAPTIAL; WIESENTHAL CENTER INVITES JORDANIAN INTELLECTUALS TO 'SIT DOWN AND TALK'
Just ten days after Lebanese President Rafiq Hariri canceled a Holocaust deniers conference in Beirut, a similar gathering slated for Amman, Jordan was 'postponed', apparently over concerns that it would embarrass Jordan's King Abdullah who is in Washington for his inaugural meeting with U.S. President George Bush.
The three speakers and one moderator were informed last Saturday that the "Forum on Revisionist (Holocaust) Historians" could not proceed on April 8th, because of the potential embarrassment it could cause King Abdullah on the eve of his first summit with President Bush.
"We welcome the decision by authorities to abort this gathering which, rather than promote the free exchange of ideas and better understanding of history, would have served as an endorsement of those forces seeking to whitewash the Nazi holocaust, history's most documented genocide," said Rabbi Abraham Cooper, Associate Dean of the Simon Wiesenthal Center who led the effort to cancel the deniers conclave in Beirut.
"We note that the Jordanian Writers Association is apparently planning to condemn prominent Arab intellectuals who also spoke out against the denial of the Shoah and that they plan to reschedule the Amman Forum," said Cooper. "Instead, we at the Simon Wiesenthal Center, who were honored to host the late King Hussein at its Museum of Tolerance in Los Angeles, invites the head of the Jordanian Writers Union to send a delegation to visit our institution and to meet face-to-face with survivors of that horrific era. While we can have different attitudes towards peace in the Middle East, people of good will should work together to reject revisionism and antisemitism," he added.
Rabbi Cooper stated that there has been a rising tide of antisemitism, Holocaust denial and allusions of Israelis as Nazis by top officials in Syria, and in the official media in Egypt, Iran and the Palestinian Authority.
"The goal is clear -- the demonization of Israel and the Jewish people," Cooper concluded.
For more information, contact the Center's Public Relations Department, 310-553-9036. [End of Press Release from Zionist Institution]

3) Dr. Ibrahim Alloush's comments to # 2
Dear Readers,
If you haven't figured out the response of the Jordanian Writers Association to the invitation from the Zionist institution yet, please re-read item one above.
Not all Arab intellectuals are like the fourteen who signed the petition to Lebanese authorities on the behalf of Rabbi Abraham Cooper, who was leading the fight to ban the revisionist conference in Beirut according to the statement from the Simon Wiesenthal Center above.
The JWA will not be party to breaking the psychological barrier with those who kill our people and steal our land. If some Arab regimes and intellectuals are tripping all over themselves to normalize relations with the invader, let the Zionists know that most Arab people will never accept their occupation of Palestine as normal. The atrocities committed by the Zionists in Palestine are the REAL Holocaust, and the Palestinian Arabs are its true survivors. So long as there is Zionism in Palestine, there will be resistance. A necessary part of that resistance is resistance of the very idea that the Zionist presence in Palestine is somehow normal or acceptable, under the pretext that Jews died in WWII, or any other pretext.

4. Zundelsite comments on the three items above:
A few days ago I cautioned an over-enthusiastic Revisionist to treat the Jordanian Writers Association and other potential allies of Revisionism with utmost care and consideration for their attitudes and tactics in dealing with the "enemy at their gates." They must trust us as we trust them, for we can help each other.
It is not up to us to tell the Arabs what to do and how to handle the human rights violations inflicted by the Zionists on mostly unarmed, helpless, displaced people -- even children with rocks in their hands. It is our duty only to tell them that we have carefully examined the sword and shield of Zionism, their so-called "Holocaust" -- and exposed it as a fraud and fabrication through scientific scrutiny. We found it sadly lacking in substance, truth and facts. What the Arab world does with such dynamic information is up to them. They have their tragic historical context as imminent victims of Zionist policies -- we have ours as Zion's victims of the past.
It is quite evident to me that our story is not known to them and that we know - as they apparently do not - that Marxist-Communism carries Jewish thumb prints. Therefore, I must admit I was a bit taken aback when I read that one of the speakers at the planned Forum on the cancelled Revisionist conference is a well-known and passionate Marxist, now thoroughly disgusted with the Left. To many of us, having survived the unmatched atrocities that were inflicted on the European people before, during and after World War II by "Marxism" and its fellow travelers, the term carries all the connotation that "Nazism" carries in the West - that of inhuman, even satanic brutalities inflicted not only on soldiers but on helpless and innocent people. The crimes of Marxism and its disastrous policies were no less devastating to the people of Eastern Europe than are the policies of militant Zionism to the people it holds in subjugation in Palestine, Gaza and the West Bank.
When I discussed this with Ernst Zundel, he told me: "Are we seeing in the Arab countries the same phenomenon we experienced in the early days of Revisionism - where dedicated leftists, even Marxists, who had joined the "Social Revolution" out of genuine conviction for the suffering masses, evaluated their position from a sense of outraged betrayal - after they realized what Judaic Bolshevism had on its conscience? And, as a consequence, came over to our side and joined us in our struggle? Some of the finest Revisionists today came out of the leftist camp."
Let's keep before our eyes that one common denominator that binds different people to a common cause in the Revisionist camp: A genuine love for the truth, an understanding of the very serious human rights abuses that grew out of the Monstrous Lie we call the "Holocaust" -- and, above all, a common enemy.
The enemy of my enemy is my friend.
Ingrid



LETTRE OUVERTE A EDWARD SAÏD


From Juergen Graf

Dear Mr. Edward Said,
I am the head of the association "Vérité et Justice" which planned to hold the Beirut conference on "Revisionism and Zionism" together with the I.H.R. As you know, the conference was forbidden by the Lebanese government which evidently yielded to American and Jewish pressure.
I am living in exile. If I went back to my native country, Switzerland, I would have to serve a 15 months jail sentence for "Holocaust denial" plus an additional sentence for things written since my condemnation. Several of my colleagues from Vérité et Justice have also been sentenced to prison terms or are facing trial within the near future.
In Germany, hundreds of revisionists have been imprisoned for "Holocaust denial". Other revisionists in several countries have been killed, driven to suicide, disfigured with acid, beaten up, sentenced to stiff fines, have had their professional career ruined and been submitted to social ostracism because of media smear campaigns. To the best of my knowledge, not one of us has ever resorted to violence.
The relentless persecution of revisionism is mainly being orchestrated by the Jews. The Jewish organizations are responsible for anti-revisionist legislation in several European countries (except for Germany, where the survival of the entire political elite hinges on its ability to keep the "Holocaust" story alive so that the German government did not need Jewish pressure to introduce an anti-revisionist law).
Why are we being persecuted? Because we are practicing our constitutionally guaranteed rights to free speech and free research.
We are persecuted because we critically analyze the Jewish version of World War Two and the "Holocaust". We are persecuted because we use our brains. We are persecuted because we have a conscience, and because our conscience does not allow us to endorse monstrous exaggerations (like the six million figure) and downright lies (like the gas chamber story).
Together with 13 other Arab intellectuals, you, Mr. Said, have signed a petition condemning revisionism and castigating the revisionists as "falsifiers of history".
What do you know about revisionism, Mr. Said? Have you read "Dissecting the Holocaust", which is the most important revisionist work? Have you read the Rudolf Report about the Auschwitz "gas chambers"? Have you studied Carlo Mattogno's work about the capacity of the Auschwitz crematoria? Have you studied John Ball's book "Air photo evidence"? Have you studied Walter Sanning's demographic work "The Dissolution of Eastern European Jewry"? Are you familiar with Arthur Butz's book "The Hoax of the Twentieth Century"? Have you heard about Richard Krege's ground radar scanning/investigation on the site of the alleged "extermination camps" Belzec and Treblinka?
If the answer to these questions is yes, I wonder why you have not publicly exposed the errors of the revisionists. After all, if you accuse somebody of "falsifying history", you should be able to prove this serious accusation.
But perhaps the answer to my questions is no. Perhaps you have never read "Dissecting the Holocaust" and other serious revisionist works.
If this is the case, I wonder how you can condemn revisionism. I have never read any of your books -- so what would you say if I called you a "lousy writer" and stated that your books are devoid of any literary value? Would you not be outraged and retort that somebody unfamiliar with your works has no right whatsoever to criticize them?
Should you condemn revisionism without knowing it, I would be forced to conclude that you are parroting the Zionist party line for purely opportunistic reasons. After all, the Jewish-controlled media hail you as a brilliant Palestinian intellectual, and I assume that your books are regularly being reviewed and praised in the "New York Times".
I would be forced to conclude that you collaborate with the oppressors of your people for the sake of your personal fame and your personal wealth.
Of course, you are perfectly aware of the fact that Israel would not exist without the "Holocaust". You know that the gas chamber story and the six million story permitted the Jews to embark on an anachronistic colonialist adventure after World War Two. You know that, but for the "Holocaust", the Palestinians would not have been robbed of their country.
If you condemn revisionism without knowing what it is all about, you are deliberately endorsing the lies of those who have stolen your land and who are killing unarmed Palestinian demonstrators day after day. In this case, you are a despicable traitor to your people and to your country.
I hope this suspicion is unfounded. I hope your condemnation of revisionism is based upon your solid knowledge of the revisionist arguments and your ability to refute them. In this case, I urge you to publicly expose the deficiencies of revisionist research.
Please prove that we are "falsifying history". Please refute Germar Rudolf's chemical and technical expertise about the Auschwitz "gas chambers". Please refute Carlo Mattogno's thermotechnical study of the Auschwitz crematoria. I earnestly entreat you to show us our errors.
If proven to be wrong, we will publicly apologize to the Jews.
We are willing to yield to arguments. But we are not willing to yield to brute force and terror. This we have in common with the Palestinian resistance fighters.
I am looking forward to your answer.
Yours faithfully, Juergen Graf
<
http://www.russgranata.com/jgletter.html>


CONFU-SIONISME

 
Des négationnistes projettent une conférence en Jordanie le jour de la Fête de l'Indépendance d'Israël

Par Julie Stahl


Responsable du bureau de Jérusalem de CNSNews.com 2 mai 2001
Jérusalem (CNSNews.com) -- Le principal dirigeant religieux d'Israël a demandé instamment au roi de Jordanie, Abdullah II, mercredi de ne pas autoriser les négationnistes à tenir une conférence dans son pays. La conférence, prévue à l'origine pour Beyrouth, commencerait à Amman le 15 mai, jour du 53ème anniversaire de l'indépendance d'Israël. Sous le titre "Révisionnisme et Sionisme", la conférence devrait réunir des individus de tous les coins du monde qui prétendent que le massacre systématique de six millions de juifs par les nazis n'a pas eu lieu et que le nombre des tués a été grandement exagéré. Le rassemblement devait avoir lieu dans la capitale libanaise à la fin du mois de mars mais avait été annulé par ordre du gouvernement à la suite d'importantes campagnes menées par des organisations juives et en raison de l'opposition de certains intellectuels arabes. C'est la première fois qu'un tel rassemblement se serait fait dans une capitale arabe. Le Grand Rabbin Israel Meir Lau a envoyé une lettre à Abdullah mercredi lui disant que la tenue de la conférence en Jordanie serait une "terrible tache" sur son pays et qu'elle ternirait les relations entre les deux voisins. Lau écrivait qu'il en appelait au roi non seulement en tant que Grand Rabbin d'Israël mais aussi en tant que survivant lui-même. La plupart des membres de la famille de Lau ont péri dans l'Holocauste, et lui-même a été interné au camp de concentration de Buchenwald. Le directeur du Centre Simon Wiesenthal (SWC) de Jérusalem, Ephraim Zuroff, avait dit auparavant qu'il était "absolument terrible" que la Jordanie organise une telle conférence, "vu que la Jordanie a signé un traité de paix avec Israël". Le porte-parole de Lau, Yitzik Rat, a déclaré que les organisateurs n'avaient pas besoin de la permission du roi pour tenir la conférence mais que Lau était certain que si le roi était au courant il l'annulerait. Lau espérait aussi monter l'opinion publique internationale contre la conférence, a ajouté Rat. Le porte-parole de l'Anti-Defamation League de Jérusalem, Laura Kam Issacharoff, a déclaré qu'elle serait étonnée que le roi permette qu'une telle conférence ait lieu. Ce qui indubitablement déplairait au gouvernement américain. (...) Selon Rat, Lau ne s'attend pas à recevoir une réponse rapide à sa lettre, qui a été envoyée par l'intermédiaire du ministère des affaires étrangères. Dans la lettre, Lau écrivait que "la conférence des négationnistes apporte un message qui est loin d'être un message de paix et de fraternité. C'est à dessein qu'elle a été prévue pour avoir lieu le jour de l'établissement d'Israël 53 ans plus tôt". Lau faisait remarquer que le Liban a refusé d'accueillir la conférence, et la Jordanie, elle-même, l'a déjà reportée une première fois. "Votre gloire ne sortira pas grandie, ni la gloire de votre royaume, de la coopération avec les négationnistes, même si vous restez passif", a-t-il affirmé, lançant un appel au roi pour qu'il fasse tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher la tenue de la conférence. D'après le SWC, la conférence devait apparemment se tenir le 8 avril mais a été retardée par les organisateurs afin de ne pas gêner le roi à la veille de sa première rencontre avec le président Bush.

SILENCE SÉPULCHRAL

La tête haute!

par MacKenzie Paine, 3 mai 2001


D'après vous, que se passerait-il si l'Université de Rome [University of Loyola Chicago,s Rome Center (Italy)] envoyait à Ariel Sharon, par voie diplomatique, une lettre officielle lui demandant d'empêcher les colons israéliens de tenir des conférences privées? Ha! Je peux vous dire, moi, ce qu'il adviendrait. Le Centre Simon Wiesenthal, la Ligue contre la diffamation, la Ligue de Défense juive et d'autres organisations sionistes exploseraient. L'Eglise catholique serait taxée d'antisémitisme; la presse américaine serait mise en alerte devant de telles tentatives "de type nazi" pour dénier aux Israéliens leur droit à la libre expression; des groupes de défense des droits de l'homme accuseraient l'université de tentative de subversion de la liberté intellectuelle et du droit de réunion pacifique dans une nation souveraine; le Congrès ferait très vraisemblablement valoir qu'une telle demande pourrait nuire aux relations entre les Etats-Unis et l'Italie; les bienfaiteurs juifs retireraient leur soutien à cette université; la moitié de la population de New York se tordrait de désespoir et viendrait gémir devant les caméras de télévision en racontant des histoires à dormir debout sur la seconde guerre mondiale; et, finalement, les colons feraient leur réunion, mais l'université aurait signé sa perte.
Eh bien, que se passe-t-il quand une antenne du Centre Simon Wiesenthal, institution californienne vivant de fonds publics, envoie une lettre par voie diplomatique au roi de Jordanie, le roi Abdallah, pour le presser d'interdire une réunion privée de citoyens jordaniens? Rien! La liberté d'expression se heurte à un silence sépulcral.
Malgré tout, nos amis de Jordanie restent la tête haute. Chez eux, on ne gémit pas, on ne se tord pas de désespoir, on ne fait pas de chantage, pas de pitoyables supercheries, pas de bavasseries politiques. Ils défendent la souveraineté et la liberté intellectuelle de la Jordanie avec l'honneur, le courage et la dignité qui résultent d'une solide détermination. Nous les saluons!
Lisez ce qui vient de sortir dans la presse jordanienne:

Chers lecteurs, D'après le rapport que vous trouverez ci-après, il semble que le Grand Rabbin Lau ait envoyé une lettre par l'intermédiaire du ministre des affaires étrangères, demandant instamment au roi Abdallah d'annuler le Forum des Historiens révisionnistes d'Amman qui doit avoir lieu aux environs du 15 mai sous le parrainage de l'Association des Ecrivains de Jordanie (déjà reporté deux fois par la force). Dans cette lettre, le Grand Rabbin Lau demande au roi Abdallah de faire tout ce qui est en son pouvoir pour interdire le forum de l'Associations des Ecrivains de Jordanie, sinon ce forum "serait 'une terrible tache' sur son pays et ternirait les relations entre les deux voisins". Toutefois, le compte rendu de CNSNews que vous trouverez ci-après est l'exemple type d'une manipulation politique des sionistes et de leurs médias. En lisant ce texte, ne perdez pas de vue les contre-déclarations officielles qui suivent, qui émanent de l'Association des Ecrivains de Jordanie (AEJ):
1) L'auteur de l'article, Julie Stahl, responsable du bureau de Jérusalem de CNS, n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une source impartiale. Elle a été rédactrice en chef du Centre d'information israélien du ministère des affaires étrangères; d'après le site de CNSNews, elle aurait obtenu son diplôme de journaliste à l'université Regent.
2) Ni l'Institute for Historical Review des Etats-Unis, ni l'institut Vérité et Justice de Suisse n'ont quoi que ce soit à voir avec le Forum des Historiens révisionnistes d'Amman. Les sionistes le savent très bien. La preuve: lisez les article de "Haaretz" et du "Jerusalem Post" des 20 et 22 avril qui citent l'Association des Ecrivains de Jordanie comme étant les organisateurs exclusifs du forum d'Amman. Le Centre Simon Wiesenthal qui est cité dans l'article a déjà envoyé publiquement à l'Association des Ecrivains de Jordanie une invitation à venir visiter le Musée de la Tolérance [de Washington] quand il a appris la décision prise par l'AEJ d'organiser ce forum révisionniste à Amman; l'invitation a bien été adressée à l'AEJ, et non pas à des historiens révisionnistes d'Europe ou des Etats-Unis, puisqu'il était évident que le forum était organisé par l'AEJ. A présent, on entretient le flou sur cette question volontairement pour tenter de présenter le forum comme une activité étrangère se déroulant sur le sol jordanien et ainsi obliger le roi à intervenir.
3) La conférence de Beyrouth qui a été annulée et qui s'intitulait "Sionisme et Révisionnisme historique" n'a rien à voir avec le Forum des Historiens révisionnistes d'Amman qui va se réunir sous le titre de "Qu'est-il arrivé à la conférence révisionniste de Beyrouth?". La première est une conférence internationale. La nôtre est un forum local, avec des intervenants locaux.
4) Le Grand Rabbin Lau n'a aucunement le droit de violer la souveraineté de la Jordanie ni d'intervenir dans ses affaires internes. Le forum organisé par l'Association des Ecrivains de Jordanie est une activité interne de l'AEJ qui comprend des citoyens jordaniens exerçant leur droit constitutionnel à s'exprimer librement dans les limites de la loi. L'AEJ est persuadée que les fonctionnaires jordaniens ne toléreront pas que le Grand Rabbin viole ainsi la souveraineté des Jordaniens, et qu'ils rejetteront fermement toute interférence dans les affaires internes de la Jordanie.
5) Les Etats-Unis, pour ce qui les concerne, autorisent les historiens révisionnistes à tenir des conférences et à publier leurs écrits. Pourquoi la Jordanie accepterait-elle qu'on intervienne dans les droits de ses citoyens à la libre expression quand ce n'est pas le cas aux Etats-Unis?
6) Appeler "Conférence du négationnisme" le forum d'Amman c'est donner une représentation erronée des faits. Tout d'abord, le forum est une activité locale, non une conférence, comme nous l'avons dit plus haut. Deuxièmement, le révisionnisme historique ne consiste pas à "nier l'Holocauste" mais à le replacer dans son contexte scientifique exact. C'est ainsi que le révisionnisme historique veut placer l'établissement d' "Israël" dans son contexte exact. Il est donc évident que l'étude critique historique de la seconde guerre mondiale n'est pas seulement une question éculée mais qu'elle appartient à la politique d'aujourd'hui, d'où la réaction hystérique excessive des sionistes face aux recherches historiques scientifiques.
Venons-en maintenant à l'article malhonnête ci-après. Lisez-le avec soin et gardez l'oeil critique. [Voir plus haut, l'article de Julie Stahl]
Ibrahim Alloush Coordinateur médiatique de l'Association contre le sionisme et le racisme

ON NE PAIE PAS LES LAQUAIS

US withholds $20m. from Lebanon

By Janine Zacharia


Washington (April 27) -- Lebanese Prime Minister Rafik Hariri wrapped up three days of meetings with senior US officials in Washington yesterday, securing promises of deep US involvement in the region, but failing to win the release of $20 million the Senate Foreign Relations Committee is blocking in protest at Lebanon's refusal to deploy its army to the border with Israel.
While Hariri received much public support for his main objective of restructuring Lebanon's debt-ridden economy, the US did not promise any financial aid to the Lebanese government. Secretary of State Colin Powell on Wednesday pledged a vague US "commitment of support for Lebanon in their efforts." US officials, nonetheless, told Hariri they would help arrange and participate in a meeting in France in June that would bring together "Friends of Lebanon" and raise money for debt-relief loans and other subsidies, according to sources briefed on the discussions.

Jerusalem Post (Internet edition) 27 April 2001


III



PARUTIONS



§== Sortie du dernier numéro deVierteljahrshefte für freie Geschichtsforschung 4, 3-4, Dec. 2000. L'imprimerie anglaise qui travaille pour Castle Hill et la revue trimestrielle a été inondée. On trouve une bonne giclée de textes américains traduits en allemand, de Mark Weber, Arthur Butz et Samuel Crowell. Et, curieusement, un article sur Marie Besnard, célèbre empoisonneuse. Quelques articles allemands et un essai sur l'origine historique des juifs et de la croyance en Yaveh, basique, sans plus. Germar Rudolf raconte sa cavale en Angleterre quand la Gestapo a entrepris de le rechercher. Il raconte son entretien avec un journaliste du Sunday Telegraph. Tout cela est d'une naïveté à pleurer. Le jugement sur le Journal d'Anne Frank et des articles sur la liberté, la croyance, l'histoire. Enfin, des compte rendus de lectures et des nouvelles brèves. Un travail de Romain.

§== Vol au dessus d'un nid de zolos. John C. Ball, La Preuve par la photographie aérienne, éd. VHO, 2001, 116 pages, grand format. Enfin la traduction française du travail de Ball. Grâce à l'analyse des photos aériennes, l'auteur détruit les mythes concernant les camps d'Auschwitz, Treblinka, Majdanek, Belzec, Sobibor, etc. "Des membres de la CIA ont-il truqués les négatifs?" porte le sous-titre. Ball croit que oui; Nous penchons fortement pour le non. Dans tous les cas, il faut se pencher sur ce travail.

§== Y'a bon banania. Holocaust Resources on the Internet
<http://staff.bcc.edu/jalexand/hololink.htm>

§== L'empire on te ment. Sigalons, sous la plume de Rifat N. Bali, Relations entre Turcs et Juifs dans la Turquie Moderne, publié par The Isis Press, Istanboul, Turquie. Contact: fax : 90 - 216 321 86 66
email: <isis@turk.net> Ce livre parle entre autres de l'histoire de l'antisémitisme, ou de ce que certains appellent ainsi, en Turquie et du révisionnisme. Rappelons que l'ouvrage de Garaudy a été publié en Turquie en juillet 1996 sous le titre de Israil, mitler ve terrör (les mythes et la terreur), chez Pinar Yayinlari, Beyaz Saray, Zemin kat No 31, Beyazit, Istanbul, tél (0 212) 518 15 15. Traduction de Djemal (Cemal) Aydin. Vous compléterez avec Bernd Rothe, Spanien und der Holocaust, 359 p., Niemeyer, Tübingen (<www.niemeyer.de>) ISBN: 3-484-57005-9
L'auteur travaille à la Fondation Willi Brandt à Berlin.

§== Deutschland unter alles. Die Lüge spricht zwanzig Sprachen, de Bruno Montoriol. Ce livre allemand est manifestement conçu par un Français. Le titre signigfie: "Le mensonge parle en vingt langues". Chaque chapitre est illustré de l'une des plaques d'Auschwitz, qui déplorait 4 millions de morts, avant de disparaître et d'être remplacées par un compromis polonais à 1,5 million. C'est un livre en édition privée hors commerce (Privatausgabe im Handel nicht erhältlich). Relié, il fait 358 p. C'est un gros travail, réparti en quatre partie. D'abord "croire ou ne pas croire": avec un chapitre sur l'école révisionniste, la formation de la légende d'Auschwitz, pourquoi les vainqueurs de 45 avait besoin d'un crime nommé Holocauste et ce qui s'est vraiment passé.
La deuxième partie s'appelle "comprendre au lieu de croire".On analyse les aspects techniques, les témoignages, les recherches scientifiques, les camions à gaz et les fusillades pour finir sur le paradoxe de Butz, dit aussi celui de l'éléphant invisible.
La troisième partie, "Vivre aujourd'hui avec l'holocauste" cherche à analyser la fonction du récit zolo. La quatrième partie dit: "Et pourtant, il y a eu un holocauste", celui des bombardements alliés, des prisonniers morts de faim dans les camps zalliés et le grande déportation de l'Est.
L'ouvrage est abondamment illustré, avec une bibliographie. C'est un bon compendium qui a tous les atouts pour circuler maintenant en Allemagne sous le manteau. La Néostasi et la Denkstapo ont de quoi se faire du souci.

§== Contrefaçon. On trouve depuis quelques jours dans les librarie un opuscule signé par un vieux cheval de retour du trotskysme tendance Krivine, l'infatiguable polygraphe nommé Daniel Bensaïd. Ce n'est pas le plus méchant de la bande et avec son accent marseillais, il fait un peu comique de caf-conc des années 30. Il publie chez Fayard Résistances, sous-tritré "Essai de taupologie générale". Il s'est emparé de la citation de Shakespeare, "bien travaillé, vieille taupe!", reprise par Marx, puis par une librairie de la rue des Fossés Saint Jacques dans les années 60, et enfin par une vaste entreprise de déconstruction des mythes, appelée La Vieille Taupe. Bensaïd, qui ne veut pas s'y laissetr prendre, évite très soigneusement de parler de "vieille taupe"; il préfère parler de "la taupe, notre vieille amie"... Nous n'entrerons pas ici dans les méandres de cette "taupologie", surtout lorsqu'on voit un chapitrre consacré à l'éminent filandreux Badiou et à son étincelante bêtise. Mais enfin, de la "taupologie" à la Vieille Taupe, il doit y avoir quelques galeries souterraines susceptibles d'intriguer certains spéléologues de la pensée.
§== Norman Frankenstein. Le bouquin que nous fûmes les premiers à traduire et publier (sur le Net) en Europe, L'Industrie de l'Hiolocauste est une bombre à fragmentation multiple. Nulle part ailleurs qu'en Allemagne n'a surgi un tel geyser de commentaires. Nous avons d'ores et déjà compté trois livre qui les recueillent et les articulent.
Nous avions signalé en mars la parution du premier recueil en ces termes : "Gibt es wirklich eine Holocaust-Industrie? Zur Auseinanderstezung um Norman Finkelstein, édité par Ernst Piper et Usha Swamy, édition Pendo, Zurich et Munich, 211 p. ("Existe-t-il réellement une industrie de l'Holocauste? Vers une discussion autour de Norman F.") Ce petit livre, très hostile, est réalisé par Ernst Piper, historien, petit-fils du fondateur de la maison qui accueille le livre de Norman F.; ça le rend malade. Auparavant la maison Piper publiait du bon côté, y compris l'Encyclopédie de l'Holocauste. Mais la famille Piper a vendu. Les nouveaux acheteurs n'ont plus les mêmes inféodations. Ils ont préféré publier ce qu'il appelle le "trio infernal", Nolte, Horst Möller et maintenant Norman F. Que l'on accuse, entre autres maux, d'être intéressé: Son livre manquerait de "substance" mais regorgerait de "provocations". D'où le slogan: La caisse avant la classe (Kasse statt Klasse). Le mot est bon, si l'intention est ignoble." Signalons, dans cet ouvrage, outre un entretien de Norman F au journal putassier Berliner Zeitung, Wolfgang Benz, antirévisionniste notoire, qui parle aussi au même journal putassier, Raul Hilberg, qui fait de même, Omer Bartov, spécialiste des questions militaro-génocidaires, Salomon Korn ("brisure de tabou avec spectateurs: Norman F et son public), Ernst Piper (Finkelstein-Industrie), Andreas Heusler (Norman F et le mésusage de l'histoire), Shloma Aronson (L'histoire comme colère), Detlef Junker (L'américanisation de l'Holocauste). Il semble bien que les trois-quarts des auteurs soient juifs, presque tous universitaires, enseignant pour la plupart des "sujets juifs". Ceux qui les croyaient exterminés en Allemagne devraient se renseigner.
On a un autre son de cloche avec Das Finkeslstein-Alibi -- "Holocaust-Industrie" und Tätergesellschaft, édité par Rolf Surmann et publié à Cologne par PapyRossa Verlag (<www.papyrossa.de>) Huit auteurs, presque tous docteurs en philo, en quête d'un personnage, Norman F., avec, en particulier, une analyse de la réception du livre par les gens proches de la Nouvelle Droite, autour du groupe Junge Freiheit. Ce livre se divise en deux parties, la première portant sur le sujet du livre de Finkelstein, la politique de réparartions et la Conférence des Réclamations (Claims Conference), dont font d'ailleurs partie, il ne faut pas l'oublier, l'Alliance israélite universelle, le B'nai Brith, le CRIF, le Congrès juif mondial, les organisation juives de chaque Etat, y compris la Palestine ! (Jewish Agency for Palestine). D'ailleurs l'ouvrage nous procure le texte des accords de Luxembourg signé le 10 septembre 1952 entre Konrad Adenauer et Nahum Goldmann, il y a donc bientôt 50 ans! Qui aurait cru que cette affaire serait encore de l'extorsion active après 50 ans? (Voir p. 62-69.) C'est la plus grosse et la plus longue extorsion du monde! Et nul ne peut en prévoir la fin! Chaque citoyen américain donne une fraction de ses impôts pour payer les massacreurs de l'armée juive, sans qu'on ait abordé encore la question des réparartions américaines, ce qui ne saurait tarder, on en voit les prémices aujourd'hui.
Le livre passe ensuite à la "mémoire (Erinnerung) confiée surtout à Moshe Zuckermann, israélien. Dans un jargon curieux, il reconnaît que le livre de Norman F est inspiré des Lumières (aufklärerischer Absicht) et qu'il a une tendentiell emanzipative Dimension. (L'allemand devient dans les journaux un épouvantable sabir franco-anglais...) Et si le bouquin n'est pas connu en Israël, c'est à cause de la logique interne du discours israélien sur l'Holocauste. Le livre se termine sur des considérations visant les réactions allemandes à un "changement de paradigme". On peut présumer que ce paradigme, dont traite l'éditeur du livre, qui verrait la fin d'un "paternalisme philosémite" officiel. Il donne une chronologie serrée des événements qui ont entouré la sortie du livre, qui aura probablement cette vertu de créer un "avant" et un "après".
Le troisième livre, Die Finkelstein-Debatte, est édité par Petra Steinberger et publié par Piper, qui a sorti de livre de Norman F. Il est composé d'articles de presse qui montrent l'étendue des ravages causé par l'explosion du livre. On notera là aussi la présence de quelques Israéliens; une intervention d'un forcené particulièrement bizarre, qui répond au nom étrange de Reinhard Rürup, qui se trouve être le patron d'une entreprise hystérique appelée la Fondation Topographie de la Terreur, à Berlin. Cette chose se trouve sur Internet. Y a t'il un zolocauste idéologisé? se demande ce futé. "Est-ce qu'on se souvient déjà trop en Allemagne?" est-il contraint de se demander. Son businesse, c'est l'établissement de "monuments de mémoire" (Gedenkstätten). Il existe une Centrale fédérale pour la Formation politique (Bundeszentrale fur politische Bildung) qui a recensé environ 2000 (deux mille) monuments de mémoire en Allemagne, grands et petits, établis surtout depuis les années 80, et le plus souvent grâce à des initiatives locales. Si l'on parle de Berlin et du Brandebourg, il faut additionner le momument mémoriel de Sachsenhausen, celui de la Topographie de la Terreur, la maison de Wannsee, le monument à la Résistance allemande, et beaucoup d'autres moins considérables, sans compter celui qui est en projet au centre de Berlin (Mahnmal), à quoi s'ajoutent les projets de Musée juif, qu'on va commencer en janvier prochain. "Est-ce que c'est trop?" se demande ce zolomaniaque. Il se hâte de répondre que non, que tous ces mémoriaux sont nécessaires puisque c'est de Berlin, capitale (Hauptstadtfunktion), que sont partis tous ces crimes innombrables. Il est pour, à fond, parce que toutes ces gigantesques âneries le font vivre, lui et tout un tas de parasites de la "mémoire", salariés du culte, agioteurs du crime, profiteur de la bourse des culpabilisations, rentiers de l'horreur. Norman F est un ennemi, et ils se planquent derrière Novick pour le combattre. D'ailleurs l'article vicieux de Novik dans le Süddeutesche Zeitung, du 6 février 2001, dont nous avons l'original anglais et la traduction française, s'y trouve aussi..
Un certain Jakob Augstein -- qui pourrait bien avoir été engendré par le directeur du Spiegel, un journal dont il n'est jamis mauvais de rappeler (Ach ! mémoire !) qu'il a été fondé par l'Intelligence Service au lendemain de la guerre pour servir les intérêts alliés.-- nous parle des réunions publiques qui ont été organisée pour la venue de Norman F à Berlin, au moment de la sortie se son livre: une conférence de presse avec 200 journalistes (Jospinet n'en ferait pas autant) et une conférence publique à l'Urania, où se pressèrent un millier d'indigènes. Quelques jours auparavant, Peter Novick n'avait "fait" que 150 auditeurs. A la tribune, Norman F. était entouré de plumitifs juifs, allemands ou israéliens. Toute cette histoire est quand même essentiellement judéo-juive. Notons pour finir la brève contribution de Daniel Ganzfried, celui qui a démasqué Willkomirski, lui aussi plumitif juif suisse, mais né en Israël. (Ils reviendront tous, les uns après les autres...) Il est le seul à mentionner les manoeuvres qui avaient pour but d'empêcher la traduction allemande de voir le jour et il rappelle que pareille mésavanture était arrivé, un peu pour les mêmes raisons, à Hannah Arendt avec son livre sur le procès Eichmann. Quand on n'est pas dans la ligne, on est ostracisé. Ce qui surprend ici, c'est que Norman F. ait si bien réussi à surmonter tous les obstacles. Il le doit sans aucun doute à son papa et surtout sa maman, de si décentes personnes, qui avaient finalement survécu à la catazolo.Il rappelle qu'Arendt n'avait pas répondu à la campagne de calomnies qui avait accueilli son livre; il parle d'une "conspiration de l'ignorance et de l'opportunisme". Il dit à la fin que nous voulons comprendre mieux Auschwitz "pour notre époque". C'est exactement ce que nous pensons contribuer à faire.

A propos de Willkomirski, on trouvera un compte rendu de Robert Alter sur le livre de Stefan Maechler, The Willkomirski Affair: A Study in Biographical Truth, qui aurait été commandité par l'agence littéraire allemande qui a vendu le livre de l'imposteur à travers le monde. Par conséquent, rien n'est garanti dans cette salade. (The New Republic, 30 avril 2001)

§== Flamand rose. Un étique docteur en éthique, Gie van den Berghe, nous fait cette déclaration fracassante: "Il faut faucher l'herbe sous le pied des négationnistes. On ne peut le faire qu'en distinguant les faits historiquement réels et les inexactitudes historiques. C'est pourquoi les négationnistes ont été si furieux contre la première partie de mon bouquin, dans laquelle je démonte tous leurs arguments." Encore un qui se prend la grosse tête. S'il avait démonté les arguments des révisionistes, il aurait déjà eu le prix Nobel de la WIZO. Ces propos de fanfaron se trouvent dans Solidaire, l'hebdomadaire du Parti du Travail Belge.
Il a pondu, il y a quelques années, un petit livre maigrelet, intitulé De Uitbuiting van de Holocaust, "L'Explotation de l'Holocauste", paru à Anvers chez HouteKiet, sans date, qui arrive péniblement à 196 pages. Les premiers chapitres traitent "du révisionnisme au négationnisme", de "la méthode négationniste" (Démagogie; propagande; provocation; totalitarisme, opportunisme, etc.) La deuxième partie s'intitule "L'exploitation de l'extermination des juifs". A un chapitre sur le "révisionnisme de gauche" (présumé exploiteur du Zolo), succède un autre intitulé "L'exploitation politique de l'extermination des juifs" qui commence par la création de l'Etat d'Israël et de ses "mythes fondateurs" (Fundeingsmythe) Tout ça est traité par dessus la jambe, à la va comme je te pousse. Ce van den Berghe est un feignant. Il a lu trois livre et profite du fait qu'il écrit en néerlandais pour résumer ces trois livres et passer pour un "expert".
Dans l'article de Solidaire, ce Tartarin du plat pays donne raison à Finkelstein, à Lanzmann, et à sa concierge. Lamentable.

<http://www.ptb.be/solidaire/archive/search.phtml?section=A1AAG>

§== Migration. Le site de Carlos Porter a migré
<http://www.cwporter.com> Voici quelques nouveautés: Hoaxoco$t Fake Pics (from Hoaxoco$t-About.Con, by C.W. Porter NEW
Graphics of 1650-PS "Bullet Order" ("German" document with English-language stamps) NEW
Comments on 1650-PS "Bullet Order" by C.W. Porter NEW

§== Autre révizo. The Trial of Henry Kissinger by Christopher Hitchens: Le Times en parle en ces termes:
"...revisionism is not the sole preserve of the far Right, and Hitchens's book is a timely reminder of the rewriting of history being attempted by the Left. Just as the crimes of Nazism constitute an ineradicable obstacle to the promotion of far-right ideology, so the corpse-littered history of communism impedes the radical ambitions of many on the New Left.
That real existing socialism led to the extinguishing of millions of real existing human beings is too much reality for many Left radicals to bear. That communism was defeated by the exertions of Conservative leaders such as Margaret Thatcher and Ronald Reagan in the liberal democracies of America and Britain makes reality, and history, insupportable for them. So history must be rewritten.
Hitchens and his fellow travellers recognise that the gulags cannot be written out of our past, so they attempt to pitch new "facts" into Justice's scales. They replay the old game of "moral equivalence" by charging the West with war crimes as great as any committed in communism's name. By so doing, they seek to diminish the evil of socialist totalitarianism and weaken the moral authority of those liberal democracies in the West, most notably America, whose past victories and present policies they cannot bear.
Fortunately for history, and the West, Hitchens has none of the cool mastery of facts required to support his ends. Hitchens has chosen Kissinger as a still vital survivor of the Cold War, a living reminder of our struggles, and sought to demonise him by laying at his door every conceivable abuse of human rights. Kissinger, and by extension the West, are held accountable for sins as varied as the genocide of Bangladeshis, the murder of Chilean generals, the deposing of Cypriot leaders and the sabotaging of Vietnamese peace talks. In Hitchens's account of the Cold War Kissinger lurks at the centre of every conspiracy, a malign intelligence directing world evil which might have leapt from the Protocols of the Elders of Zion.
Hitchens is much more a poor man's Oliver Stone than a latter-day Hartley Shawcross. In his scattergun mix of occasional fact, tendentious interpretation and wishful thinking he resembles a Hollywood conspiracy theorist more than the coolly rational prosecutor of war crimes he imagines himself to be.
And yet Hitchens's allegations have been serialised with all solemnity by Harper's magazine in the United States and The Guardian here. That one of America's leading liberal magazines and Britain's pre-eminent left-wing broadsheet should be so eager to indulge Hitchens's revisionism tells us something about the appetite for denigration of their own countries among the West's leftish elites. It may seem amusing to play Knock Down Ginger with Dr Kissinger's reputation, ringing the leper's bell which peals "war criminal" and then running away. But the consequences are more malign than they appear to recognise. By placing Dr Kissinger in the dock, they collude in the attempt to let communism off the hook. They are, in Lipstadt's words, part of a growing assault on truth and memory.
Michael Gove
michael.gove@thetimes.co.uk The Times, 20 mars (extrait)

Si le bon docteur Folamour Kissinger n'est pas un criminel auteur de crimes contre l'humanité (au Viet-Nam, au Cambodge, à Timor et ailleurs), alors il n'a rien à craindre d'un éventuel tribunal international.
Ajoutons un comte rendu de ce livre paru dans Los Angeles Weekly de April 27 - May 3, 2001, "Henry: Portrait of a Serial Kissinger, Christopher Hitchens' indictment of the former secretary of state", de Greg Goldin.

§== Zolofilles. Daughters of Absence: Transforming a Legacy of Loss, edited by Mindy Weisel.In this inspiring book, 13 creative daughters of Holocaust survivors discuss how they transformed the "darkness" of their parents' war experiences and lives into the "lightness" of their own works in film, writing, photography, music, and art.
- Foreword by Dr. Eva Fogelman, author of Conscience and Courage, (Anchor/Doubleday, 1994), made first film about Holocaust survivor's children, Breaking the Silence / Lily Brett, author and poet from Australia / Helen Epstein, author from Boston, Where She Came From: My Mother's History (Little, Brown, 1997) and Children of the Holocaust (1979) / Deb Filler, actress and entertainer from Toronto, off-Broadway hit is Punch Me in the Stomach / Sylvia Goldberg, freelance journalist and editor from Washington, D.C. / Aviva Kempner, filmmaker from Washington, D.C. and New York, her films are The Partisans of Vilna and Life and Times of Hank Greenberg / Patty Kopec, musician, master pianist at Juilliard, New York / Hadassah Lieberman, writer from Connecticut and Washington, D.C. [C'est la femme du candidat à la vice-présidence sur le "ticket" Al Gore] / etc. $26.95 list price.
From: Judy Cohen <zachor@hotmail.com>

§== Teutonique des plaques. Un gros tas d'articles en allemand sur le procès Irving à <http://globalfire.tv/nj/irvtrial/trialidx-d.htm>

§== Vendetta. Recension des livres parlant du procès Irving: "Blood Libel", par Ian Buruma, souvent remarquable essayiste, dans le New Yorker du 16 avril 2001

§== Discussion. Un article de discussion de Leuchter dû à Werner Wegner, avec commentaires insérés par G Rudolf: "Keine Massenvergasungen in Auschwitz? Zur Kritik des Leuchter-Gutachtens", in: Uwe Backes, Eckhard Jesse und Rainer Zitelmann (Hg.), Die Schatten der Vergangenheit, Ullstein-Propyläen, Frankfurt/Main-Berlin 1992. Nous l'avons trouvé sur <www.vho.org>

§== Docu. Nous recevons ce courrier du 28 avril:
Salut à vous,
Il existe un film documentaire qui joue actuellement dans une seule salle à Paris et qui s'intitule: "Nouvel Ordre Mondial (Quelque part en Afrique)." Il traite de la guerre civile en Sierra Leone. Ce film est un véritable coup de poing pour l'ONU, l'OUA et la connerie des hommes, dès qu'ils ont une arme à la main.
Si vous pouviez lui faire un peu de pub dans vos actualités, il y aurait plus de monde dans la salle (une vingtaine de personnes un vendredi soir quand j'y suis allé), et cela lui permettrait de tenir l'affiche un peu plus longtemps.
Merci à vous,
Salutations aaarghonautiques, Marc T.
Il a raison, cet homme là. Merci à lui de nous instruire.

§== Fièvre rabbinique. Michael Berenbaum vient de sortir un livre: The Bombing of Auschwitz: Should the Allies Have Attempted It?, co-edited avec Michael Neufeld, St. Martin's Press. He is the former President of the Survivors of the Shoah Visual History Foundation and former Director of the Research Institute of the United States Holocaust Memorial Museum.
C'est le genre de sujet sur lequel on peut écrire sans fin et sans risque. Ce type ne veut que le fric et le pouvoir, sans se fatiguer.

§== Pavé. Remembering for the future: The Holocaust in an Age of Genocide, dited by John K. Roth and Elizabeth Maxwell, ISBN: 0333804864 3 volumes, 2976 pages. Sorti le 20 Avril 2001
Excerpts from the notices I received: "Focused on "The Holocaust in the Age of Genocide" this book brings together the work of 200 scholars from more than 30 countries and features cutting-edge scholarship across a range of disciplines."
Genocide; The Ghettos and the Camps; Destruction and Resistance; The Perpetrators; Denial; Ethical Choices; Rescue; The Catholic Church; The Protestant Churches; Post Holocaust Theology; The Search for Justice; Survivors; The Ethics of Memory; Education; and The Arts.

 

 


Tous les mois, la page actualité est archivée.

| Juin 1997 | Juillet 1997 | Août 1997 | Septembre 1997 | | Octobre 1997 | Novembre 1997 | Janvier 1998 | Février 1998 | Avril 1998 | Juin 1998 | Juillet 1998 | Septembre 1998 | Octobre 1998 | Novembre 1998 | Janvier 1999 | Février 1999 | Mars 1999 | Avril 1999 | Mai 1999 | Juin 1999 | Juillet 1999 | Août 1999 | Septembre 1999 | Octobre 1999 | Novembre 1999 | Décembre 1999 | Janvier 2000 I février 2000 I mars 2000 I avril 2000 I mai 2000 | Juin 1999 | Juillet 2000 | | Août 2000 | Septembre 2000 | Octobre 2000 | Novembre 2000 | Décembre 2000 | Janvier 2001 | Février 2001 | Mars 2001 | Avril 2001 |


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerres et d'Holocaustes (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational@hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


ARTICLE 11-1: Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières.
(Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. 2000/C 364/01. Nice, 7 décembre 2000)

aaarghinternational@hotmail.com